Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Compteurs Linky d'EDF : remise à zéro indispensable

29 Janvier 2020 , Rédigé par motarcs Publié dans #pollutions, #Géopolitique, #économie, #manipulations

Devant l'avalanche de fausses informations, relayées par toutes sortes de pseudo-associations ou "cyberacteurs" qui fleurissent de toutes part et qui prétendent vouloir (et pouvoir) nous protéger, je me vois obligé de remettre à plat les arguments et contre-arguments des uns et des autres, car autant les autorités et les distributeurs d'énergie (EDF et ERDF en tête) brillent par une "communication" volontairement incomplète, autant ceux qui s'opposent à la mise en place de ces nouveaux compteurs (Robin des toits, Next-up et Cyberacteurs parmi beaucoup d'autres) brillent par leurs amalgames, approximations et franches inexactitudes, si ce n'est leur avidité du gain à vouloir "ramasser des cotisations au passage".

Ceci dit, voyons un peu plus en détail pourquoi par exemple Robin des Toits (and C°) n'est absolument pas crédible dans sa démarche :

1) L'association Robin des Toits vous leurre en vous incitant à envoyer une lettre à EDF dans laquelle elle insinue en filigranne la thèse selon laquelle les collectivités locales auraient le pouvoir de s'opposer à la pose des compteurs Linky.

2) Ces compteurs ne constituent pas en l'état actuel des choses et raisonnablement et techniquement une menace d'espionnage et d'atteinte à la vie privée telle qu'elle est caricaturée, et on va voir plus loin pourquoi.

3) Par contre, ils vont bien constituer une source supplémentaire et généralisée de pollution électromagnétique et vu qu'en France et en raison même de la nature particulière de nos "élites", il ne faut pas s'attendre à ce que la forme de sagesse qui a triomphé outre Rhin s'applique  chez nous (en Allemagne les compteurs communicants sont réservés aux gros consommateurs, à partir de 6000 kWh/an, sachant que la moyenne par foyer est actuellement autour de 3500 kWh/an chez nos voisins).

La seule ressource concrète consiste à prévoir les moyens techniques de neutraliser plus ou moins ces émissions CPL au sein de chaque réseau domestique.

Cela risque bien sûr de poser un énorme problème dans les immeubles d'habitation collective. Aussi est-il surprenant de constater qu'alors qu'il existe des moyens, sans doute relativement simples et pas trop coûteux de neutraliser ces émissions après chaque compteur, aucun technicien et surtout aucun industriel n'a encore songé à proposer des parades.

Je mettrai pour ma part  Robin des Toits doublement en cause, d'une part pour diffusion de fausses informations, d'autre part pour occultation d'information. Leur site est un ramassis de contestations paraissant à droite et à gauche dans les divers médias au sujet des diverses techniques génératrices de pollution électromagnétique sans même être capable, notamment pour les compteurs Linky de résumer de manière synthétique et pédagogique en quoi consiste exactement cette technologie et quels seraient les remèdes possibles (pour autant qu'il en existerait de réellement efficaces) pour en neutraliser plus ou moins complètement les nuisances.

En effet, selon les affirmations de cette association, dans le modèle de lettre recommandée à envoyer à EDF pour s'opposer à la pose de ces fameux compteurs pollueurs, il est exact que les collectivités territoriales locales, sont bien, en tant que collectivités concédantes de la partie basse tension des réseaux d’adduction électrique, propriétaires et gestionnaires de ces réseaux, mais laisser à entendre que ce sont ces mêmes collectivités seraient propriétaires aussi des compteurs résulte en définitive d'une lecture insuffisante du code de l'énergie et notamment de son article 322-8 !

Cependant, je m'empresse d'ajouter que l'on ne peut parvenir à cette conclusion qu'en décryptant le contenu du fameux modèle de lettre, ce qui n'est pas à la portée de l'immense majorité des particuliers. En résumé, il ressort que ERDF est à la fois propriétaire et gestionnaire du réseau en sa partie THT (Très Haute Tension) et HT (Haute Tension) jusqu'aux transformateurs compris, et  que les collectivités locales et territoriales sont propriétaires du réseau BT (basse tension local 230/380 V) mais que l'article précité indique clairement que cette gestion s'arrête avant les compteurs proprement dit. Car l'article en question dit bien dans son alinéa 7 :

Sans préjudice des dispositions du septième alinéa du I de l'article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales, un gestionnaire de réseau de distribution d'électricité est, dans sa zone de desserte exclusive, notamment chargé, dans le cadre des cahiers des charges de concession et des règlements de service des régies :(...)

