Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Vaccins : suite des épisodes précédents

24 Mars 2015 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations

Voici un article paru dans le Figaro Santé de ce jour et qui est un parfait résumé des mensonges classiques des "maniaques de la seringue" :

Si l'on en croit ces "experts", qui n'hésitent pas à traiter d'individus dangereux des confrères tels que le Pr Henri Joyeux, en dehors de la vaccination, point de salut !

Il est donc une fois de plus nécessaire de leur rappeler rapidement quelques évidences premières, qu'ils occultent un peu trop allègrement :

  1. Les vaccinations, quelles soient généralisées, obligatoires ou simplement (plus ou moins fermement) recommandées, n'ont jamais permis d'éliminer une quelconque épidémie. C'est uniquement l'amélioration des conditions de vie et d'hygiène qui ont permis la disparition de ces épidémies passées (il n'y a qu'a consulter les statistiques d'incidences qui débutent bien AVANT le début de la vaccination généralisée correspondante pour se rendre compte que les vaccins n'ont rien à voir là dedans).
  2. Il tentent toujours de culpabiliser les non-vaccinés en les accusant d'être contagieux pour les vaccinés ! D'une part, que peuvent donc avoir à craindre les vaccinés de ceux qui ne le sont pas, puisque grâce au vaccin ils sont sensés être immunisés ?!?! D'autre part, les non-vaccinés ne sont pas FORCEMENT porteur d'une maladie, mais les personnes vaccinées à qui l'on aura inoculé des bactéries ou virus vivants ou atténués, seront EUX bel et bien contagieux et donc potentiellement dangereux pour leur entourage !!!
  3. L'organisme humain est incapable de s'immuniser contre le tétanos, que ce soit via une contamination naturelle ou une vaccination : cette dernière est dont une pure absurdité. Comment se fait-il d'ailleurs que la France (avec le Portugal), pays où la vaccination contre le tétanos est obligatoire, détiennent le record du nombre de cas de cette maladie ???
  4. La diphtérie est une de ces "épidémies" qui a disparu naturellement avec l'amélioration des conditions de vie.
  5. Pour ce qui est de la poliomyélite je renvoie le lecteur vers l'excellent résumé de Sylvie SIMON : http://www.sylviesimonrevelations.com/article-poliomyelite-voila-comment-on-a-eradique-la-polio-109689048.html
  6. Comment peut-on prétendre aussi péremptoirement que la vaccination a "sauvé des millions de vie", puisque l'on ne saura jamais si une personne vaccinée aurait contracté la maladie en question et en serait morte ? Il s'agir là à minima d'un abus de langage pour ne pas dire un odieux mensonge.

Notre Ministre de la Santé devrait réfléchir quelque peu à ces questions... ce qui lui permettrait de pas simplement répéter ce que les laboratoires pharmaceutiques producteurs et vendeurs de ces vaccins lui soufflent dans le creux de l'oreille....

Enfin, pour ce qui est de ces individus "lanceurs d'alertes extrêmement dangereux" selon le Haut Conseil à la Santé Publique, il est caractéristique de noter que les médecins, professeurs et autres chercheurs, inscrits à l'Ordre des Médecins, et qui au vu de leurs constats faits tout au long de leurs carrières se décident à "parler", sont en général des personnes arrivées à l'âge de la retraite, qui ont donc un recul professionnel très important, et surtout, ils ne courent plus grand risque d'être "excommuniés" .... donc interdits d'exercer....

Voir aussi les autres articles sur ce sujet ici :

http://infoalternative.over-blog.fr/tag/vaccinations/

Et pour ceux qui voudraient en savoir encore plus, les excellents ouvrages du Professeur de Biologie Michel GEORGET :

VACCINATIONS, les vérités indésirables

L'APPORT DES VACCINATIONS A LA SANTE PUBLIQUE

___________________________________________

Voici l'article du FIGARO SANTE :

Le Haut conseil à la santé publique s'inquiète de la méfiance grandissante envers les vaccins, qui restent selon les experts la meilleure arme de santé publique.

«Il y a en France une baisse assez inquiétante de la vaccination, en particulier (contre) des pathologies qui risquent d'être graves», s'est inquiété lundi le Pr Roger Salomon, président du Haut conseil de la santé publique (HCSP), organe consultatif du ministère de la Santé.

Cité par l'AFP, le patron de la haute instance de santé fustige «des lanceurs d'alerte extrêmement dangereux (…) parce qu'ils font perdre confiance au gens», citant le Pr Henri Joyeux, ex-chirurgien cancérologue. Celui-ci a pris position contre la vaccination systématique des enfants contre lepapillomavirus (HPV) qui permet d'éviter plus tard des cancers du col de l'utérus.

Débat sur l'obligation vaccinale

En septembre dernier, le HCSP s'était prononcé pour un débat sur le maintien en France de l'obligation vaccinale. Rappelant que la vaccination est la plus efficace des politiques de santé publique et qu'elle a permis des progrès spectaculaires en terme de santé en sauvant des millions de vies, le rapport rédigé par le Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations pointait cependant des «incohérences» dans le système français. Or la méfiance semble grandir en France: selon deux études d'opinion menées par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), seuls 61,5% des Français avaient une opinion favorables de la vaccination en 2010, contre 90% en 2005.

La France et l'Italie sont les seuls pays de l'Union Européenne à maintenir une telle obligation pour les enfants. En France, cela concerne la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Mais le HCSP notait dans son rapport que les vaccins obligatoires sont combinés avec d'autres vaccins (contre la coqueluche, l'hépatite B et l'haemophilus influenza B), non obligatoires mais recommandés. Les parents ne peuvent donc pas choisir de ne faire à leurs enfants que les trois vaccins obligatoires.

Vaccins combinés

C'est l'un des arguments des anti-vaccins, notamment les époux Larère qui, convoqués devant le tribunal correctionnel d'Auxerre parce qu'ils refusaient de faire vacciner leurs deux enfants, avaient saisi le Conseil constitutionnel pour une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Les Sages ont tranché la semaine dernière en leur défaveur, estimant que la vaccination obligatoire n'était pas contraire à la Constitution.

«La liberté s'arrête là où commence la santé publique et la sécurité de l'ensemble de la population», avait estimé la ministre de la Santé, Marisol Touraine, lors de l'affaire des époux Larère.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

L'obligation vaccinale confirmée par le Conseil constitutionnel

Faut-il mettre un terme à la vaccination obligatoire?

Vaccination de l'enfant: où en est la France?

«Les anti-vaccins ont oublié la réalité des grandes maladies infectieuses»

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article