Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Vaccinations, une suite de plus ...

9 Février 2016 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations, #Medecines, #Recherches, #Ethique

Quelques brèves infos que vous ne verrez jamais au JT

Il n'y a pas qu'en France que la vaccination systématique fait des dégâts. En Belgique, en septembre 2011, la petite Stacy décédait dans la semaine qui suivit les "vaccins de routine". Il a fallu que les parents soient confrontés à cette horreur pour réaliser les dégâts de la vaccination, les mensonges et les échecs dissimulés.

Ils ont créé un blog et un groupe Facebook, Info vaccin Prevenar largement relayé par le collectif belge Initiative Citoyenne qui s'était créé au lendemain de la fausse pandémie grippale en 2009.

A propos de la pétition du Pr JOYEUX, il faut "relativiser" son impact, car dénoncer les adjuvants dans les vaccins est une chose, mais de là à réclamer la remise sur le marché d'une ancienne formulation du vaccin DTP, est un non-sens, d'autant plus que celui-ci aurait été retiré de la circulation par son fabricant, car il aurait causé trop de sérieuses réactions allergiques ... Ce qui enlève tout sens à la démarche du professeur Joyeux. Chose que je lui avais fait remarquer en répondant à une de ces nombreuses "lettres" par email, mais à laquelle il n'a jamais daigné me répondre.....

Ainsi que le rappelle la Ligue Nationale pour la Liberté de Vaccination, seuls font l'objet d'une obligation vaccinale en population générale, et infantile notamment, et ce, sauf contre-indication, la diphtérie depuis 1942, le tétanos depuis 1938, la poliomyélite depuis 1964.

Ces valences ont été longtemps combinées entre elles trois seulement, puis pour des raisons de "confort", dans des cocktails de plus en plus importants, de quatre, cinq, puis six vaccins, dont le surplus n'est évidemment pas obligatoire, mais "profite" de l'obligation des trois premiers. Ce qui au passage a pu justifier un relèvement important du prix de ces vaccins.

Depuis juin 2008, le vaccin "basique" DTP a été retiré du marché en raison d'effets secondaires indésirables, et depuis l'été 2014, ceux à quatre et cinq maladies sont frappés de pénurie, forçant ainsi l'utilisation de celui à six valences. Ce qui conduit à une baisse de la vaccination, suite au refus de ceux autres que DTP.

Au sujet du maintien de ce dernier dans l'obligation, il faut aussi noter que le tétanos n'est pas une maladie contagieuse, et ne peut apparaître que dans de très rares conditions : il représente environ 12 cas par an, dont un tiers mortels.

Depuis plus de 20 ans, on n'a plus constaté aucun cas ni de diphtérie ni de polio en France, ce qui exclut le risque d'épidémie.

Pourquoi donc persister à vouloir maintenir cette obligation, quitte à reproduire de nouveau des vaccins DTP seuls et sans adjuvants ? Ca manque totalement de cohérence.

Manque de cohérence aussi pour ce que nos chères autorités de santé présentent comme un calendrier vaccinal qui présente autant les vaccins obligatoires que ceux seulement "recommandés". A noter que certains organismes requalifient autoritairement (et sans aucune base légale !!!) ces recommandations en obligation pour accepter les enfants en crèche, école, ou autres garderies. A ce propos une question pertinente à poser à ces "extrémistes" fanatiques de la seringue : "qu'ont donc à craindre les enfants vaccinés, puisqu'ils sont sensés être "protégés" par les vaccins qui leur ont été administrés, des maladies que les enfants qui ne sont PAS vaccinés pourraient leur transmettre ???". 

Ne serait-ce pas plutôt l'inverse qui serait à redouter ???

Voici in extenso le témoignage des parents de la petite Lolita :

LOLITA D., NEE LE 08/07/2012

Lolita est née le 08 Juillet 2012 de façon naturelle sans aucun souci. -

9 août 2012, 1 ère consultation chez le médecin traitant Dr Perrin Vianney -

Conclusion : tout va bien : mange bien, dresse bien sa tête, dégage ses bras à plat ventre... -

3 septembre 2012 : 2ème consultation l’examen du développement de notre enfant confirme qu’elle n’a pas de strabisme, qu’elle a une poursuite oculaire normale, elle suit des yeux, fait des sourires / réponses, elle soulève sa tête et ses épaules.

Ce même jour vaccination INFANRIX HEXA + PREVENAR 13.