7° D'exercer les activités de comptage pour les utilisateurs raccordés à son réseau, en particulier la fourniture, la pose, le contrôle métrologique, l'entretien et le renouvellement des dispositifs de comptage et d'assurer la gestion des données et toutes missions afférentes à l'ensemble de ces activités ;

8° De mettre en œuvre des actions d'efficacité énergétique et de favoriser l'insertion des énergies renouvelables sur le réseau ;

Voir : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTe...

Il n'existe donc aucun doute que EDF est libre d'imposer le type de compteur de son choix et qu'en conséquence les communes n'ont aucun pouvoir pour s'y opposer puisque l'alinéa cité laisse aux compagnies fournissant le courant, la charge du comptage et celles du (faux) projet d'économie d'énergie et ceci est encore une autre histoire....

En quoi consiste la faute impardonnable de Robin des Toits ?

Premièrement, il aurait fallu pour que le propos soit clair, et dire ce qui vient d'être dit ci-dessus, et apporter en note les justifications réglementaires. Or voici ce que l'association préconise d'écrire, je cite :

Toutefois, il résulte de l’article L 322-4 du code de l’énergie que :
« Sous réserve des dispositions de l’article L. 324-1, les ouvrages des réseaux publics de distribution, y compris ceux qui, ayant appartenu à Electricité de France, ont fait l'objet d'un transfert au 1er janvier 2005, appartiennent aux collectivités territoriales ou à leurs groupements désignés au IV de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.

Toutefois, la société gestionnaire du réseau public de distribution, issue de la séparation juridique imposée à Electricité de France par l’article L. 111-57, est propriétaire de la partie des postes de transformation du courant de haute ou très haute tension en moyenne tension qu'elle exploite ».

Ce qui signifie que les compteurs (les anciens comme les nouveaux) appartiennent à la personne publique concédante.

Il faut préciser que cette propriété, d’origine législative, ne peut pas vous être transférée (Cour administrative d’appel de Nancy, 12 mai 2014, n° 13NC01303).

Dès lors, par la présente, je vous remercie de bien vouloir m’apporter la preuve de l’autorisation expresse que vous aura donné la personne publique concédante afin de pouvoir procéder aux changements de ses compteurs.

Vous pouvez constater en comparant avec la traduction rectifiée donnée précédemment, que le propos non seulement n'est pas clair et qu'il aurait fallu exposer les faits de manière plus précise, et qu'au final la dernière phrase est de nature à faire illusion au sujet des droits réels de l'abonné. Or il suffit de citer la partie de l'article 322-8 déjà relevé ci-dessus pour apporter la preuve que les communes n'ont aucun moyen de s'opposer à la pose des nouveaux compteurs.

Il est tout de même surprenant que les médias s'ingénient à colporter la thèse de Robin des Bois en montant en épingle les municipalités qui ont décidé de s'opposer à la pose des compteurs sous prétexte que les compteurs et les "concentrateurs" seraient de leur compétence. 
A partir du moment où une association n'est pas capable de diffuser une information juridique fiable, elle devient franchement négative puisqu'un jour ou l'autre on s'apercevra que ce qu'elle avance n'est pas exact. 
Pour l'instant le pouvoir laisse dire car il est plus avantageux de laisser les gens s'illusionner sur d'éventuels moyens de défense, mais le moment venu les tribunaux trancheront et les municipalités frondeuses seront renvoyées dans les cordes et tous ces naïfs qui ont misé sur Robin des Toits and C° s'apercevront qu'ils se sont fait littéralement plumer d'une cotisation qui n'aura servi à rien.

Devant un tel degré d'incompétence, on peut se demander si elle n'est pas plus ou moins noyautée par des traitres à la solde du pouvoir, mais quoiqu'il en soit, l'incompétence et le manque de discernement sont choses si universellement répandues, qu'en fin de compte le niveau est tellement bas que le pouvoir n'a même pas à s'en soucier 

Si l'on renonce à la thèse voulant que les fameux compteurs soient sous la juridiction des collectivités locales concédantes du réseau BT, toute la portée de la manoeure proposée risque de s'écrouler. Demander à EDF de fournir la preuve qu'elle serait assurée contre les dommages résultant d'une pollution électromagnétique n'est pas plus réaliste que de la demander aux opérateurs de téléphonie mobile par exemple ou aux opérateurs de télédiffusion et radiodiffusion.

