Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

La vaccination grippale : une escroquerie saisonnnière

14 Décembre 2014 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations

C'est ainsi que le Dr Marc Girard titre son article dans "Enquêtes de Santé n° 26" qui vient de paraître.

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté cette année le 10 octobre 2014 pour se terminer (sauf prolongations éventuelles) le 31 janvier 2015. C’est l’éternel retour d’autant plus appuyé que, s’inquiète le ministère de la Santé, «depuis 2009, on assiste en France à une baisse préoccupante» de la vaccination contre cette grippe. Et de préciser : «Entre 2009 et 2012, en à peine 3 ans, la couverture vaccinale des personnes à risque est passée de 60% à 50%». Le ministère ne s’explique pas ce manque d’adhésion... Tiens donc !

Tout le monde se rappelle "l'épisode" de la fausse pandémie de 2009, il n'est donc pas utile de rappeler ici le ridicule dont se sont couverts les "autorités" politiques et médicales de tous les pays, avec OMS en tête de peloton !

Il existe d’excellentes raisons théoriques justifiant qu’une pathologie comme la grippe réponde très mal à une vaccination : comme chacun sait, le virus met son point d’honneur à muter constamment et, de toute façon, moins de 10% des tableaux cliniques hâtivement qualifiés de «grippe» (on devrait dire plus précisément : syndrome grippal) sont effectivement provoqués par le virus contre lequel la vaccination est sensée être ciblée. Ça laisse plus de 90% des malades non concernés par le vaccin, sans parler des bien-portants…

Alors que la plus élémentaire prudence devrait être de mise AVANT de décider une quelconque vaccination à une personne dite "fragile" ou "à risque", justement parce que son état de santé est déjà plus ou moins gravement détérioré par une pathologie souvent grave et chronique, et que l'on décide arbitrairement d'injecter des virus dans ces organismes fragilisés, sans vouloir se rendre compte qu'en agissant ainsi on détériore encore un peu plus la personne en question, puisqu'elle devra, en plus de sa (ou ses) pathologies préexistantes), tenter de faire face aux virus grippaux injectés ...

Jusqu'à un passé relativement récent, il y a une bonne vingtaine d'années, en cas de syndrome grippal (goutte au nez, toux, maux de gorge, de tête et fièvre plus ou moins élevée, ...) le sage médecin de famille prescrivait une "trithérapie" qui avait l'avantage de n'avoir aucun effet secondaire néfaste, à savoir, comme nos grands-mères et arrière-grand-mères le pratiquaient déjà : lit + plusieurs épaisseurs de couvertures et d'édredons + grog. Assortis d'un peur d'aspirine si la fièvre avait tendance à flirter avec des altitudes frisant les 40° C, sans pour autant la descendre trop brutalement. A noter d'ailleurs que virus et bactéries ne survivent PAS à une température corporelle supérieure à 38.5°, raison pour laquelle le corps humain dans son immense sagesse élève automatiquement sa température en cas de prolifération anormale de ces petites "bébêtes".....

Or, ceci de rapporte strictement rien à votre pharmacien, ni à votre médecin d'ailleurs, ce qui n'est pas concevable dans un système dit de santé, qui doit être avant tout rentable.... sur le dos de la Sécurité Sociale....

Toute la médiatisation à outrance et les publicités mensongères faites tous les ans dans tous les médias, télévision en tête, omettent soigneusement de dire dans leurs messages que contrairement à ce qui est claironné, ce ne sont pas les personnes saines et non-vaccinées qui sont contagieuses, mais bel et bien ceux qui sont vaccinés qui sont contagieux, puisqu'ils sont porteurs non seulement des virus qu'on leur a injecté, mais aussi ce ceux qui auront été créés par suite des mutations inévitables et différentes dans chaque organisme.

Il s'agit là d'une des nombreuses "inversions" de la réalité qui est mise à profit pour tenter de faire passer comme vérité une erreur qui remonte aux années 1670, du temps de Jenner et du 19ème siècle du temps de Pasteur....

Et comme toute l'industrie pharmaceutique s'est engouffrée derrière cette erreur pour en faire un marché ô combien juteux, elle n'est pas près de scier la branche sur laquelle elle est si confortablement assise....

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Florian KAPLAR 14/12/2014 14:28

Intéressant !