Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Un père qui a refusé de vacciner son fils est relaxé

8 Février 2016 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations, #Medecines, Recherches, Ethique, #manipulations

Plutôt que relater cette information, tous les médias (TV en tête) préfèrent nous faire un matraquage publicitaire honteux pour les "merveilles" médicales que sont les petites boîtes d'Efferalgan et autres recettes miracles sensées atténuer nos bobos, éventuellement consécutifs à nos excès, sans oublier l'incontournable vaccination, grippale en tête. L'épidémie est bien là, même si elle a eu, météo clémente oblige, quelque mal à s'installer. On insiste donc lourdement sur l'obligation de se vacciner pour être "protégé"..

Le père de famille qui a été relaxé a eu la "chance" que les procès-verbaux de constat de non-vaccination ont été rédigés quand son enfant n'avait que 17 mois, alors que la vaccination DTP n'est obligatoire qu'à partir de 18 mois. C'est pour cette unique raison qu'il a été relaxé. Le fond de la plaidoirie de ce papa n'a donc pas été pris en compte.

Pourtant cette plaidoierie est particulièrement intéressante :

Il a expliqué que 3 vaccins en France sont actuellement obligatoires, celui de la diphtérie, du tétanos et de la polio. Jusqu'en 2008, ce DTP disponible jusque là, ne contenait apparemment pas d'adjuvant toxique. Comme celui-ci a été retiré de la vente, trois solutions de remplacement ont été proposées :

  • un produit contenant de l'hydroxyde d'aluminium (toxique) et du formaldéhyde (dérivé de formol) mais qu'on ne peut pas donner à un enfant de moins de 6 ans,
  • un produit contenant un dérivé du mercure,
  • enfin, il restait l'INFANRIX HEXA contenant en plus des 3 valences obligatoires (DTP), le vaccin contre la coqueluche, l'haptite B et l'haemophilius influenzae type b, vaccin coûtant 7 fois plus cher que le DTP, et qui revenait à imposer en même temps des vaccins non obligatoires.

En consultant la notice de ce dernier produit, le père strasbourgeois découvrit que, parmi les excipients de l'INFANRIX HEXA, figure l'aluminium hydroxyé ET l'aluminium phosphaté !

En consultant la liste des effets indésirables, indiqués dans la notice par le fabricant, il trouva : "...l'agitation, les céphalées, les convulsions, les pleurs inhabituels, les cris persistants, la démyélinisation (sclérose en plaque), l'encéphalite, l'encéphalopathie, l'oedème cérébral, la paralyse, l'atteinte hépatique, etc.....".

Des magazines scientifiques signalent aussi que ce produit avait provoqué chez certains enfants le syndrome du bébé secoué.

A ce sujet, le Dr. INIS a écrit dans le British Medical Journal que "... tous les cas de syndrome du bébé secoué qu'il avait étudiés avaient été vaccinés dans les 21 jours précédant l'apparition des symptômes....". Ce même médecin écrit aussi dans la revue Clinical Medicine Research que : "...les fractures, les hémorragies subdurales rétiniennes et les encéphalopathies chez les enfants sont des réponses auto-immunes aux stimulations antgéniques chez des individus génétiquement prédisposés.... Les antigènes les plus habituels sont les vaccins, les infections virales, bactériennes ou parasitaires....".

Le prévenu expliqua donc qu'il refusait de prendre de tels risques pour son fils, d'autant plus que les normes européennes fixent le seuil d'utilisation de l'hydroxyde d'aluminium (présent dans presque tous les vaccins) à 15 µg par litre.

Cet adjuvant se révèle toxique à partir de 60 µg.

Or, l'INFANRIX HEXA en contient 820 µg !!!

Etant donné que des valences non-obligatoires étaient incluses dans ce vaccin, il ne pourrait pas bénéficier de l'indemnisation prévue par l'O.N.I.A.M. en cas de problème post-vaccinal.

D'autre part, à 4 kms de là, de l'autre côté du Rhin, aucun vaccin n'est obligatoire depuis des décennies, et des enfants allemands qui viennent souvent jouer dans les parcs de Strasbourg le week-end ne sont pas plus malades que les enfants français, et ne leur ont jamais transmis la moindre polio ou diphtérie.

Son avocat a aussi expliqué que de plus en plus de scientifiques s'interrogent sur l'efficacité et la toxicité des produits appelés "vaccins", surtout qu'au cours de 8 années d'études en faculté de médecine, les étudiants, futurs médecins, n'ont qu'une scéance unique de 3 heures sur les vaccinations. A l'appui de ses dires, il a versé de nombreuses publications scientifiques.

Mais le tribunal s'est borné au constat de l'âge de l'enfant, comme indiqué en début d'article, ce qui lui a évité de se prononcer de façon plus "pointue".

Il serait interressant de connaître le jugement si l'enfant avait eu deux mois de plus......

Pour toute personne désireuse de s'informer sur le sujet des vaccinations, il y a en France la :

LIGUE NATIONALE POUR LA LIBERTE DE LA VACCINATION - 74650 CHAVANOD

Tél. 04 50 10 12 09

Site internet

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article