Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Le mensonge vaccinal est fini : Des documents américains révèlent des décennies de mensonges

15 Novembre 2014 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations, #Medecines, #Recherches, #Ethique

Voici un extrait d’un article d’Andrew Baker, NSNBC International du 10 mai 2013, paru entre autres dans le Bulletin d’Information n° 20 de la Ligue pour la liberté de la vaccination, p28-29).

"Le Freedom Of Information Act (FOIA = Loi de Liberté d’Information) américain, mis en œuvre par un médecin, a révélé 30 ans de documents officiels secrets montrant que les experts gouvernementaux :

  1. savaient que les vaccins ne marchent pas ;

  2. savaient qu’ils provoquent les maladies qu’ils sont sensés prévenir ;

  3. savaient qu’ils sont dangereux pour les enfants

  4. se sont entendus pour mentir au public ;

  5. ont travaillé pour empêcher les études de sécurité.

Et ce sont ces vaccins qui sont imposés aux américains !

Les parents avisés peuvent soit épargner tout ce mal à leurs enfants, soit continuer à s’incliner devant l’un des mensonges les plus diaboliques de l’histoire, selon lesquels ces vaccins seraient un miracle de la médecine moderne, alors qu’ils comprennent des métaux lourds, des maladies virales, des mycoplasmes, des matière fécales, des fragments d’ADN d’autres espèces, du formaldéhyde, du polysorbate 80 (facteur de stérilité, voir : http://organichealthadviser.com/archives/polysorbate-80-in-swine-flu-vaccines-infertility-in-humans ).

Un médecin américain, le Dr Brian Hoocker (PhD) dont le fils est autiste, a eu recours au FOIA pour savoir ce que le CDC (Centre Américain de Contrôle des maladies) savait des dangers des vaccins. Selon la loi, il devait recevoir réponse dans les 20 jours. Pratiquement 7 ans plus tard, le médecins s’adressa finalement à la justice, et c’est là que le CDC a fait valoir qu’il n’était pas obligé de remettre ces documents. Finalement le juge a ordonné au CDC de remettre ces documents au médecin pour le 30 septembre 2011.

Le 26 octobre 2011, l’éditorialiste du Denver Post s’est dit choqué que l’administration Obama, après avoir promis d’être particulièrement transparente, proposait des modifications au FOIA, permettant d’entraver la révélation de documents secrets en autorisant les agences gouvernementales comme le CDC à déclarer certains documents "inexistants".

Le CDC agit manifestement contre la santé de la population américaine, mais la menace que représente ce comportement ne s’arrête pas là. Il a participé à l’élaboration des lois concernant les pandémies qui permettent au gouvernement d’utiliser l’armée en cas d’urgence pandémique déclarée, pour contraindre toutes les personnes du pays à subir des vaccins, des médicaments, des produits chimiques et d’autres traitements "médicaux" non éprouvés.

En se basant sur le FOIA, le CDC s’est totalement discrédité en déclarant pareille urgence pandémique. Depuis 2009, date à laquelle il a déclaré le H1N1 comme étant "pandémique", le CDC a refusé de répondre à la requête FOIA de la chaîne de télévision CBS et a tenté d’en bloquer l’enquête. Ce que cachait le CDC s’était son rôle dans un des plus grands scandales médicaux de l’histoire, en publiant des données follement exagérées sur les cas qu’il déclarait de grippe H1N1 en vue de créer le sentiment d’une pandémie mondiale.

Le CDC a aussi dissimulé le scandale financier pour contrebalancer le fait que les vaccins pour la fausse pandémie ont coûté des milliards de $. Mais il y a pire : le CDC n’a pas hésité à mettre les femmes enceintes en première ligne pour un vaccin expérimental qui comportait du polysorbate 80. Grâce au CDC, le nombre de rapports de morts fœtales a augmenté de 2440 % en 2009 comparativement aux années précédentes, situation qui est encore plus choquante que les statistiques de fausses couches qui elles, avaient augmenté de 700 % !

En tentant de sauver les derniers vestiges du secret qui concerne les vaccins et en déclarant que les documents de l’Agence sont inexistants, l’administration Obama a réduit à néant toutes ses prétentions de transparence.

Mais les lois de "pandémie" imposant au pays tout entier des vaccins inconnus, sont toujours en place avec les Health and Human Services (HHS) créant un mélange de vaccin qui ne devrait être utilisé sur personne, et en ayant écarté toute responsabilité des vaccins. Il n’empêche qu’une étude canadienne vient de démontrer que le vaccin contenant le H1N1, lequel a tué des bébés in-utéro, augmente le risque de grave grippe pandémique.

