Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Quelques brèves infos ...

18 Décembre 2016 , Rédigé par motarcs Publié dans #Medecines, Recherches, Ethique, #maladies diverses

... qu'il vaut toujours mieux avoir lues surtout si l'on est concerné !

Boissons énergisantes

Récemment un homme d'une cinquantaine d'années s'est retrouvé avec une hépatite aiguë sans contexte infectieux ou d'usage d'un médicament comme le paracétamol par exemple. L'examen sanguin a révélé des taux excessifs de vitamines du groupe B dont la seule B3 (la niacine) est connue pour être potentiellement toxique pour le foie lorsqu'elle est absorbée à forte dose. Il se trouve que l'origine de cette "surdose" de B3 provenait du fait que le patient consommait de 4 à 5 canettes de boissons énergisantes par jour depuis environ 3 semaines .... Attention donc à ce genre de boissons qui peut en relativement peu de temps faire de gros dégâts.... (J.N.Harb, Z.A.Taylor, V.Khullar, M.Sattari dans BMJ Case Report, 2016)

DMLA : attention aux graisses de la "malbouffe"

La DMLA est devenue en occident la première cause de handicap visuel irréversible. Il existe deux formes, l'une dite sèche (la plus fréquente) et l'autre humide beaucoup moins fréquente pour laquelle certains traitements peuvent ralentir son évolution, sans pour autant la stopper et encore moins l'inverser. Il est donc primordial d'identifier les facteurs qui la favorisent, et rappeler certains conseils d'hygiène de vie. Le tabac, l'exposition exagérée à la lumière (sans lunettes adaptées) et la prise fréquente d'aspirine sont déjà sur la liste des points à éviter. Il convient d'y ajouter aussi la consommation excessive de graisses, comme celles que l'on trouve dans les habitudes alimentaires américaines, à savoir celles dites "trans". Ce type de "régime" induit une altération de la flore intestinale, qui génère à sont tour un état inflammatoire chronique dans l'ensemble de l'organisme, ce qui facilite l'apparition de la DMLA dans sa forme humide. Moralité : le régime méditerranéen vaut bien mieux que celui importé d'outre-atlantique ! (E. MMA Andriessen, A.M.Wilson, et coll. dans EMBO Molecular Medecine, novembre 2016)

Statines et diabète de type 2

Il est actuellement admis que la prise de statines peut induire un diabète de type 2. Le risque de développer ce type de diabète sera d'autant plus important chez des personnes ayant des taux élevés de glucose et de triglycérides sanguin à jeun, ainsi que de surpoids. (P.Kohli, J.W.Knowles, A.Sarraju and coll. dans The American Jiournal of Cardiology, nov.2016).

Médicaments à risques avérés

Et pourtant toujours prescrits .... : le donépézil (Aricept), la galantamine (Reminyl), la mémantine (Ebixa) et la rivastigmine (Exelon) sont connus depuis plusieurs années pour leur manque d'efficacité (effets modestes chez environ 10% des patients atteints de la maladie d'Alzheimer), mais sont tout aussi connus pour générer de nombreux et graves effets indésirables, notamment sur le plan neurologique. La HAS n'avait accord" leurremboursement qu'à hauteur de 15%. La même HAS (Haute Autorité de Santé) avait demandé le déremboursement, mais notre glorieuse ministre de la santé s'est opposée catégoriquement à cette demande. Ou est la cohérence ..... ???

Dans la même veine, l'agomélatine (Valdoxan) est autorisé dans l'UE depuis 2009 pour le traitement de la dépression. Pourtant, son efficacité ne dépasse pas celle du placebo. Par contre les effets indésirables, eux constituent une très longue liste, avec entre autres atteintes cutanées graves, agressions, suicides, pancréatites, atteintes hépatiques graves jusqu'à mortelles. La balance bénéfice-risques est donc totalement négative. Pourtant, on continue de la prescrire, en modifiant régulièrement l'information officielle sur les risques hépatiques... Fin 2015 la Commission de la transparence (!!!) a conclu à une efficacité non démontrée et à un risque de toxicité hépatique grave. Un an s'est écoulé depuis, l'AMM est toujours accordée, et ce produit est toujours remboursé !

Le Blé et son cortège de problèmes

Les effets de l'intolérance au gluten sont aujourd'hui de plus en plus connus. Mais il n'y a pas que le gluten qui peut poser problème. C'est le cas des inhibiteurs de l'alpha amylase et de la trypsine (ATI). Ces inhibiteurs sont connus pour générer des symptômes semblables à ceux observés au cours de la maladie coeliaque par le biais d'une réaction inflammatoire locale intense. Il vient aussi d'être établi que les ATI peuvent également induire un terrain inflammatoire en dehors du tube digestif, surtout dans les ganglions lymphatiques, la rate, les reins et le cerveau ! En plus ils aggraveraient d'autres maladies, comme la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaque, le lupus érythémateux disséminé, la stéatose hépatique non alcoolique et l'asthme. Comme on ne dispose pas de biomarqueurs spécifiques des ATI, l'adoption d'un régime sans céréales (blé et toutes celle apparentées, orge, avoine, seigle) peut permettre aux personnes souffrant d'une de ces pathologies de savoir rapidement si les ATI sont impliqués dans la genèse de leur maladie. Les effets bénéfiques sont en effet rapidement observables. (Medical Press : "New Study links protein in wheat to the inflammation of chronic health conditions". oct.2016)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article