Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Les dangers de l'aspartame : l'amère vérité

14 Décembre 2010 , Rédigé par motarcs Publié dans #Alimentation, nutrition, diététique

Quel est le point commun entre des milliers de rats sacrifiés, des mensonges, une migraine, une personne obèse, dépressive ou aveugle, un paranoïaque, le groupe Monsanto et des milliers de produits dits "sans sucre" ?

Réponse = L'aspartame !

 

Ce premier article est extrait de celui écrit par Corinne GOUGET, et paru dans le mensuel BioContact de novembre 2005, complété par mes propres recherches.

 

Il existe aux Etats-Unis une association de bénévoles créée en 1995 par le Docteur Betty MARTINI : Mission Possible International ( www.dorway.com ), Corinne GOUGET est la représentante en France de cette association.

 

Tout d'abord, qu'est-ce que c'est que l'Aspartame ?


Pour la plupart des gens, c'est tout simplement un édulcorant de synthèse destiné à remplacer le sucre, que des millions de personnes en surpoids et de diabétiques utilisent dans le monde entier sous forme de poudre ou de sucrettes, dont tout le monde connaît les marques ! (Nutrasweet, Canderel, Equal, Spoonful, Equal-Measure)

Seulement l'aspartame n'est pas uniquement présent dans ces sucrettes, mais aussi dans plus de 5000 produits alimentaires ou pharmaceutiques (en 2005) dans 90 pays au monde, et ce depuis plus de 25 ans. Des millions de français (adultes et enfants confondus) en consomment tous les jours. Il y a même une maternité en France où l'on fait prendre des suppléments de calcium à l'aspartame pour favoriser la montée du lait. Au total, on estime à 250 millions d'individus à l'échelle mondiale qui consomment des produits à l'aspartame.... ce qui rapporterait plus d'un milliard de dollars par an aux industriels.


Première réaction (bien connue) des sceptiques : du moment que c'est marqué sur les étiquettes, ça a été testé et autorisé par les autorités, c'est donc sans danger, sinon ça se saurait ! La preuve, regardez ce qu'il y a marqué au dos de mon chewing-gum sans sucre : "En complément du brossage, l'Union française pour la santé bucco-dentaire recommande ce chewing-gum sans sucre, qui participe efficacement à la santé bucco-dentaire". Alors, où est le problème ?....

..... Et si on nous avait menti ?.....


En fait, selon de nombreux experts indépendants, l'aspartame est un véritable poison !

Aux Etats-Unis on en parle publiquement depuis plus de 20 ans, mais en France, le public est soigneusement maintenu dans l'ignorance la plus totale depuis 1974. Ce qui fait qu'avec quelques autres pays d'Europe, nous représentons aujourd'hui les plus gros consommateurs de produits à l'aspartame au niveau mondial.

 

La triste famille des excitotoxines

Comme c'est malheureusement très souvent le cas, la majorité des gens fait très attention à la qualité de l'essence ou de l'huile qu'elle va utiliser pour sa voiture, de peur que cette dernière n'ait des problèmes, mais ces mêmes personnes ne prendront que très rarement le temps de lire les étiquettes des produits alimentaires qu'ils vont acheter, sans penser un instant qu'ils vont ingérer un cocktail impressionnant de produits toxiques dont même leur voiture ne voudrait pas !


L'aspartame (E951) fait partie de la triste famille des excitotoxines, tout comme le glutamate monosodique (E621 ou GMS) cousin chimique de l'aspartame utilisé depuis au moins 1948 qui lui, est un "poison caméléon" car il se cache sous une multitude de noms divers, tels que : arômes artificiels, et parfois même naturels, certaines épices, extrait de levure, huile végétale hydrogénée, extrait de protéines de soja, souvent utilisé comme exhausteur de goût dans des chips, des soupes en sachet, des sauces, des plats préparés, de nombreux aliments surgelés et de régime, des bâtonnets de "crabe"....

 

Ces excitotoxines sont neurotoxiques, c'est-à-dire qu'elles ont la triste capacité de détruire rapidement les neurones de notre cerveau en le excitant jusqu'à ce qu'elles explosent comme l'a expliqué l'éminent neurochirurgien et nutritionniste américain, le Docteur Russel BLAYLOCK dans on livre : "Excitotoxins, The Taste that Kills" en 1994 (Excitotoxines : le goût qui tue), livre sur l'aspartame et le glutamate (GMS).


Quelques-uns des nombreux experts qui, ainsi que le Dr Russel BLAYLOCK, se sont manifestés contre les dommages causés par l’aspartame et le glutamate incluent Adrienne Samuels, Ph.D., psychologue expérimental, spécialisée en recherche conceptuelle. De même, Olney, professeur dans le département de psychiatrie, School of Medecine, Washington University, neuroscientifique et chercheur et l’une des autorités les plus représentatives en matière d’excitotoxines. (Il informa Searle en 1971 que l’acide aspartique causait des trous dans le cerveau des souris). Également, Francis J. Waickman, Docteur en médecine, à qui a été attribué le Rinkel and Forman Awards et diplômé par le Conseil en pédiatrie, allergies et immunologie.