Toute entreprise ne peut exercer que moyennant une assurance en responsabilité civile, donc un particulier ne peut exiger de preuve de la part d'une entreprise jadis publique.

Bien que les risques de cette pollution soient niés par les experts prétendus qui ont voix au chapitre (mais ce point n'est pas forcément une référence, bien au contraire, vu les donflits d'intérêts dans tous les domaines...), c'est aussi ignorer que les dommages redoutés font partie précisément des risques qu'aucune compagnie ne daigne assurer puisque précisément aucun consensus n'existe quant à leur réalité.

Enfin si à la suite de la pose de votre compteur vous ne pouvez invoquer que la survenue de troubles tels que insomnie et Cie, vous risquez fort de vous embarquer dans une voie sans issue, car toutes les personnes dites EHS n'ont dans les faits d'autre solution concrète que .... la fuite....

Enfin, pour ce qui est de Next-up, les appareils de mesure et les sondes présentés pour mesurer la soi-disante pollution électromagnétique sont inapatées à ce que Next-up prétend mesurer....... soit ils l'ignorent et sont donc incompétents, soit ils le savent et dans ce cas prennent leurs lecteurs pour des imbéciles.

Sur les rumeurs concernant les risques d'"atteintes à la vie privée" par le prétendu espionnage des compteurs "intelligents"

A RETENIR : jusqu'à preuve du contraire, les Linky ne peuvent transmettre d'informations que sur l'évolution horaire de la consommation globale d'un abonné. Les frigos, fours, machine à laver ne sont pas (encore) munis de générateurs d'identifiants susceptible de communiquer par CPL l'identité et la nature de l'appareil en train de se mettre en route ou de s'arrêter. Et sans ce "retour" d'information fourni par l'appareil, aucun contôle à distance n'est possible ! Soit donc, l'abonné installe volontairement de tels "capteurs" adaptés à Linky sur ses prises, donc il est parfaitement "consentant", soit dans un temps FUTUR les appareils commercialisés seront d'office équipés, et qu'il sera impossible à l'usager d'activer ou désactiver cette fonction. Nous n'en sommes pas encore là, que je sache....

Donc EDF n'est donc pas près de savoir à quelle heure je vais allumer ma lampe de chevet la seule différentiation possible est celle de savoir si j'ai allumé une lumière ou un moteur électrique  ....

En d'autres termes, c'est, jusqu'à preuve du contraire pure paranoïa !

Si l'on veut sous entendre qu'en captant les informations style CPL, ERDF pourrait aller fouiller dans les échanges entre vos ordinateurs lorsque les postes communiquent entre eux par ce mode, il est douteux qu'ERDF ait ce genre de souci, vu qu'il existe des moyens plus simples et imparables, pour un gouvernement, de surveiller le trafic numérique passant par le réseau Internet.

Le seul risque qu'il semble y avoir c'est un risque de brouillage des appareils domotiques, pc, téléphones par internet, etc. En effet, les fréquences porteuses de la version CPL actuelle de Linky et celles des CPL informatiques domestiques ne sont pas (plus, les premiers brouillages ne peuvent donc plus se produire) les mêmes, et c'est seulement des fréquences harmoniques (multiples ou sous-multiples) qui pourraient éventuellement causer des interférences, donc des dysfonctionnements. 

Le problème est ailleurs, c'est-à-dire dans la pollution électromagnétique surajoutée aux sources déjà connues : fours à micro-ondes, portables GSM, 3 et 4G, bientôt 5G, Wi-Fi, CPLs domestiques. 

La technique du CPL et le transport des informations vers le superviseur

Les CPLs sont une technique consistant à injecter des moyennes et hautes fréquences cryptées et codées contenant les informations dans le courant alternatif basse tension, ces informations sont rassemblées au niveau d'un concentrateur qui les envoient à un centre de supervision par une technologie analoque à celle mise en oeuvre par les portables.

