Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Lettres ouvertes du Dr André Fougerousse à Madame Agnès Buzyn et Monsieur E.Macron

8 Octobre 2017 , Rédigé par motarcs Publié dans #Medecines, Recherches, Ethique, #Géopolitique, économie, manipulations, #Vaccinations, #manipulations, #Ethique, #Medecines

Devant le double scandale sanitaire et dictatorial que notre "gouvernement", qui se présente toujours comme démocratique, prétend vouloir nous imposer (en prenant nos enfants en otage, ce qui est particulièrement odieux) dès l'âge de DEUX MOIS !!!, pour satisfaire la soif financière des lobbys qui les manipulent, lorsqu'ils ne les rétribuent pas directement (voir à ce sujet le curriculum vitae des derniers ministres en date), il est indispensable que le plus grand nombre se rende compte de se qui se passe réellement.... au dépens de leur intégrité physique et de leur santé, ainsi que celle de nos enfants.

A partager sans modération !

__________

Lettre ouverte du Dr André Fougerousse à Madame la Ministre de la Santé :

La Médecine Officielle et Big Pharma racontent n’importe quoi sur les vaccins !
Imposons-leur quelques vérifications menées scientifiquement.

Cela va faire deux cents ans que la France se cramponne au mythe des vaccins tout-puissants, qui auraient éradiqué miraculeusement quantité de maladies et sauvé la planète…
Louis PASTEUR serait le héros incontesté de cette épopée, dans l’imaginaire de tout Français, au point qu’il est inconcevable d’oser émettre le moindre doute sur ses recherches et sur l’honnêteté de ses travaux. Même Monsieur Erik ORSENNA, qui a accédé au siège de PASTEUR à l’Académie française, participe à son panégyrique, et profite des retombées de la (prétendue) gloire de ce ‘’savant’’.
Nous avons subi et subissons encore un lavage de cerveau insensé qui nous empêche de raisonner.
Pourtant plusieurs thèses ont été soutenues et plusieurs ouvrages bien documentés ont très sérieusement égratigné cette icône, et mis à mal la prétendue efficacité des vaccinations… ce qui peut choquer nos cerveaux formatés. Mais les faits scientifiquement observés sont têtus.

Comme la santé publique est en jeu, les autorités politiques et médicales ont des comptes à rendre à la vérité scientifique et à l’honnêteté intellectuelle, sous peine de réactions de ‘’dégagisme’’.
La science expérimentale et déductive a pénétré les scènes de crimes, et rend d’immenses services à la manifestation de la vérité. La science expérimentale indépendante est strictement interdite sur la scène des vaccins ! Circulez…
C’est Big Pharma qui s’approprie ce domaine de la santé pourtant publique, en ne tolérant aucun contrôle. C’est un coup d’Etat permanent. Nous ne savons pas quels sont les tests d’efficacité et d’innocuité qui sont mis en oeuvre, avant l’inoculation obligatoire rêvée sur de très jeunes enfants ! Ce qui constitue une immense agression - pas sans conséquences ! - et une violation inadmissible et injustifiée de l’intégrité physique ! Pour quel(s) bénéfice(s) ? Au nom de quelle morale ?

Onze obligations vaccinales… La loi d’interruption de jeunesse…
Tout universitaire qui, en France, s’aventure sur ce terrain encore bourré d’interrogations et d’incertitudes, se voit confisquer ses crédits de recherche par les autorités académiques, qui dévoilent ainsi leurs complicités ! Tout comme les autorités politiques qui les tolèrent (voyez les exemples du Dr Romain GHERARDI sur l’aluminium des vaccins, du Pr Gilles SERALINI sur les OGM, du Dr de LORGERIL sur les statines, etc… ). Il y a, heureusement, de plus en plus de pays qui s’ouvrent (Parlement suédois, un doctorat australien…), et même récemment le Sénat français !
L’obscurantisme, l’omerta qui se perpétuent ici ne sont pas dignes de notre pays, patrie de PASTEUR , ce chimiste qui a fait des fautes grossières. Les postulats de KOCH, publiés en 1882, sont plus sérieux que les dogmes erronés de PASTEUR, pour démontrer la possible responsabilité d’une bactérie ou d’un virus dans le déclenchement d’une maladie. Et si cette responsabilité n’est pas dûment prouvée, tout vaccin est alors inutile, potentiellement dangereux, et devrait être interdit sine die !

Ces postulats sont les suivants.

