Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Et si nous parlions Santé ?

3 Novembre 2010 , Rédigé par motarcs Publié dans #Medecines, Recherches, Ethique

Tous les problèmes qui se posent aujourd'hui en médecine ou en biologie proviennent de concepts matérialistes éculés, qui ne peuvent être remis en question à cause du silence imposé par certains, qui ont des intérêts allant de la haute finance à d'autres intérêts inavouables...

Comment ne pas se rendre compte que la biologie approche les phénomènes du vivant (expérimentation animale et humaine) comme si elle voulait étudier la télévision en démontant des téléviseurs, ce qui n'apprend pas grand-chose sur les émissions ?

Nous devons étudier les champs morphiques informationnels. Nous constaterons ainsi leur primauté et que les antennes de ces champs sont : les particules, atomes, molécules, ADN, organes, organismes, que ces antennes ne constituent pas des résonateurs parfaits, car la mémoire du vécu change la nature du récepteur et explique le vieillissement avec l'affaiblissement du taux vibratoire.

Or, À UNE VIBRATION CORRESPOND UNE FORME, ET VICE VERSA.

La maladie n'est qu'un essai de survivre avec un nouveau taux vibratoire.
C'est un phénomène physiologique naturel qu'il faut accompagner et non combattre. L'intelligence de l'organisme l'amène à se débarrasser par tous les moyens de ce qui l'agresse et les soi-disant " agresseurs " ne sont que les témoins de cette lutte pour éliminer le " poison ".

Ce dernier est souvent généré par la médecine elle-même : vaccinations, drogues, injections, antibiotiques, sans compter les agressions psychologiques générant la peur, la panique et le " diagnostic ", qui fait entrer le patient en résonance avec tous les autres malades déjà atteints !

Comment des scientifiques, obnubilés par l'expérimentation animale, pourraient-ils avoir une vue saine de ce qu'est vraiment la maladie? Ils ignorent ce qu'est la santé ! 

Où sont les responsables ? Quelle est leur qualification ? Sang contaminé : par quoi ?
-Hypophyses de cadavre dans le Creutzfeld-Jacob - Vache Folle et prions - qui est fou?

Il est bien évident - trop certainement, puisque nos têtes pensantes ne voient rien - que le taux vibratoire d'une substance, d'un organe, d'une cellule s'effondre lorsque ses mêmes constituants cessent justement de constituer un " organisme " ! Autrement dit s'affranchissent du champ morphique informationnel .


Alors, les lois de la physique interviennent et, au fur et à mesure de l'affaiblissement vibratoire, nous voyons s'individualiser des formes microbiennes ou virales, selon ce taux vibratoire. Ce même phénomène est à l'œuvre dans toutes les décompositions et nous n'avons nous-mêmes, les vivants, d'autres moyens d'obtenir les informations dont nous avons besoin pour continuer à vivre.

Le vivant est une machine à transférer de l'information. Il se nourrit de néguentropie (gain d'information). La maladie constitue au contraire le passage à l'entropie (perte d'information). Il obtient l'information à partir de formes qui se déforment, ce qui implique que le catabolisme, (phase destructive du métabolisme) précède l'anabolisme, (phase constructive), contrairement à ce que l'on nous apprend.

Ce n'est pas le cas pour les énergies ultra-fines (homéopathie par exemple) où seule l'information est dans l'eau, par l'intermédiaire de formes ou " clusters " correspondant à un taux vibratoire.  

Le prion est une protéine normalement présente dans les cellules, seule sa forme est différente !!!. Nous savons bien, en chimie, que ce n'est pas la formule chimique mais la structure d'une molécule qui détermine sa fonction.

Nous savons bien, lorsque nous extrayons une protéine, par exemple un enzyme d'un liquide biologique, que l'on peut avoir l'enzyme sans qu'il ait pour autant une activité biologique !

Comment peut-on injecter à des nouveau-nés des résidus de cultures cellulaires, véritables bouillons d'informations libérés par ces mêmes cellules privées de leur champ informationnel ?  

Quid du trop fameux " sérum de veau fœtal " porteur de prions ou autres molécules désinformées ?

Quelles catastrophes faut-il attendre encore pour réfléchir sérieusement aux problèmes de la désinformation généralisée qui caractérise notre science moderne ?

Nous, scientifiques dissidents devons-nous réunir et exiger un moratoire international à remettre au public afin qu'il prenne ses responsabilités après que nous aurons pris les nôtres.

Le salut ne peut venir que du citoyen dûment renseigné sur les erreurs impardonnables et scandales divers qui commencent à être dénoncés.

Il faut apprendre aux gens que la santé se mérite et se construit par une vie, une nourriture et des pensées saines, un respect de la nature et des animaux. Tout manquement à ces Lois Cosmiques porte en lui sa propre sanction !

Les "épidémies" ne frappent ou ne tuent que des organismes en perte de vitesse (ne pas être en forme). Elles s'arrêtent d'elles-mêmes lorsqu'il ne reste plus que des individus sains...

La vaccination est un acte barbare, ANTI-SCIENTIFIQUE.

L'un des plus grands agresseurs de la santé est l'acte médical, par le nombre et la dangerosité des drogues dispensées.

La France est le pays le plus drogué au monde... ayant le plus de cas de SIDA... le plus ruiné par notre dite " Sécurité " Sociale (véritable secte au service de l'industrie pharmaceutique et d'un corps médical trop pléthorique, en particulier chez les parlementaires et autres sénateurs)...

Il faut rompre la loi du silence et faire un ménage sérieux. Les temps sont venus.

Nous proposons une autre approche, plus respectueuse de la vie, peu coûteuse, car basée sur la vraie prévention, une meilleure compréhension de ce qu'est le vivant et une prise de conscience de la responsabilité de l'individu sur sa propre santé.

Les partisans de l'expérimentation animale ont échoué. La médecine issue de leurs recherches rend malade et tue.  

Aucun objectif fixé par eux n'a été atteint.

Au contraire, ils ne résolvent aucun problème mais en créent sans cesse de nouveaux !  

Qui les arrêtera ?

Jacqueline BOUSQUET
Docteur ès Sciences
Biologie-Biophysique
Chercheur Honoraire au C.N.R.S.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article