Voir ici pour en savoir plus sur les ondes électtomagétiques qui nous entourent

A noter une autre erreur régulièrement colportée un peu partout :

La fréquence, ou plutôt les fréquences porteuses utilisée par le CPL de Linky sont très basses, à savoir, 63.3 KILOHERTZ et 74 KILOHERTZ, et non pas comme le soutiennent certains, dans les Mégahertz .... ni dans les fréquences radio à proprement parler celles-ci ne commençent que vers 150 kHZ (les Ondes Longues que les plus anciens connaissent avec France Inter à 164 kHz et Europe 1 à 182 kHZ). Ceci dit, quelle que soit la fréquence (haute ou basse) la modulation (analogique ou digitale), la puissance forte ou faible, les ondes produites par l'homme sont TOUTES potentiellement nocives et ne devraient tout simplement pas exister. Par leurs effets, en fonction de l'état du système immunitaire de chacun, elles pourront sembler innofensives (pas d'effet apparent) ou provoquer divers problèmes plus ou moins graves allant de simples malaises plus ou moins diffus .... à l'apparition de cancers.....

Comment neutraliser la pollution chez soi

La technique des CPL est déjà utilisée pour les impulsions déclenchant le fonctionnement des chauffe eau en heure creuse. Ces informations, transmises chez l'abonné par le "fil pilote" et servent aussi à programmer son chauffage par exemple, et fonctionne lui par "écrêtage" et "découpage" des phases du courant qui va sortir du tableau électrique. C'est donc TOUT le courant qui alimente la maison ou l'appartement qui sera modifié, et qui ne sera plus une sinusoide parfaite à 50 hertz. Tout le monde a constaté la légère baisse d'intensité de l'éclairage au moment du passage au courant de nuit (heures creuses).

Techniques de neutralisation

Ces fréquences peuvent être neutralisées par le branchement de filtres à base de condensateurs de qualité et de valeur adéquate après le compteur sauf que leur effet risquent de s'exercer dans les deux sens, soit en aval et en amont du compteur (quoique ce point reste à clarifier) et donc d'empêcher EDF de recevoir les informations collectées et la Cie risque, par mesure de rétorsion, de facturer des forfaits dissuasifs.

Ces filtres doivent bien entendu être dimensionnés pour les valeurs en jeu. Tout électronicien ou électricien compétent pourra les déterminer.

La solution du "transformateur isolement" est actuellement une utopie profonde développée par certains, car cette solution (bien que théoriquement valable) représente pour fournir une alimentation d'environ 3500 kVA (soit pour un petit logement !!!) un engin d'environ 75 kilogrammes minimum et un coût de plus de 2000 euros.... Voir par exemple chez Labérine Energie.

Il y a sans doute d'autres solutions, assez purement électroniques et beaucoup moins onéreuses que le transformateur d'isolement. Si pour une raison ou une autre on doit refaire l'installation électrique, il faut commencer par utiliser un câblage blindé.

Ensuite pour simplement éviter les interférences avec les équipements "sensibles", on pourra brancher ceux-ci sur une ligne qui part directement de la sortie du compteur, et d'intercaler un filtre secteur sur cette (ou ces) prise(s).

Lorsqu'il s'agira en plus d'éviter la propagation du CPL dans l'installation, l'idéal serait un filtre unique à la sortie du compteur (donc à l'entrée du tableau électrique), mais en fonction de la puissance délivrée par votre abonnement (3. 6. 9 ou 12 kVA), les "dimensions" de ce filtre unique risquent dêtre prohibitifs.

Une solution consisterait donc à utiliser plusieurs filtres sur les divers départs du tableau électrique.

Bien évidemment, il est à prévoir que des charlatans vont s'engouffrer dans la brèche pour proposer des dispositifs à poser sur les compteurs plus ou moins analogues aux pastilles à coller sur les portables pour protéger leur utilisateur. Le problème est que de tels dispositifs ne peuvent pas annuler physiquement les hyperfréquences et nous sommes là dans un domaine où un simple "acte de foi" comme celui que réclame toute croyance qui se respecte ne peut pas suffire. 

