Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Illégalité des campagnes de vaccination

8 Septembre 2010 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations

LES CAMPAGNES DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE VIOLENT LA LOI KOUCHNER

Au cours de la semaine du 16 au 22 octobre 2006, quatre personnes, âgées de 53 à 76 ans, sont décédées en Israël. Elles avaient été vaccinées la même semaine contre la grippe avec le vaccin fabriqué par le laboratoire Sanofi-Aventis. 

Le ministre de la Santé du pays, Yacov Ben-Yizri, a immédiatement suspendu la vaccination, bientôt suivi par les instances de santé de Taiwan. Le laboratoire Sanofi-Aventis a signalé qu’il allait envoyer des experts pour étudier les causes de ces décès. Deux jours plus tard, sans attendre le rapport des experts du fabricant, le ministre annonçait : « On n’a trouvé aucun lien entre cette tragédie et la vaccination anti-grippale », déclaration confirmée par le Pr. Manfred Green, du CDC. On peut ainsi juger du sérieux de cette expertise express.

En France, Xavier Bertrand, ministre de la Santé, a immédiatement saisi l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) afin d’évaluer très rapidement la situation. Deux jours plus tard (2 jours semblent de règle pour effectuer des expertises à des milliers de kilomètres), le 24 octobre 2006, nous apprenions que : « En réponse aux très nombreuses questions de clients en pharmacie, le ministère de la Santé et de la Solidarité maintient la campagne de vaccination anti-grippe en France », car cette réunion a permis de confirmer que « rien n'indique que ces décès soient liés au vaccin et qu’aucune situation similaire à celle connue en Israël n’a été à ce jour rapportée en France ni dans d’autres pays. »

L’amnésie et l’incohérence des pouvoirs publics

L’analyse point par point de cette affaire démontre l’indigence des arguments qui « prouvent » qu’il n’y a aucun lien entre le vaccin et les décès.

1 – Les décédés « souffraient tous de problèmes chroniques, de maladies cardiaques ou de diabète ». Ceci est normal puisque cette vaccination est administrée à des sujets à hauts risques, qu’ils soient cardiaques ou respiratoires, afin de les protéger à cause de leur fragilité. Or, c’est justement ce que l’on évoque comme principale explication de ces décès.

2 - Les décédés avaient été vaccinés l’année précédente « sans aucun problème ». Les autorités n’ont-elles jamais entendu parler de la goutte d’eau qui fait déborder un vase ? Déjà, en 1974, le Dr C. White avait publié une mise en garde contre les immunisations à répétition et leurs possibles effets adverses1, avertissement réitéré le 12 octobre 1996 dans Le Concours médical par le Dr C. Knippel.

3 – « Aucune situation similaire à celle connue en Israël n’a été à ce jour rapportée en France ni dans d’autres pays ». Notre ministre de la santé aurait-il la mémoire courte ? A-t-il vraiment oublié qu’entre le 9 et le 20 janvier 2004, 17 personnes âgées de plus de 90 ans, toutes vaccinées contre la grippe, ont manifesté des symptômes pulmonaires disparates, et 9 d’entre elles sont décédées de la grippe ? Philippe Blanchard, directeur de la Ddass, n’avait alors rien trouvé de mieux à dire que « chez les personnes âgées, le vaccin est peu actif ». S’il est « peu actif » pour protéger de la grippe, il est particulièrement actif pour tuer en toute légalité. Notre ministre a-t-il aussi oublié qu’entre le 13 et le 27 février 2005, treize personnes âgées de 82 à 99 ans, toutes vaccinées contre la grippe, sont décédées dans une maison de retraite à Faulx, près de Nancy ? Selon le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales, Philippe Michel, huit de ces personnes « ont été victimes de la combinaison d'un virus de la grippe et d'une bactérie de type pneumocoque ». Les cinq autres sont décédées de « mort naturelle » au même moment et par hasard, comme les victimes en Israël.