VERS LE 15 SEPTEMBRE LOLITA FAIT UN DROLE DE BRUIT DANS SA CHAMBRE « un râle » qui fait que je vais dans sa chambre et je vois de loin de la bave ou du lait... je pense à une régurgitation et pour le vérifier j’allume la lumière de sa chambre et à mon grand étonnement, Lolita ne réagit pas à la lumière comme les autres fois... je la prends dans mes bras mais Lolita ne réagit pas, n’ouvre pas les yeux, est toute dure, je la stimule et petit à petit elle revient à elle…

- 19 octobre consultation pour ses yeux : conjonctivite purulente.

- 22 octobre rdv prévu pour la vaccination ; j’explique au Médecin traitant cette épisode il me dit qu’il s’agit peut être d’une absence épileptique à surveiller. Je lui précise aussi que j’ai des doutes sur la vision de Lolita, il confirmera qu’elle n’a plus de poursuite oculaire... il me propose de faire une consultation en ophtalmologie.

- Ce 22 octobre 2012 malgré mon inquiétude sur cette perte de vision, le médecin administrera INFANTIX QUINTA.

- Le 27 octobre 2012 examen chez l’orthoptiste impossible car Lolita ne fait que dormir, on m’envoie donc en consultation ophtalmo faire un fond d’œil : diagnostic : nystagmus vertical On nous conseille de faire une IRM qui sera pratiquée le 09 novembre qui révèle une dysgénésie du corps calleux avec un corps calleux moliniforme ; un épaississement du cortex frontal bilatéral ; fusion de la tête du noyau caudé… Il est suspecté que la montée des neurones ne se soit pas faite pendant le 1er trimestre… On nous laisse repartir avec notre fille en nous disant que seul l’avenir nous dira comment elle va évoluer, qu’il n’y a pas de traitement ni d’opération possible et que les recherches en génétiques prennent des mois. - Aucune prise de sang rien ne nous est proposé à part l’IRM que nous avions demandée. En conclusion de l’IRM, le professeur Guibaud pense qu’il s’agit peut être de la TUBA1A (mutation tubuline).

- Mais le 14 janvier 2013 on nous confirme que ce n’est pas la tubuline. - Toutes les visites confirmeront que Lolita a un nystagmus, elle ne voit que 0.03/10 ; elle éprouve des difficultés à boire ses biberons (fausse route) alors qu’avant elle buvait très bien. - Lolita est hypertonique des membres supérieurs, hypotonique du tronc de la tête qui ne tient plus comme quand elle avait 2 mois ; les jambes sont un peu raides aussi. - Lolita ne peut plus boire son lait que difficilement, pareil pour l’eau et la soupe, les aliments liquides nous posent de vrais soucis mais nous arrivons à maintenir les aliments mixés.

- Nous avons consulté en Juillet le Neuropédiatre de Lyon lui expliquant que nous sommes obligés de faire du clapping à Lolita et que c’est très stressant car elle s’étouffe…. on nous proposera des anti-reflux et malgré cela nous irons consulter en urgence à l’hôpital car elle est prise au niveau pulmonaire.

- Lolita est une enfant constipée elle ne fait pas de selles sans notre aide (thermomètre) on me donne du Forlax mais ça ne change pas malgré les doses augmentées… Lolita n’est plus comme avant … nous serons pris en charge au Camps de Bourg en Bresse, elle sera prise en charge à 100% en JANVIER 2013

- Lolita est reconnue handicapée à 79%, le papa de LOLITA cesse son activité pour s’occuper d’elle à 300%. Malgré les médecins j’ai vu changer ma fille après les vaccins et en janvier on me conseille de poursuivre la vaccination, chose que je refuse mais on me donne une ordonnance de DTP mais la PHARMACIE me délivrera REVAXIS qui est pour les adultes ou exceptionnellement conseillé pour les enfants de plus de 6 ans ; Il est aussi précisé que si des problèmes cérébraux sont avérés il ne faut pas vacciner !!

- Comment peut-on me donner pour un bébé de 6 mois ce genre de vaccin malgré son handicap et malgré la notice du vaccin ! Je n’arrive toujours pas à comprendre.

- Le médecin traitant nous fera un certificat pour éviter de revacciner, en précisant qu’il a vacciné Lolita avec 2 vaccins obligatoires…(obligatoires ou conseillés ?!)

Karine C. maman de Lolita Témoignage reçu le mercredi 22 janvier 2014 

La petite Lolita est décédée le 18 novembre 2015 à l'âge de 3 ans et demi....après trois années de calvaire pour elle et ses parents.