A propos de la notion de propriété et de gestion : 
Il est clair que selon les documents légaux que l'on peut trouver, ce sont les collectivités locales qui sont "propriétaires des réseaux basse tension". MAIS, Jusqu'à présent, je n'ai trouvé AUCUN TEXTE OFFICIEL qui mentionne EXPLICITEMENT le compteur de l'abonné dans ce titre de propriété. Si quelqu'un a un lien, je suis preneur. Faute de quoi, il s'agit, là aussi d'une SIMPLE INTERPRÉTATION, qui pourra être remise en cause. Par contre il est expliqué clairement que ce sont les gestionnaires de réseau de distribution qui mettent en place les dispositifs de comptage, et non pas les propriétaires (voir les liens ci-après).
D'autre part, et ceci est occulté le plus souvent, ces collectivités locales ONT TOUTES DÉLÉGUÉ la maintenance et tout ce qui tourne autour du fonctionnement technique, à ERDF, qui est lui SEUL habilité à intervenir sur ce réseau BT, soit ERDF directement, ou un prestataire habilité PAR ERDF, et non pas par le propriétaire qui est réputé incompétent techniquement en la matière. 
Ce point est donc une cause de litige important, qui pourra, selon les parties en présence, être "tiré dans un sens ou dans l'autre". 
Je renvoie les uns et les autres dos à dos ici, car c'est ces textes qui seront "exhumés" devant d'éventuels tribunaux   https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=BEEF0E848788B2993B27DA7662875FED.tpdila14v_3?idSectionTA=LEGISCTA000023986491&cidTexte=LEGITEXT000023983208&dateTexte=20160219  

C'est l'ensemble des alinéas qu'il faut prendre en compte et pas seulement l'un ou l'autre !!! 
 

Pour ce qui est des nuisances réelles et/ou potentielles de Linky : 
Beaucoup d'inexactitudes (dans les deux sens) ont été jusqu'ici publiées. 
Je rappelle que tout champ électromagnétique (électrique ou magnétique ou électromagnétique) quelle que soit sa fréquence, son origine et son intensité peut être POTENTIELLEMENT NÉFASTE à toute cellule vivante. (Humains, Animaux, plantes ...!) 
Cela inclut toutes les sources naturelles ou artificielles de rayonnements qu'ils soient dans le domaine des basses, moyennes, ou hautes fréquences, y compris les rayons dits ionisants (atomiques, rayons X, alpha, beta, etc.....). 
Ceci posé et admis, force est de constater que nous survivons tant bien que mal dans un brouillard électromagnétique de plus en plus intense, depuis le début des radio-communications. Linky et son CPL ne représente, si l'on veut rester objectif, qu'une toute petite part (en plus) de ce "smog"... 
Je me pose la question, par exemple, pour les habitants de BREST dans le Finistère, quelle sera la part de Linky par rapport aux 735 KILOWATTS (735 000 WATTS) émis en permanence par l'émetteur de télévision TNT local et ce, 7/7 jours et 24/24 heures.....sans compter les émissions radars, satellites, radio AM et FM, Wi-fi, Bluetooth, téléphonie mobile et fixe (je rappelle au passage que la téléphonie fixe passe aussi par des "relais hertziens" et autres câbles sous-marins transatlantiques....) etc. etc. la liste est trop longue pour être énumérée intégralement ici. 
Avant de raconter et colporter n'importe quoi sur la nocivité des ondes, je renvoie le lecteur vers un article que j'avais rédigé en son temps et qui est publié ici : 

  http://infoalternative.over-blog.fr/search/ondes/

En espérant qu'un certain nombre de lecteurs feront l'effort d'essayer de comprendre ..... 
Le nature des ondes TV de la TNT est globalement la même que celles de la téléphonie mobile et les fréquences utilisées par la 4G se situe juste à l'extrémité haute de la gamme UHF de la télévision, ce qui cause d'ailleurs pas mal d'interférences par endroits..... 
A propos d'interférences, la norme CPL utilisé par Linky va, comme toute émission électromagnétique, peu importe son mode de transport, générer des ondes harmoniques (multiples) qui pourront elles se retrouver dans des bandes qui font interférer avec d'autres équipements domestiques. Ce qui cause déjà pas mal de soucis chez certains nouveaux raccordés de Linky. 
Depuis que EDF à introduit la commutation du courant de nuit (Heures Creuses), et le fil pilote, on a "découpé", "écrêté", bref manipulé dans tous les sens l'onde sinusoïdale" de départ de notre 50 hertz - 220 volts domestique. Qui lui non plus, même sans superposition de quoi que ce soit en CPL ou autre, est très loin d'être "pur", car il est pollué en permanence par des "parasites" et "retours" de toutes sortes, issus des appareils "modernes" que nous y connectons, comme par exemple : les ordinateurs, box, chargeurs de téléphones portables, les ampoules basse consommation qui fonctionnent, comme toutes les alimentations modernes avec la technologie dite "à découpage" qui renvoient toutes (malgré les "filtres" que certaines comportent) des "résidus" de leur découpage sur le réseau. 
Pour les électroniciens, il suffit de brancher un oscilloscope alimenté via un transfo d'isolement sur le réseau pour se rendre compte que notre 50 hertz est très loin d'avoir la forme théorique de départ, et ce, depuis belle lurette. 