Les Américains qui ont été dupés en soumettant leurs enfants aux mortels vaccins du CDC ont aujourd’hui des moyens de riposte. Les personnes de tous horizons et de toute organisation doivent :

  1. Prendre connaissance des textes révélés grâce aux FOIA des États-Unis sur 30 ans de mensonge vaccinal, sur le refus du CDC de fournir quelque information que ce soit sur ce qu’ils savent au sujet de ces mensonges, sur les efforts déployés par l’administration Obama pour camoufler ce que sait le CDC au sujet de ces mensonges, et doivent contacter leurs représentants et exiger l’annulation immédiate du calendrier vaccinal du CDC et des lois concernant les pandémies.

  2. Informer tout militaire actif ou vétéran, policier, agent du DHS (Department of Homeland Security), ainsi que le personnel médical, de toute la mystification vaccinale. Expliquer à ces personnes que leurs familles sont aussi gravement menacées, mais qu’elles ne pouvaient probablement pas savoir qu’elles avaient été manipulées à l’intérieur même de leurs structures par l’industrie pharmaceutique (indissociable des banques ou des compagnies pétrolières) qui les transformeraient en agents de mort en décrétant une "urgence pandémiqu" ou une attaque "bioterroriste". Il est tout à fait clair aujourd’hui que les structures terroristes ou bioterroristes ne sont que des escroqueries. Ainsi toutes les actions pour "protéger" le pays sur la base de ces lois ne feraient que menacer l’existence des Américains.

Grâce au FOIA, nous savons aujourd’hui que les vaccins ne constituent nullement le miracle de la médecine moderne. Toute autorité médicale ou gouvernementale qui prétendrait que les vaccins préviennent les maladies, ignore les documents gouvernementaux comme les innombrables études qui révèlent l’exact contraire, mais aussi les tentatives du CDC de chacher au public la vérité sur les vaccins ou ses moyens de lui nuire."

_________________________________

Ce qui se passe au États-Unis n’est pas différent de ce qui se passe en Europe et en France à ce sujet, la pression des lobbies pharmaceutiques étant la même dans tous les pays. La différence fondamentale entre la France et les USA c’est que chez nous, le citoyen n’a aucun moyen de demander à consulter des documents qui ne sont pas déclassifiés volontairement par les gouvernements. Ces derniers ont donc toute latitude d’agir comme bon leur semble....

Aujourd’hui encore, nombre de vaccins contiennent encore du mercure et de l’aluminium, alors que d’innombrables études demandent leur suppression.

Mais il faut savoir aussi que le problème des vaccins ne réside pas seulement dans les additifs, comme on essaie de le faire croire en somme pour tenter de "minimiser" le problème, c’est l’ensemble du produit vaccinal qui est dangereux et toxique. Toute la théorie vaccinale repose sur le dogme pasteurien, qui est, à la lumière de ce que l’on sait aujourd’hui, entaché d’erreurs et de mensonges.

D’autre part, AUCUN vaccin ne peut se targuer d’avoir éradiqué une quelconque maladie. Il s’agit là uniquement d’une honteuse publicité, identique dans sa forme à celle utilisée pour la promotion de n’importe qu’elle poudre à laver "plus blanc que blanc" ... Seulement dans ce cas il ne s’agit pas seulement, au pire, d’une arnaque, mais il s’agit ni plus ni moins d’une atteinte à notre intégrité, et à l’extrême d’un viol, lorsqu’on considère que l’on voudrait nous injecter un produit contre notre gré …. en usant, si besoin est, de chantages et de mensonges.

La même démarche est d’ailleurs utilisée pour la "promotion" de chimiothérapies dans les cas de cancer et des trithérapies dans les traitements VIH-Sida.

Lorsque l’on voit en entend les spots publicitaires consacrés à la promotion des vaccins "anti-grippaux" dont la fréquence va crescendo avec l’arrivée de l’hiver et la distribution des "invitations" à la vaccination pour les personnes considérées comme les plus "fragiles" tout esprit sensé devrait se poser un certain nombre de questions.

D’autant que le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) venait de publier un avis intitulé "Politique vaccinale et obligation vaccinale en population générale". ….. Tout un programme....

En effet celui-ci reprend et développe sans grand changement d’orientation, des arguments déjà intégrés au Programme National d’Amélioration de la Politique Vaccinale 2012-2017 (PNAPV) dont le HCSP réclame d’ailleurs la mise en œuvre. A noter au passage que malgré ce défaut de mise en œuvre, il n’y a pas eu de crise sanitaire, ce qui devrait amener à s’interroger sur sa nécessité !