Quant aux « autres pays » qui n’ont pas connu d’accident, en janvier 1998, 31 personnes, la plupart ayant été vaccinées à l’automne, sont décédées de la grippe dans un établissement médico-social de Zurich2. Dans n’importe quelle situation différente, cette hécatombe, comme les précédentes, aurait déclenché une enquête de police. Et le 19 avril 2006, l’Evening Telegraph annonçait qu’une femme de Dundee, âgée de 56 ans, était décédée à l’hôpital des suites de la vaccination contre la grippe, victime d’une encéphalite une semaine après l’injection. Les instances de santé britanniques ont parfaitement admis que le vaccin était responsable et que les accidents « bien que rares, pouvaient très bien se produire chez d’autres personnes ».

Mais en France, la plupart des dirigeants de la santé, ministre et autres, ou bien ne lisent pas les journaux ou bien souffrent d’amnésie.

4 - Le vaccin contre la grippe est inutile.
Enfin, le quatrième point est encore plus important. Le ministère de la santé a déclaré que les décès en Israël « ne remettent pas en cause le bénéfice de santé publique attendu de la vaccination contre la grippe saisonnière en France, notamment pour les personnes à risques (les personnes de plus de 65 ans, les malades chroniques, les professionnels de santé).

Notre ministre ignore-t-il les conclusions du groupe Cochrane ? Dans ce cas, nous nous permettrons de l’informer.

Dernièrement, s’est tenu à Rome ans un congrès international appelé « Projet Cochrane », afin de faire le point sur la vaccination contre la grippe depuis 37 ans.

Dans le rapport qui regroupait 51 études sur 260 000 enfants, les chercheurs ont conclu qu’il n’existait pas la moindre preuve que la vaccination des enfants entre 6 et 23 mois avait une quelconque efficacité.

Et d’après 25 études comprenant 60 000 adultes, le groupe Cochrane a estimé que la vaccination réduisait le risque de grippe d’à peine 6 %, pour les personnes en bonne santé. C’est-à-dire, celles qui ne risquent rien en cas de grippe.
Quant aux gens âgés, après avoir passé en revue 64 études, le groupe Cochrane a conclu qu’aucune étude ne permettait de constater l’efficacité du vaccin.

Ces résultats confirment le constat du Dr. J. Anthony Morris, virologiste et ancien chef du contrôle des vaccins à la FDA : « Il n’existe aucune preuve que le vaccin contre la grippe soit utile. Ses fabricants savent bien qu’il ne sert à rien, mais continuent néanmoins à le vendre. »

Une autre étude, menée dans l’Ontario après une campagne d’immunisation gratuite pour 12 millions d’individus en 2000, a abouti aux mêmes conclusions. Le Dr Dianne Groll, qui a mené cette recherche à l’Université d’Ottawa, a analysé tous les cas de grippe recensés au Canada entre 1990 et 2005.
Elle a remarqué qu’en dépit de cette intense vaccination, l’influence de la maladie n’avait pas diminué, bien au contraire : « Cette campagne a coûté aux contribuables de l’Ontario plus de 200 millions de dollars, sans pour autant diminuer l’incidence de la maladie ».

5 - Le 2 mai 2006, le National Post d’Ottawa reprenait la nouvelle et titrait : « Le vaccin contre la grippe n’a pas réduit le nombre de cas alors que cette campagne a coûté beaucoup d’argent. »

En France aussi, ces campagnes coûtent des fortunes aux contribuables, même si certains croient encore que ces vaccins sont gratuits. Ainsi, en 1993, la Caisse d’assurance maladie de Loire-Atlantique a voulu étendre le bénéfice de la vaccination gratuite à 43 000 assurés sexagénaires, et a dû arrêter l’expérience en constatant qu’à cet âge « les vaccinés consomment plus de médicaments que les non-vaccinés. En novembre et décembre 1993, ils ont dépensé 23 % de plus que les non-vaccinés (en consultations, visites, pharmacie). Quant à l’efficacité du vaccin, elle reste difficile à évaluer. ».