Pour voir comment fonctionne le fil pilote EDF voir ici : 
http://www.myipx800.com/index.php?post/2012/10/07/Chauffage-et-fil-pilote-%3A-comment-%C3%A7a-marche   

et pour ce qui est du système "pulsadis" qui permet de gérer la commutation EJP (Electricité Jours Pleins), voir ici : 

http://matthieu.benoit.free.fr/pulsadis.htm   

Pour les gens qui ont des panneaux solaires..... vous croyez que le compteur qui renvoie votre production à EDF, fonctionne comment ???? Renseignez-vous.... 

Vous constatez donc que ce que vous croyiez être un "courant secteur propre", uniquement 50 Herz, avant Linky est une pure vue de l'esprit. Linky n'apporte qu'un peu plus de pollution dans une poubelle déjà bien remplie..... 
Pour les contestataires de Linky qui habitent dans un immeuble qui dispose du chauffage par le sol...... comment croyez-vous que tout cela fonctionne , hmmmm????? renseignez-vous un peu, et vous aurez de grosses surprises..... Linky vous semblera un jouet à côté.... 

Ceci dit, je ne suis absolument pas POUR Linky qui, représente une pollution de plus..... et n'apporte rien à l'usager sinon des "em....des" (je reste poli .....) mais tout le monde aura compris ! 

Dans tous les appartements "modernes", il y a dans l'épaisseur du plafond une vraie "toile d'araignée" de câbles secteur, antennes, téléphones réseaux domestiques, planchers chauffants, .... qui "rayonne" à tours de bras. Et dans les immeubles collectifs le plafond des uns est le plancher des autres.... 
Croire que le 50 hertz à 220 volts seul est inoffensif est aussi une vue de l'esprit..... 
Ah, j'oubliais, les variateurs de lumière .... autre gadget à "polluer" le secteur.... 

Mais est-ce qu'on ne se trompe pas "d'ennemi ?" ??? 
Après avoir toléré tout ce qui fabrique le lit des intolérances des EHS chez qui il suffit d'un petit "plus" en trop pour rendre leur situation quasi invivable (ça peut aller d'un CPL en plus chez le voisin, à l'extraction mal gérée d'une dent plombée au mercure)... 

A mon humble avis, la levée de bouclier contre Linky est bien tardive, sinon dérisoire, lorsqu'on constate les dégâts de l'industrie chimique (médicaments et pesticides) nucléaire (centrales électriques) etc. 

Si nous arrivions en France à faire reculer la généralisation de Linky sera une bonne chose, MAIS, nous sommes en France, pays où les conflits d'intérêts sont à ce point développés et généralisés, que ce sont en fait les lobbys qui gouvernent.... et puis quid de TOUT LE RESTE des pollutions, dont je n'ai cité qu'une toute petite partie.... ???? 

Concrètement, il existe des filtres à base de condensateurs et bobinages judicieusement choisis .... mais seulement pour des alimentations ponctuelles. "Filtrer" entièrement une arrivée 220 volts reviendrait soit à passer par un transformateur d'isolement (pour une maison raccordée en 9 KVA il faudrait un engin de plus de 100 kgs et d'un coût prohibitif), ou des bobinages qu'un particulier ne peut pas envisager de faire lui-même pour ne pas créer d'échauffement, (donc de risque d'incendie)..... 
A propos d'incendie, il semblerait que ceux qui seraient dus à Linky seraient dus à une installation défectueuse et non pas au compteur proprement dit..... 
Là aussi, on se trouve devant deux versions, sans preuve de part et d'autre.... 
 

Pour ce qui est des affirmations et présentations d'EDF and C°,on relève aussi de nombreuses "imprécisions".... que personne d'autorisé ne semble pouvoir et surtout vouloir préciser.....