Ce sont trois critères indispensables pour prouver qu’un microbe est la cause, le responsable d’une maladie :
1. on doit trouver le microbe en abondance chez tout patient souffrant de la maladie en cause, et dans tous les tissus malades ;
2. le microbe doit être isolé, identifié et cultivé en laboratoire ;
3. le microbe purifié doit à son tour provoquer la maladie lorsqu’on l’inocule à un autre patient (ou à un animal).
Moi, universitaire, Ministre de la Santé, je signerais des contrats de recherche avec des équipes
universitaires sûres, et sous le contrôle d’autorités universitaires indépendantes, pour refaire(*),
avec les techniques et les matériels d’aujourd’hui, les travaux publiés et contestables de PASTEUR, et surtout les travaux publiés mais volontairement ignorés du Pr Antoine BECHAMP (Faculté de Médecine de Montpellier ; 1854-1876) et du Dr Jean TISSOT (Professeur de Physiologie Générale au Muséum national d’Histoire Naturelle - Publications majeures en 1926, 1936 et surtout 1946).
(*) La chaîne Science et Vie TV relate actuellement les travaux de chercheurs qui refont les expériences de DARWIN, ce qui leur permet de les compléter utilement.
Ces travaux remettent vigoureusement en cause le vieux schéma pastorien : chaque microbe a une forme invariable, il attaque notre organisme avec la volonté de nous nuire, il est responsable de la maladie, il suffit de l’identifier, de l’exterminer, et le malade est guéri ! Ce n’est jamais aussi simple !
Voyons quelques exemples où la bactériomanie naissante a conduit à des impasses.
Entre 1880 et 1930, plusieurs maladies ont fait de nombreuses victimes. Je me limiterai ici au scorbut, au béribéri, à la pellagre et à la lèpre.
De nombreux chercheurs, bactériomaniaques, se sont appliqués à trouver dans chaque cas une
bactérie qui serait responsable. Au bout de nombreuses contorsions, ils ont parfois été persuadés d’avoir isolé la bonne, mais ne l’ont jamais confrontée aux trois postulats de KOCH. Donc les tentatives de guérison via leur éradication ont été des échecs.
Les progrès de la science aidant, tout particulièrement en chimie, et grâce aux mesures d’hygiène, il fut démontré que le scorbut était lié à un manque de vitamine C, le béribéri à une carence en vitamine B1, le fléau de la pellagre à une carence en niacine, normalement présente dans le maïs qui servait de base à l’alimentation des populations touchées. Quant à la lèpre, de nombreuses observations plaident en faveur d’une cause également nutritionnelle (carences en vitamines et minéraux). Il y a d’autres exemples.
Et faisons un petit passage par les trois vaccinations obligatoires Diphtérie-Tétanos-Polio, que Big Pharma prétend efficaces, mais prétend ne plus pouvoir fabriquer seuls, sauf à les associer d’office à plusieurs autres, en augmentant cruellement les dangers potentiels… et les coûts !
J. TISSOT a montré que diphtérie et poliomyélite avaient pour origine des aliments frelatés. Les causes de dégradation sont extrêmement rares aujourd’hui dans notre nourriture industrielle (mais qui nous empoisonne d’autres façons !). Le tétanos est un trouble d’origine interne lié à un manque d’oxygénation local, contre lequel un vaccin n’a aucun sens ! On confond allègrement les causes et les effets… Le tétanos n’est pas contagieux et une première atteinte ne protège pas. Par ailleurs, un chirurgien français, le Pr DELBET avait découvert en 1915 (il soignait les victimes de la guerre de 14-18) que le chlorure de magnésium, au besoin par voie intraveineuse, permettait d’arrêter tout début de diphtérie, de poliomyélite et de tétanos. L’académie de Médecine de l’époque avait refusé de publier ce travail !!
Beau scandale de non-assistance à personnes en danger, toujours actuel…

Alors à quoi (ou à qui) sert cette obligation vaccinale DTP, tout à fait inutile ??
À quel besoin de santé publique répondrait une obligation vaccinale à 11 germes pseudo
responsables, dopés avec des adjuvants toxiques, sachant qu’aujourd’hui les maladies infectieuses constituent seulement 1 % de toutes les causes de décès dans le monde industriel… et que le remède de DELBET (MgCl2) rend de grands services, en dopant nos systèmes immunitaires…
Madame la Ministre, avant de prendre une décision très grave de conséquences,
dont vous devrez rendre compte devant les juges, faites refaire en toute
transparence les travaux de PASTEUR, de BECHAMP et de TISSOT.