Le 15 juillet 2015, c'est la petite Ayana, elle aussi née sans problème, qui décédait à l'âge de 9 mois, dont trois de coma au lendemain d'une vaccination Infanrix hexa+Prevenar.

Le petit Livio, né en décembre 2013 est aujourd'hui handicapé à 80% (ulcère d'estomac, épilepsie, inflammation aiguë du tissu cérébral....) après une vaccination Infanrix quinta+Prevenar à deux mois et nouvelle injection deux mois après....

Bien entendu, pour tous ces cas comme pour quasi tous les autres, les services de santté se retranchent "confortablement" derrière le fait que la "causalité" entre les vaccinations et ces cas n'est pas formellement démontrée .....

Pourtant, quel est le risque REEL, si jeune, de contracter par exemple l'hépatite B ???

Alors que les articles R3111-2 et R3111-3 du Code de la Santé publique donnent jusqu'à 18 mois d'âge, pour les seuls vaccins DTP obligatoires (obligatoire veut dire que c'est l'Etat qui se substitue aux laboratoires pour assumer les dédommagements éventuels lors de conséquences reconnues), ce calendrier les ramène à 11 mois, et introduit du même coup des valences non obligatoires, ce qui est contestable ! L'obligation du vaccin BCG a été suspendu en 2007, mais figure toujours dans ce calendrier. Manipulation, quand tu nous tiens ....

Pour mettre ce calendrier "en pratique", le système a prévu des visites médicales plus ou moins "obligatoires" dans les 8 jours suivant la naissance, puis vers le 10ème mois, et le 24ème, les "visas" devant bein entendu figurer dans le sacro-saint carnet de santé.

Or, tout ce beau monde omet de se poser une question primordiale (que les facultés de médecine et les laboratoires pharmaceutiques glissent soigneusement sous le tapis), celle de savoir comment un enfant qui vient de naître et dont le système immunitaire est seulement en train de se construire, peut réagir de façon "cohérente" à une telle "avanlanche" de vaccinations dans ses premiers jours et mois de vie.... et dans la foulée, peut-on scientifiquement décréter que TOUS ces vaccins "standardisés" donneront les mêmes résultats chez tous les enfants et le même ratio bénéfices/risques, sachant que chaque cas peut être différent ?

Combien de dégâts faudra-t-il encore pour se poser enfin les bonnes questions ?

Une dernière pour la route :

Lorsqu'on nous assène que la couverture vaccinale la plus élevée possible protège efficacement de toutes les maladies prises en compte par ces vaccins, on omet aussi de se demander quelle serait l'incidence réelle de ces maladies SANS aucune vaccination de masse.

On admet (pas très scientifique, ça ....) à priori que nous serions noyés sous toutes sortes d'épidémies, alors que l'humanité à survécu jusqu'au 19ème siècle SANS vaccins, et malgré les épidémies qui règnaient alors. C'est SEULE l'amélioration de l'hygiène et de l'alimentation qui a permis l'éradication de ces maladies. La vaccination n'y est strictement pour rien, bien au contraire, lorsque l'on regarde les statistiques AVANT l'introduction des vaccinations de masse..

Voir à ce sujet les excellents ouvrages du Professeur agrégé de biologie Michel GEORGET :

- VACCINATIONS Les vérités indésirables

et

- L'APPORT DE LA VACCINATION A LA SANTE PUBLIQUE.

Et oser prétendre que quelqu'un ne développe pas une maladie donnée parce qu'il a été vacciné, relève aussi de la pure supposition, puisque pour pouvoir l'affirmer avec certitude, il faudrait pouvoir revenir en arrière (avant la vaccination) et voir ensuite l'évolution de cette personne sans vaccin en comparaison. Or, ceci est rigoureusement impossible.

Au moins aussi impossible que de prouver un lien de cause à effet entre un décès dans un cas extrême et une vaccination, si le sujet ne décède pas immédiatement, avant le retrait de l'aiguille. Et encore, vu la mauvaise foi ambiante, on dira que c'est une coincidence....

La soi-disante "protection" offerte par les vaccins est donc une pure spéculation..

Et il ne sagit pas seulement de remttre en cause les adjuvants vaccinaux, mais c'est l'ensemble du produit qui est à reconsidérer HONNETEMENT !

Quand acceptera-t-on enfin de faire passer la santé publique AVANT les intérêts financiers d'un système qui dans les faits est totalitaire au plus haut point !

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article