D’autres scientifiques concernés sont : John R. Hain, Docteur en médecine, Diplômé par le Conseil en pathologie de médecine légale et H.J. Roberts, M.D., FACP, FCCP, spécialiste du diabète et sélectionné par une publication médicale nationale comme "Le meilleur docteur aux États-Unis".

De même, John Samuels est concerné. Il compila une liste de recherches scientifiques suffisante pour montrer les dangers de l’ingestion excessive d’acide aspartique et glutamique libre. Et il y en a d’autres encore, nombreux, qui peuvent être ajoutés à cette longue liste.


L'aspartame et le glutamate agissent comme neurotransmetteurs dans le cerveau en facilitant la transmission de l'information entre les neurones. Une trop grande quantité d'aspartame ou de glutamate dans le cerveau mène à la destruction de certains neurones, en autorisant l'invasion excessive de calcium dans les cellules. Cette invasion déclenche des taux excessifs de radicaux libres qui tuent les cellules.

Mais comme cela se fait peu à peu, au fur et à mesure de notre consommation de produits édulcorés à l'aspartame, (boissons, sodas, jus d'orange, yaourts en pots ou à boire, gommes à mâcher, sucettes, bonbons divers, édulcorants de table, certains chocolats, suppléments de vitamines, des centaines de médicaments, au total plus de 5000 produits dont la liste complète est impossible à faire...) on ne se rend pas compte tout de suite car ce véritable poison s'accumule dans notre organisme à notre insu, détruisant notre système immunitaire, et endommageant notre ADN.

 

Il y a en réalité 92 effets "secondaires" officiellement reconnus depuis 1995 par la FDA aux Etats-Unis., et répertoriés un peu plus bas dans cet article.

En France, à part un risque de diarrhées... tout va bien !

Tout comme le nuage de Tchernobyl qui s'était miraculeusement arrêté à nos frontières selon nos autorités.

 

Les personnes les plus sensibles ont d'une certaine façon de la chance et souffrent très rapidement (dans les minutes ou les heures qui suivent) de maux de tête ou de nausées après avoir consommé un seul produit contenant de l'aspartame, et comme elles sont à l'écoute de leur corps, elles en déduisent que ces produits ne sont pas bons pour elles. Elles n'ont plus qu'à les éviter.

 

D'autres personnes, par contre, deviennent elles très rapidement dépendantes de ces produits en pensant éviter des calories et "faire attention à leur ligne" ou au bien-être de leurs enfants...

Ces mêmes personnes vont voir leur santé se dégrader plus ou moins rapidement et souffrir d'un ou de plusieurs de ces 92 effets secondaires, tout en ignorant complètement que c'est l'aspartame qui est à l'origine de leurs problèmes. Elles iront donc consulter, parfois même un psychiatre, qui comme elles, n'étant pas forcément au courant de la toxicité de l'aspartame, va prescrire des médicaments qui eux aussi contiennent souvent le même poison....

L'effet "boule de neige" est enclenché, et l'interaction entre ces médicaments et l'aspartame peuvent être fatales après quelques semaines... ou quelques années...

 

Avant de voir plus en détail de quoi est fait l'aspartame, voici quelques-uns des 92 symptômes répertoriés :

maux de tête – insomnies – fatigue chronique – cernes grises sous les yeux – baisse et troubles de la vue – réactions cutanées plus ou moins graves – rougeurs au visage – démangeaisons – prise de poids – dépression – chute de cheveux plus ou moins importante – faim et soif excessives – douleurs abdominales – ballonnements – diarrhées – douleurs articulaires – crampes – insomnies – pertes de mémoire – saignements de nez – vertiges – forte sensibilité aux bruits – sensation d'avoir froid même en plein été – problèmes menstruels – impuissance – problèmes sexuels – hyperventilation – attaques et convulsions – épilepsie – nausées – vomissements – hypo et hyperglycémies – baisse de l'intelligence - douleurs dans la poitrine – problèmes de thyroïde – tremblements - douleurs en avalant ou aussi en urinant - sensibilité aux infections – hypertension – asthme – troubles de la personnalité comme par ex. crise d'agressivité soudaine avec parfois violences physiques – paranoïa – agoraphobie – phobies – paniques - sensation de "déjà vu" – irritabilité - crises de démence - altération de caractère - difficulté de concentration – confusion – hyperactivité – cancer du cerveau – rupture d'anévrisme –  problèmes cardiaques – ce qui peut déboucher sur des issues fatales !

De plus, l'aspartame provoque des symptômes semblables aux maladies suivantes ou les aggrave : fibromyalgie – arthrite - sclérose en plaques -  maladie de Parkinson – lupus - diabète et complications diabétiques – épilepsie - maladie d'Alzheimer – lymphome - malformations congénitales – syndrome de fatigue chronique.