Et cessez de nous demander de vous croire sur vos doctes paroles. Citez-nous des
preuves scientifiques démontrées, publiées, vérifiables et contrôlables.
Je le réclamais déjà lors d’un débat municipal que j’animais en 1977 (*) ! Quarante
années plus tard
, on constate que l’argumentation assénée par votre haute
administration est toujours d’une indigence, peu convaincante
En attendant, comprenez les doutes vécus par une grande partie de la population.
Nous ne sommes pas, nous ne sommes plus dans le domaine des croyances béates.

Le 27 juillet 2017
Dr André FOUGEROUSSE Docteur d’Etat ès Sciences 1973
Professeur de Chimie honoraire de l’Université de Strasbourg
Doyen honoraire de la Faculté de Chimie
www.andrefougerousse-recherche.fr (Rubriques ‘’ Infos Vaccins ‘’, ‘’Pr. A. BECHAMP ‘’)

(*) Mon fils, à l’âge de quatre ans (en 1973), a fait un accident post-vaccinal après BCG. D’où mon implication ancienne dans la défense de la liberté des vaccinations, droit fondamental de ceux qui refusent de payer dans leur chair les bricolages et les arrangements officiels…
(De nombreux cas de poliomyélite sont apparus sur l’île de Bornholm après des essais du BCG)
BIBLIOGRAPHIE

1. « Les microzymas dans leurs rapports avec l'hétérogénie, l'histogénie, la physiologie et la
pathologie » Antoine BECHAMP, Docteur en Pharmacie, en Sciences et en Médecine.
Publication, en 1875, de l'intégralité des cours et conférences de l'auteur, à la Faculté de
Médecine de Montpellier de 1864 à 1876 (puis Doyen de la Faculté Catholique de
Médecine et de Pharmacie de Lille). L'ouvrage a été réédité en 1990 par le Centre International d'Etudes A. Béchamp (1002 pages).

2. « BECHAMP ou PASTEUR ? » E. DOUGLAS HUME Librairie Le François 1948
Etude comparative des travaux et échanges soumis par Béchamp et Pasteur, et publiés
dans les Compte- Rendus de l'Académie des Sciences.

3. « Une injustice dans l'histoire des Sciences. Le cas du savant lorrain Antoine BECHAMP »
Marie NONCLERCQ, Pharmacien. Conférence donnée le 10.11.1977 devant l'Académie
et Société Lorraines des Sciences (Antoine BECHAMP est né en 1816 à Bassing, en
Moselle).

4. « Antoine BECHAMP (1816-1908) l'homme et le savant – originalité et fécondité de son
oeuvre » Marie NONCLERCQ, Docteur en Pharmacie. Publication des éléments de sa thèse
soutenue le 21.12.1981 devant la Faculté de Pharmacie de Strasbourg. Nous avons eu le privilège d'inaugurer une rue BECHAMP à Ostwald (banlieue Sud de Strasbourg), en 1982, en présence de Mme NONCLERCQ et d’arrière-petits-enfants de BECHAMP.

5. « Constitution des organismes animaux et végétaux – Causes des maladies qui les
atteignent » Dr Jean TISSOT Laboratoire annexe de Physiologie Générale du Muséum d'Histoire Naturelle Ed. de l’Ouest (Angers) 1946 (360 pages + planches photographiques)
« 3ème volume : - constitution anatomique de la matière vivante - fonction bactérienne des êtres vivants - virus des maladies autogènes et hétérogènes et leurs sources originelles - preuves de l'inefficacité et des dangers des vaccinations actuelles »
Les pages 25 et 26 témoignent de ce que sont « la liberté d'opinion et de discussion
scientifiques en France ». (Cela n’a guère changé de nos jours…)

6. « L’univers bactériel » Lynn MARGULIS (Professeur à l’Université du Massachusetts) et
Dorion SAGAN Ed. du Seuil Collection Points Sciences 2002
Ouvrage remarquable qui relate la vie et les fonctions des microbes, des origines à nos
jours.

7. Les ‘’protits’’ de Günther ENDERLEIN (1925), les ‘’somatides’’ de Gaston NAESSENS
(réfugié au Canada) (1963), les observations de Henry Charlton BASTIAN (1870) et de
Royal Raymond RIFE (1920). Tous ces chercheurs rejoignent BECHAMP.