Il y a fort à supposer que c’est parce que ce programme prévoit une sorte de "liberté surveillée" qu’il tarde à être mis en application. Au moins aussi longtemps que les actuelles vaccinations obligatoires n’auront pas été remplacées par des vaccinations "indispensables" d’autant plus nombreuses. Ni tant que la systématisation des vaccins ne sera pas garantie par d’autres voies que l’obligation. D’ailleurs le jour même le HCSP publiait un avis pour systématiser la très contestable vaccination anti-HPV, prétendue contre le cancer du col de l’utérus, pour filles et garçons dès l’âge de 9 ans.

En résume le HCSP considère notamment que :

  • le maintien ou non de l’obligation vaccinale en population générale relève d’un choix sociétal méritant un débat que les autorités se doivent d’organiser.

    • On sait ce qu’il en est de ces débats et autres concertations pour les plans d’urbanisme, de constructions d’autoroutes ou de barrages, lors desquels une commission "indépendante" produit un rapport dense qui conclut selon les vues …. de l’administration ! Quant à parler d’un référendum (pas nécessairement plus pertinent), l’épisode du "mariage pour tous" a permis de souligner qu’il n’a pas vocation à traiter d’un choix sociétal. Pour qu’un référendum puisse être pertinent cela présuppose que les populations appelées à se prononcer aient TOUTES les informations (pour ou contre) à disposition et soient en mesure de juger de leur "poids" respectifs... Ce qui n’est jamais le cas !

  • Si ce principe est maintenu, la liste des vaccins obligatoires doit être revisée et faire l’objet d’un avis du HCSP.

  • Les autorités compétentes devraient définir un statut juridique pour toutes les vaccinations inscrites au calendrier vaccinal, de sorte que celles non rendues obligatoires ne soient plus considérées comme facultatives. Ainsi les modalités de traçabilité des propositions faites par le médecin et d’un éventuel refus de la personne concernée (ou des parents) devraient être définies. Devraient de même être précisées les responsabilités des personnes refusant une vaccination recommandée ainsi que celles du médecin qui ne les proposeraient pas.

    • Voilà qui devrait rassurer ceux qui redoutent le déferlement de la liberté. L’idée qu’une vaccination puisse être facultative sera sévèrement combattue, les récalcitrants, fichés, et les médecins complices également. Le site mesvaccins.net s’en réjouit à l’avance....

  • toute modification du régime des obligations vaccinales devra s’accompagner d’une forte communication des autorités de santé mettant en exergue l’intérêt à vacciner et les risques de le non-vaccination.

    • Le PNPAV prévoit déjà de laisser à la charge de l’État le coût de la promotion de la vaccination et l’indemnisation des victimes ….

Audacieusement, le HCSP considère que le dispositif public de vaccination actuel est complexe, illisible et inégalitaire.

Le HCSP recommande, entre autres, de :

  • Créer une centrale d’achat de vaccins unique …

    • Ceci permettrait d’affranchir les producteurs de tous les aléas de la logistique, des incertitudes de la demande, et des délais de règlement.

  • Promouvoir les centres publics de vaccination pour une offre totale et gratuite des vaccins obligatoires et recommandés …

    • Le HCSP envisage clairement dans son avis d’écarter les médecins libéraux de l’action vaccinale. Ceci dispenserait d’une partie du fichage évoqué par ailleurs. L’offre "gratuite" serait naturellement à la charge de l’État. Quant à son caractère "total", il ne sera plus bien loin du totalitaire !

Ces deux derniers principes ont été mis en peuvre lors de l’inénarrable croisade française contre le H1N1 en 2009 … avec le succès que l’on sait !

Mais là, il s’agit ni plus ni moins non seulement d’une grave atteinte à la médecine libérale, mais aussi à la plus élémentaire liberté individuelle, par la collectivisation d’une pratique médicale. Peut-on encore parler de médecine dans ce cas ?

Ceux qui se sont un peu trop vite réjouis de l’évocation d’une éventuelle liberté de vaccination vont se rendre compte que c’est très loin d’être à l’ordre du jour des autorités de santé !

Pour aller plus loin :

VACCINATION – LES VERITES INDESIRABLES : Michel GEORGET

L’APPORT DES VACCINATIONS A LA SANTE PUBLIQUE - LA REALITE DERRIERE LE MYTHE : Michel GEORGET

LES VACCINS – Ce qu’on nous cache sur leurs effets indésirables – Sylvie SIMON

http://infoalternative.over-blog.fr/tag/vaccinations/

http://infoalternative.over-blog.fr/tag/medecines,%20recherches,%20ethique/

http://www.infovaccin.fr/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article