Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Quelques brèves infos à ne pas perdre de vue...

5 Novembre 2015 , Rédigé par motarcs Publié dans #Medecines, Recherches, Ethique

Corruption de l'industrie pharmaceutique :

Le professeur Peter Gotzsche, spécialiste de médecine interne, directeur du Cantre Cochrane nordique, un groupe d'experts indépendants, décrit minutieusement l'influence systématique et particulièrement efficace de l'industrie pharmaceutique. Selon lui, celle-ci serait à l'origine de centaines de milliers de morts dans le monde chaque année, ce qui en ferait la troisième cause de décès, après le cancer et les maladies cardiovasculaires. Il estime que les connaissances accumulées sur les stratégies d'influence de ce lobby - Big-Pharma - pour augmenter ses profits permettent de le comparer au crime organisé et à la Mafia.

Source : "Remèdes mortels et crime organisé" de Peter Gotzsche aux Presses de l'Université Laval, Québec, Canada.

Calcium + Vitamine D contre l'ostéoporose ?

Tout faux : Alors que l'on entend de toutes parts que ce duo est absolument essentiel à notre charpente osseuse parce qu'ils permettraient de se faire des os forts et denses quand on est jeune et les conserver forts et en bonne santé quand on vieillit, de plus en plus d'études remettent en cause la validité de cette assertion.

En février 2013, l'USPSTF (Groupe de travail des services de prévention étasuniens) déclarait qu'il n'existait pas assez d'éléments de preuves pour évaluer avec suffisamment de précision la balance bénéfices-risques d'une telle recommandation.

Au terme de deux méta analyses publiées simultanément le 29 septembre dernier il apparait que la complémentation en calcium comme le calcium alimentaire ne sont pas capables, ni de réduire le risque fractuaire, ni d'augmenter la densité osseuse.

Pire, la prise régulière de calcium expose au risque de calculs urinaires et accidents cardiovasculaires. Les conséquences de ces derniers pèseraient au moins autant et probablement plus que les bénéfices enregistrés en terme de prévention de fracture osseuse !

Source : National Osteoporosis Foundation : "Calcium and vitamin D : What you need to know", V. Meyer dans Anals of Internal Medecine; J. Bolland; W. Leung et coll. dans British Medical Journal, 29.09.2015.

Celebrex : toxique, mais toujours prescrit

Le célécoxib (nom du Calebrex) est le petit-frère du rofécoxib (Vioxx) de triste mémoire. Cet anti-inflammatoire avait causé plusieurs dizaines de milliers de décès avant d'être retiré du marché. Bien que sa toxicité cardiovasculaire ait été également reconnue, le célécoxib continue d'être largement prescrit. Aujourd'hui, c'est sa toxicité pancréatique qui a été mise en évidence : le risque de faire une pancréatite aiguë est alors plus que quintuplé comparativement au risque observé chez toute personne qui n'a jamais pris ce produit.

Source : S.Hung et coll. dans American Journal of Gastroenterology, septembre 2015

Roulette russe ?

En septembre, l'institut de médecine américain a publié un rapport inquiétant. De toutes les erreurs médicales, celles concernant les diagnostics seraient les plus fréquentes, elle concerneraient 5% des patients et seraient à l'origine de 10% des décès ! Ce qui veut dire en clair que chaque citoyen américain sera exposé au moins une fois dans sa vie à ce type de danger. Afin de diminuer ce risque, huit propositions ont été formulées dont "améliorer la formation des professionnels de santé" et "concevoir un environnement de paiement et de prestation qui supporte le processus de diagnostic". Propositions qui ressemblent à des formes d'aveux de carences graves...... Et en France ???

Source : Institute of MEdecine : "Improving Diagnosis in Health Care", septembre 2015.

Coke corruption

Le très vénérable "Times" révèle que la firme Coca-Cola a versé des millions de livres sterling entre 2010 et 2015 à la recherche scientifique britannique et à des fondations (qui étaient) indépendantes en vue de réfuter toutes thèses impliquant les sodas dans l'épidémie d'obésité qui frappe le monde occidental (et depuis qu'ils s'adonnent à notre régime alimentaire, les chinois aussi !). On parle de 6.6 millions de livres (9 millions d'euros) versés à l'European Hydratation Institute pour téléguider des rapports recommandant au grand public la consommation de boissons énergisantes (dont les sodas). Le président de cet institut est aussi professeur dans un université qui a perçu 1.1 million de livres. Le géant américain a aussi "arrosé" Carrie Ruxton du Food Standards Scotland, qui, ô surprise, dans un de ses rapports, ne voit aucun lien entre consommation de sucre et l'obésité.....

Octobre rose, suite et fin pour cette année

Après avoir vu défiler toute une kyrielle d'artistes de tous bords, à faire la promotion d'une cause que la désinformation généralisée leur fait paraître juste, quelques chiffres actuels en guise de "bilan".

Le coût de ce dépistage de masse inutile est, pour 2008, de 216 millions d'euros, alors que le dépistage individuel se situe à 37.6 millions d'euros.

Dans une étude publiée en 2014 dans le British Medical Journal, un groupe de spécialistes a analysé 25 ans de suivi des cancers du sein au Canada. Leur conclusion, sans appel : le dépistage systématique du cancer du sein des femmes entre 40 et 59 ans ne réduit pas la mortalité de ce cancer de manière significative par rapport à la technique de palpation. Ce qui est encore plus grave, ils évoquent un surdiagnostic touchant une femme sur 424 dépistées. Au passage ces femmes auront subi un fort stress, subi des examens inutiles, voire agressifs comme par exemple une biopsie.

Les faux positifs sont 10 fois plus fréquents que les vrais positifs..Donc neuf fois sur dix, une image suspecte à la mammographie ne sera pas un vrai cancer. Sans compter les vrais négatifs, où la mammographie est considérée comme normale, alors qu'il y avait bien un cancer.

Selon la revue Prescrire sur 1000 femmes participant au dépistage systématique tous les deux ans, 15 auront un cancer du sein qui apparaîtra entre deux mammographies. Le dépistage n'aura donc servi à rien pour elles.

Selon la revue Que choisir le dépistage coûte à l'Etat 300 millions d'euros, dont 45 millions de frais de gestion et de communication. Ces chiffres de plus ne prennent pas en compte les sommes dépensées ensuite pour les examens et consultations des faux positifs qui en découlent.

Selon une étude danoise publiée par l'institut Cochrane la mortalité du cancer du sein dans les pays où ce dépistage n'est pas favorisé, comme au Danemark, a diminué de 2 %, alors que dans les pays où le dépistage est favorisé, elle n'a diminué que de 1%. ....

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article