8. « L’invention du virus du SIDA » Peter H. DUESBERG (Professeur de biologie moléculaire
et cellulaire de l’Université de Californie à Berkeley) Ed. Marco Pietteur 2012 (très
nombreuses références scientifiques)

9. « Vaccins, mensonges et propagande » de Sylvie SIMON « Les vrais risques des vaccins –
Les contradictions des autorités de santé – Les grands secrets de l’industrie
pharmaceutique » Thierry SOUCCAR Editions 2009 (ouvrage remarquablement
documenté)

Les découvertes faites actuellement sur notre microbiote intestinal vont très
prochainement réduire à néant le mythe du méchant microbe, ramassé par
malchance, et créé ex nihilo pour nous nuire…

Voir https://drive.google.com/file/d/0B9XWXmsIsTRqQWwzUV9DM3hidGs/view

« Claude BERNARD avait raison : le microbe n’est rien, le terrain est tout » devait
reconnaître Louis PASTEUR peu de temps avant sa mort.

L’Histoire ne l’a malheureusement pas retenu.

_____________

 Dr André FOUGEROUSSE Docteur d’État ès sciences 1973

Professeur de Chimie honoraire de l’Université de Strasbourg

Doyen honoraire de la Faculté de Chimie

Site personnel www.andrefougerousse-recherche.fr

Courriel : andre.fougerousse@orange.fr

57850 DABO

Le 2 octobre 2017

Monsieur le Président de la République,

Votre projet de budget pour l’année 2018 me range dans la catégorie des fonctionnaires retraités nantis et me demande de contribuer au soutien des Français moins favorisés.

 

J’accepte volontiers ce geste de solidarité, mais, pour rester cohérent avec mon statut de fonctionnaire, je me permets d’émettre quelques exigences.

 

Être fonctionnaire, c’est être chargé d’une fonction par l’État, fonction que l’on s’engage à remplir avec sérieux et dignité et à en rendre compte.

 

J’ai commencé par être élève-maître à l’École Normale d’Instituteurs de la Moselle, après avoir réussi le concours d’entrée, à l’âge de seize ans. Présentant certaines capacités et ayant une bonne aptitude au travail, j’ai réussi le baccalauréat Math-Elem en 1963 (AB), puis quelques concours (IPES, CAPES de Physique-Chimie) et à me faire remarquer par un professeur de l’Université de Strasbourg, qui m’a recruté comme assistant en 1968.

 

Après avoir passé un DES, un DEA, soutenu une thèse d’État en chimie (en 1973), qui m’a permis de découvrir les contraintes et les exigences de la recherche scientifique, fait un stage d’un an

à l’Université de Montréal, j’accédais à la carrière universitaire, dont je gravissais tous les échelons. J’ai même été nommé Directeur du DEUG Sciences (1985 - 1990), pour répondre aux défis de la première massification des études supérieures, et élu Doyen de la Faculté de Chimie (1999 - 2004).

Se superpose un parcours d’une quinzaine d’années en tant qu’élu de la République, trois mandats de maire (à partir de 1977, à l’âge de 33 ans, pour administrer une ville de dix mille habitants, réélu avec des scores croissants), un mandat de conseiller régional d’Alsace, de vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg (malheureusement écourté, comme mon 3e mandat de maire), qui a contribué à parfaire ma formation et à me faire découvrir les méandres de la nature humaine, les contraintes d’un parti, mais aussi les vertus de l’écoute et de la concertation.

Ce parcours a aussi été remarqué. J’ai été nommé Chevalier de l’Ordre du Mérite Agricole, décoré par M. Rocard en 1987, et Chevalier de l’Ordre National du Mérite par un décret de 1989 du Président F. Mitterrand, suite à la demande du Préfet.

 

Ce curriculum étant rapidement brossé, j’en arrive à expliciter mes exigences : c’est votre projet d’imposer onze vaccinations obligatoires à de très jeunes enfants qui me révolte, parce qu’il ne répond pas aux exigences auxquelles m’ont soumises mes responsabilités de chargé de fonction publique à l’université, comme enseignant, chercheur et gestionnaire.

 

Je m’explique.

 

L’obligation vaccinale ne pourrait se justifier que s’il était démontré de façon incontestable, en respectant des démarches scientifiques rigoureuses, dont les procédures et les résultats seraient publiés dans des revues d’audience internationale :

- que les vaccins protègent parfaitement tous les vaccinés (ceux-ci étant infectés artificiellement, ils risquent d’être contagieux et des transferts de virulence sont possibles) ;

- que les non-vaccinés représentent un danger pour la santé publique ;

- qu’il faut un minimum de 85 % de vaccinés pour lever tout risque d’épidémie ;

- que les vaccins proposés sont sans danger ;

- qu’il est justifié d’inoculer la même dose à tous les bébés, quelles que soient leurs aptitudes.