Par exemple, on a toutes sortes de versions concernant la fréquence réelle des "relevés" automatiques de la consommation GLOBALE que fera Linky et la retransmission aux divers opérateurs. Ça va de quelques secondes à presque continuellement.... en fonction de l'interlocuteur. Quelqu'un le sait-il seulement ???

Ce que l'on sait par contre, c'est que l'ensemble de la filière énergétique française tout particulièrement est quasi morte, et maintenue en survie par le gouvernement, qui s'ingénie à "découper" les anciens opérateurs institutionnels (EDF, ERDF et GDF) en petits morceaux plus ou moins officiellement privatisés, (mais largement subventionnés par l'Etat, de façon à ce que la faillite complète et irrécupérable de l'un ou l'autre ne fasse pas couler tout l'ensemble d'un seul bloc .... au moins pas tout de suite.

En regard des dettes de l'ensemble de la filière énergétique (nucléaire compris) et des dépenses à prévoir à plus ou moins court terme, le budget de Linky ne représente rien.

Rien que le démentèlement de la dizaine de réacteurs dans les diverses centrales (Chinon, Brennilis, St-Laurent des Eaux, Chooz, Marcoule) est impossible à chiffrer.... Le stockage des "résidus" est une autre impasse (technologique et financière), ainsi que les "joujous" tels l'EPR de Flamanville qui accumule les problèmes techniques et donc les reports de mise en marche, ainsi que l'ITER de Cadarache (fusion nucléaire) qui est tout simplement une pure utopie qui ne fonctionnera jamais.

Le seul argument technique qui pourrait avoir une certaine réalité donc valeur argumentaire est la meilleure gestion de la production d'électricité par rapport à la demande instantanée, qui est, il faut bien le convenir un joli casse-tête....Voir par exemple ici :

http://www2.schneider-electric.com/documents/technical-publications/fr/shared/electrotechnique/reseaux-electriques/haute-tension-plus-1kv/ct169.pdf

Mais le bénéfice pour l'usager n'est que très indirect. Les avantages mis en avant par ERDF (ENEDIS depuis peu) sont plus théoriques que réels.

D'une part étant donné la mesure de consommation en kilo Volts Ampères au lieu de kilo Watts jusqu'ici, les factures vont prendre l'ascenseur et grimper parfois significativement en fonction du nombre et de la puissance des machines à moteur que nous utilisons.

Prétendre que l'usager pourra faire des économies grâce à Linky est de l'enfumage pur et simple : QUI va aller sur son palier dans un immeuble collectif aller vérifier continuellement sa conso pour éventuellement utiliser un appareil ou non ???? A part les théoriciens d'EDF, personne ! Encore faut-il que le compteur soit accessible (je pense aux personnes âgées) ou qu'il ne soit pas en limite de propriété comme c'est toujours le cas dans les maisons individuelles.

J'ai aussi relevé sur le site de Next-up des vidéos particulièrement "spectaculaires".... au moins pour une personne qui prend pour argent comptant tous les mensonges qu'on lui montre dans les médias.

L'appareil de mesure Chauvin-Arnous) sensé mesurer la pollution électromagnétique du CPL du Linky est incapable, comme la sonde utilisée de réagir aux fréquences en jeu..... Les sinusoïdes montrées sont elles aussi très largement exagérées, (pour faire peur ???). Par contre le "bruit" provoqué soi-disant par le compteur est lui impressionnant ..... et les mesures affichées sur le joujou tout autant... mais ne correspondent en rien à ce que l'on voudrait faire croire......(voir mon précédent article ou je détaille les "problèmes de ces vidéos".....

Voir ici : http://www.dailymotion.com/video/x1jri9e_linky-compteur-toxique-reportage-preuve_news 

Incompétence, manipulation ou les deux?

Je laisse le lecteur se faire une opinion.

Enfin, cerise sur cette triste tarte à la crème, lorsque l'on prend la peine de lire les conditions générales de vente d'EDF, même les plus anciennes, on peut y lire dans les obligations de l'usager, qu'il est tenu en tous temps de laisser l'accès libre aux installations de comptage au fournisseur d'électricité ou au prestataire de service désigné par le fournisseur. Barricader son compteur met donc l'usager upso facto hors la loi, puisqu'il a signé et ACCEPTE de ce fait ces CGV, donc cette obligation. Ce qui clôt définitivement toute discussion sur le sujet du refus.

ERDF doit bien rigoler à voir de tels traficotages.....

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article