Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Réflexions personnelles sur les votations à venir, suite

5 Mai 2017 , Rédigé par motarcs Publié dans #Géopolitique, économie, manipulations, #manipulations, #Géopolitique, #Ethique, #économie

Devant le caractère éminemment atypique de cette campagne électorale, il apparaît que nous nous trouvons devant une situation complètement inédite.

L'implosion des divers partis autour du "centre", de la gauche à la droite, a favorisé deux candidats que tout oppose, et qui semblent être très loin de faire l'unanimité.

Le candidat Macron se retrouve face au Front National qui lui, se présente pour la septième fois à la Présidentielle. A chaque fois, ce dernier a, globalement, amélioré son score. Ce qui lui a fait dire "la prochaine fois, ce sera la bonne".

Après l'ultime simulacre de débat, (il faudrait dire plutôt pugilat), la perplexité des électeurs est de plus en plus grande, et ce, à très juste titre. Et la réalisation de la prédiction du FN que "la prochaine sera la bonne" semble, une fois de plus, s'éloigner de plus en plus. Ce qui fait dire à certains que le FN serait une "fabrication du système" pour créer une espèce d'épouvantail visant à rabattre les votants vers "l'autre" candidat. Le FN n'ayant en fait aucunement l'intention de Présider. On peut honnêtement se le demander lorsqu'on a vu et entendu les vociférations du père jadis, et de la fille maintenant.

Car enfin,sans aller prendre parti pour ou contre l'un ou l'autre, nous aurons au final 4 possibilités.

Commençons par  les deux plus simples :

1 - Voter Macron, par adhésion à son programme

2 - Voter Le Pen, par adhésion à son programme.

Ce qui dans l'état actuel des choses ne semble représenter qu'une petite partie des votants.

Là où ça se complique, c'est lorsque l'on n'adhère ni à l'un ou l'autre des programmes :

1 bis - Voter Macron pour faire barrage à Le Pen

2 bis - Voter Le Pen pour faire barrage à Macron.

Ce qui en fait, s'est fait à de très nombreuses reprises depuis les débuts de la Vème république.

Et pour finir les deux dernières options :

3 - Voter blanc ou nul (ils seront comptabilisés dans la même catégorie). Dans ce cas, il faut bien se rendre compte que les votes blancs ou nuls sont comptabilisés dans le nombre total de votants. Ce qui donne donc automatiquement d'avantage de représentativité à celui ou celle qui sera élu(e).

4 - S'abstenir. Dans ce cas, et surtout si ce pourcentage est "anormalement" fort, disons 30% ou plus, il peut constituer en quelque sorte une "troisième force", en ce sens que celui qui sera élu devra bien se rendre compte de la quantité de gens qui ne sont d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre (ils ne sont pas tous partis à la pêche....). Et que leurs voeux de représenter l'ensemble des français est au mieux une aimable utopie, au pire un grossier mensonge.

Dans tous les cas, ce ne sera que le début d'une période qui promet d'être plutôt agitée, car avec les élections législatives, il se prépare une autre foire d'empoigne et de règlements de comptes entre les différents partis (ou ce qui en reste) et qui promet d'être "ardente". Les enjeux n'étant à mon sens pas seulement à 5 ans, mais à bien plus long terme.

Pour ne souligner qu'un seul point important de désaccord entre les 11 candidats, celui de l'Europe, il faut bien se rendre compte que la sortie de l'Euro (et éventuellement de l'Europe) prônée par Marine Le Pen, est, telle qu'elle souhaite la mettre en oeuvre, totalement impossible. Pour pouvoir renégocier les conditions de notre adhésion à l'Europe il faudrait que TOUS les autres pays soient d'accord à l'UNANIMITE avec nos propositions. Chose qui est totalement impossible, les autres pays ne vont pas accepter des "avantages" qui nous seraient accordés, et dont il devraient subir les conséquences. Il n'y a donc concrètement qu'une seule option, celle de faire comme les Britanniques et leur Brexit, celle de faire un Frexit, à savoir appliquer l'article 50 de la constitution européenne qui permet à tout membre de quitter l'Union .... à condition de payer immédiatement sa dette.

Etant donné les sommes en jeu, cette option pourrait encore être envisagée actuellement, et au plus tard tout de suite après la sortie (inéluctable) de la Grèce. Si nous attendons qu'un autre pays plus fortement endetté que nous, sorte avant nous (l'Italie par exemple), l'Allemagne ne pourra plus supporter la masse de créances non recouvrées des sortants, et ce sera l'écroulement total de la zone Euro.

Ce qui revient à dire que quoi que nous fassions, l'Europe a un avenir plutôt sombre. Vouloir à tout prix la perpétuer revient à continuer à chanter pendant le naufrage du Titanic. 

La question de fond qui se pose donc n'est pas tellement qui va être président(e), car sa marge de manoeuvre est de toutes façons très réduite, mais faire comprendre aux populations qu'on leur ment honteusement lorsqu'on leur dit que l'Europe nous protège, comme Monsieur Macron, ou que Madame Le Pen veut sortir de l'Europe après négociation.

La terreur que l'on distille autour d'un éventuel Frexit est tellement perverse que nous ne rééditerons probablement pas le référendum de 2005 où nous l'avions refusé une première fois, et où le Gouvernement à bafoué la volonté du peuple en adhérant quand même.

Pour les curieux, je propose la lecture des documents et les vidéos d'un "petit" candidat , François Asselineau, quasi occulté par tous les médias, car trop dérangeant, puisque la base de son programme est : sortir de l'Europe.

Le visionnage de ces vidéos donnera une "autre" optique sur la réalité de la construction européenne qui s'est faite contre la volonté des peuples.

A chacun(e) de se faire son opinion.

A bientôt pour les législatives

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

viva conseil 01/06/2017 13:49

Je vous remercie pour cet article