 

Je demande que Madame la Ministre me et vous fournisse les références des publications scientifiques sur lesquelles elle se fonde pour soutenir les affirmations ci-dessus. C’est la moindre des choses pour une telle entreprise d’agression physique aux effets incertains, que

l’on veut imposer de force à tous les bébés.

 

Mon fils ayant fait un accident après BCG en 1973, à l’âge de quatre ans, j’ai lu énormément de choses sur les vaccins et j’accuse vos services du Ministère de la Santé d’être incapables de prouver scientifiquement les assertions ci-dessus exposées, qui leur servent de justifications, indiscutables, selon eux…, mais pas prouvées.

 

Dès lors, on ne peut pas fonder une politique vaccinale obligatoire sur la base d’observations partielles, imaginées, manipulées, interprétées, affirmées avec aplomb par des pontifes, mais malheureusement marquées par des quantités d’incertitudes et de faits contradictoires qui ne répondent pas aux dogmes officiels.

J’ai enseigné et fait ma recherche en chimie organique, la chimie du vivant. Le fonctionnement d’un organisme humain est d’une extrême complexité et personne, pas même les grands professeurs de médecine (omni compétents par définition), ne sont capables de comprendre et de prévoir toutes les interactions qui seront provoquées par l’injection directe de micro-organismes étrangers (boostés par des substances dangereuses et parfois bricolés génétiquement) ni d’imaginer les conséquences à long terme sur des organismes affaiblis. Évaluer l’efficacité d’un vaccin en se fondant exclusivement sur le taux d’anticorps n’est absolument pas fiable.

 

Vous trouverez ci-joint la lettre ouverte que je destine à Madame Buzyn. Je cite certains travaux scientifiques publiés, qui mettent en doute l’utilité des vaccins. Je propose qu’ils soient calmement réexaminés, en toute transparence. 3

 

La Liberté.

Vous abordez souvent, dans vos discours, l’importance des libertés, vertus défendues de façon

exemplaire, semble-t-il, dans notre pays.

Et pourquoi pas dans le domaine des vaccinations, domaine incertain s’il en est ??

J’affirme que les non-vaccinés ne représentent aucun danger (ce sont les vaccinés que l’on infecte artificiellement) et qu’il est outrancier et diffamatoire de les accuser d’incivisme.

 

J’estime que vous n’avez pas le droit d’imposer un acte aussi agressif, sans être assuré de son efficacité et de son innocuité à court et long terme, assurance qui n’existe pas à ce jour, sauf à ce que vous me le démontriez rigoureusement ?

 

Et forcer la soumission des parents à l’acte vaccinal, si contestable, en le subordonnant à l’obligation scolaire est d’une incroyable violence, un abus de pouvoir injustifié, contraire au Droit. C’est un acte digne d’une dictature, dont l’Ordre des Médecins serait le bras armé, cette étonnante survivance de la sinistre police médicale créée sous le régime de Vichy…

 

Je souhaiterais, Monsieur le Président de la République, que vous laissiez un autre souvenir que cette lourde intervention obligatoire hasardeuse, parce qu’il y aura forcément d’innombrables ratés, des accidents, des scandales, du contentieux et des drames humains… pour rien.

Les maladies infectieuses constituent seulement 1 % de toutes les causes de décès dans le monde industriel. Agiter le chiffon rouge en brandissant un décès par rougeole est pathétique.

En vous remerciant pour l’attention que vous voudrez bien accorder à cet acte, dont vous porterez la responsabilité pleine et entière, je vous prie d’accepter, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.

 

Dr André FOUGEROUSSE

Chargé d’une fonction de l’État pendant quarante ans.

Copies transmises à Madame Buzyn et à la presse peut-être intéressée, d’abord dévouée aux puissants…

 

Résumé

Faire un discours à la Sorbonne, c’est acquiescer aux valeurs universelles de la recherche universitaire. En l’appliquant à l’acte vaccinal, on est stupéfait d’observer le manque flagrant de preuves scientifiques et d’assister au recours à des croyances béates, perpétuées par des bonimenteurs privés, relayées par de pseudo-scientifiques souvent intéressés.

La santé publique exige des preuves et des assurances, dont le Président de la République est le garant. La liberté des vaccinations s’impose pour une intrusion intime qui n’a prouvé ni son utilité irremplaçable ni son innocuité. Il existe des traitements qui méritent d’être reconnus et tentés.

 

Onze obligations vaccinales .... La loi d'interruption de la jeunesse ....

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article