 Mais cela n’a pas servi de leçon aux autres caisses d’assurance maladie.
À son tour, le 13 février 1996, le Dr Fabrice Carrat, de l’Inserm, nous prévenait qu’une expertise collective, dirigée par l’Inserm, avait conclu à l’inanité de l’argument économique pour la promotion de la vaccination des actifs contre la grippe. « Les sept jours d’arrêt de travail supposés inéluctables lors d’une grippe sont loin de refléter la réalité ». Il concluait que la perte de production n’excède pas quatre jours, d’autant qu’un quart des malades ne s’arrête pas du tout

6 - Une étude réalisée au Japon n’a pas davantage pu mettre en évidence la différence entre les taux de mortalité des personnes vaccinées et non-vaccinées, ce qui a conduit le gouvernement à suspendre son programme de vaccinations. Deux ans plus tard, les taux de grippe n’avaient toujours pas augmenté.

Quant aux travaux menés par l’Institut national des Allergies et des maladies infectieuses sur les courbes de mortalité aux États-Unis de 1968 à 2001, elles ont conclu que la généralisation des vaccinations n’a pas diminué la mortalité dans tous les groupes d’âge, y compris les gens âgés, comme l’a précisé le Dr Lone Simonsen dans les Archives of Internal Medicine. Bien que l’incidence vaccinale soit passée de 20 % en 1980 à 65 % en 2001, la mortalité est restée la même alors qu’on espérait une baisse des décès d’au moins 40 %.

Le bénéfice est pour le laboratoire, le risque pour le patient !
Non seulement ce vaccin protège peu ou pas du tout, mais les mises en garde provenant de médecins ou de revues médicales réputées sont très nombreuses bien que les médias se gardent d’en parler.

Parmi les divers effets secondaires, dont parfois la grippe elle-même, il faut citer des péricardites aiguës, des problèmes cardiaques, des vertiges et céphalées, mais également des pathologies neurologiques : encéphalite, myélopathie, occlusion de la veine centrale de la rétine, paraplégie, radiculite

7 -  Le 29 octobre 2005, le journal anglais Telegraph signalait des interactions chez les gens âgés entre ce vaccin et les médicaments absorbés pour fluidifier le sang. Certaines avaient conduit des pensionnaires de maisons de retraite du Royaume-Uni à des décès subits, des empoisonnements et des crises cardiaques. Notre ministre l’ignore sans doute également.

D’ailleurs, on recommande de faire au préalable un test cutané en milieu hospitalier sous surveillance, à proximité d’une unité de soins intensifs, avec de l’adrénaline à portée de main et un personnel médical et paramédical entraîné, ce qui n’est jamais fait, mais prouve la dangerosité du vaccin.

Quant au Dr Hugh Fudenberg, fameux immunologiste américain, ses recherches l’ont amené à établir un lien entre les vaccinations régulières contre la grippe et un risque croissant de maladie d’Alzheimer. Ne soyons donc pas surpris par l’indéniable augmentation de cette maladie, non seulement chez les gens âgés, mais aussi chez les plus jeunes.

Nous pouvons ainsi considérer que les médias, les innombrables panneaux publicitaires et les Caisses d’assurance maladie, qui poussent outrageusement toute la population à se faire vacciner sans jamais faire état des risques, violent la loi Kouchner sur l’information libre et éclairée de la personne, avec la complicité d’un ministère de la Santé aveugle, sourd et amnésique.

1 Ann. Int. Med - vol. 81 p 584.
2 Le Quotidien du médecin, 13 février 1998.
3 The Cochrane Database of Systematic Reviews, « Vaccines for preventing influenza » - 1-2006.
4 Groll, DL, Thompson, DJ. « Incidence of influenza in Ontario following the Universal Influenza Immunization Campaign. » in Vaccine – 5 avril 2006.
5 Libération, 11 octobre 1994.
6 Panorama du médecin, n° 4356.
7 British medical Journal n°3 – 1971.
8 Jama - vol. 263 - 1990, Pediatrics - vol 91 – 1993, et Le Concours médical - vol 116 – 1994.

Sylvie SIMON

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article