 

Composition de l'aspartame

 

- 50% de phénylalanine, toujours indiquée sur les étiquettes pour les 2% de la population qui pourrait y être allergiques. On peut donc lire en tout petit sur les étiquettes "contient une source de phénylalanine", de la DKP (dikétopipérazine), produit dérivé de la phénylalanine qui se développe après de longues périodes de stockage et qui a été impliqué dans l'apparition de tumeurs au cerveau;

 

- 40% d'acide aspartique, produit hautement dangereux pour le cerveau : l'espèce humaine est cinq fois plus sensible à cet acide (et à l'acide glutamique trouvé dans le E621) que les rats et vingt fois plus sensibles que les singes !

Cet acide a la mauvaise habitude de s'accumuler dans notre organisme, d'affecter notre cerveau (c'est un neurotoxique), notre système reproductif, il traverse aussi le placenta et peut atteindre le fœtus, provoquer des crises d'angoisse, de l'hyperactivité et des obsessions;

 

- 10%, soit le reste, est constitué de méthanol (alcool de bois), lui aussi poison mortel qui est graduellement libéré dans l'intestin grêle à partir d'une température de 30 degrés centigrades soit, aussi bien lors du stockage, de la cuisson, ou tout simplement dans le corps humain ! Ce poison s'accumule petit à petit et provoque en général des troubles de la vue (vision embrumée, voilée, obscurcie, double vision, rétrécissement du champ visuel, dommages rétiniens et perte de la vue. Les autres symptômes d'un empoisonnement au méthanol ont en général des maux de tête, des bourdonnements d'oreille, des troubles gastro-intestinaux, des faiblesses, vertiges, frissons, trous de mémoire, douleurs fulgurantes aux extrémités, troubles du comportement, névrites...

Ce méthanol, une fois arrivé dans le foie est converti en formaldéhyde qui est hautement neurotoxique et cancérigène pouvant provoquer à son tour des troubles de la vue, des malformations congénitales, nausées, malaises, mauvaise concentration, migraines, et empêche aussi l'ADN de se reproduire. Pour terminer, le formaldéhyde, une fois ingéré, se transforme à son tour en acide formique qui se concentre dans le cerveau, les reins et autres organes. C'est un produit très dangereux pour les cellules.

 

HISTORIQUE DE L'ASPARTAME...

 

1965 : Dans les laboratoires de G.D. SEARLE, un chimiste James SCHATTLER découvre par hasard l'aspartame en travaillant sur un médicament destiné à soigner les ulcères. Cette substance, 180 fois plus sucrée que le sucre, sans être calorique, est une vraie aubaine pour les industriels.

 

1967 : les premières expériences faites sur des singes montrent déjà de grands risques de malaises, d'épilepsie et de mort.

 

1971 : Le Docteur John OLNEY, professeur de neuropathologie et de psychiatrie, qui avait déjà démontré la dangerosité du glutamate monosodique, parvient à prouver que l'acide aspartique (composant de l'aspartame) provoque des trous dans le cerveau des jeunes souris !

 

1973 : SEARLE présente à la FDA une centaine d'études où les tumeurs du cerveau observées chez les singes et les souris sont "oubliées".

 

1974 : le 26 juillet, la FDA autorise l'aspartame comme additif, uniquement dans les aliments secs, malgré le manque d'études approfondies sur les résultats de SEARLE. Certaines personnes commencent alors à en consommer en France, alors que la FDA met en suspens la mise sur le marché de l'aspartame. Toute une série de personnes manipulées avec beaucoup d'argent a suivi, y compris Donald RUMSFELD (ancien secrétaire à la défense aux Etats-Unis) qui a joué un rôle capital pour imposer l'aspartame lorsqu'il s'en est mêlé en 1977.

 

1979 : Malgré des rapports très inquiétants au sujet de la toxicité du méthanol (10% de l'aspartame), considéré comme un poison mortel depuis 1978, l'aspartame est alors introduit dans certains produits pharmaceutiques en France!

 

1980 : Les sucrettes à base d'aspartame sont en vente dans toute l'Europe, sauf en Angleterre ...

 

1981 : L'Aspartame est autorisé dans certains produits alimentaires sus forme de poudre, dans les chewing-gums, les édulcorants de table (Nutrasweet aux USA), des céréales, certains desserts et cafés instantanés.

 

1983 : L'aspartame est autorisé dans les boissons gazeuses aux Etats-Unis, puis en Angleterre.

 

1984 : La FDA autorise l'aspartame dans les suppléments de vitamines et en juillet, une étude est faite par The Journal of Applied Nutrition montre qu'à des températures élevées l'aspartame se transforme plus rapidement en méthanol... (D'où, peut-être la mention sur les bouteilles "servir très frais"...)

 

1985 : Le 1er octobre, MONSANTO, le célèbre producteur d'hormones bovines, d'OGM et de pesticides comme le ROUD'UP, rachète SEARLE pour 2.7 milliards de dollars. Par la suite, l'aspartame est utilisé dans de plus en plus de produits, malgré les milliers de plaintes de consommateurs américains. Les rapports se succèdent, mais rien de tout celà en France....

 

1995 : Le Dr Betty MARTINI crée au Etats-Unis Mission Possible International.

 

1997 : Sortie du livre du Dr Russel BLAYLOCK, "Excitotoxins : The Taste that Kills".

 

1998 : MONSANTO voudrait faire approuver le Néotame comme nouvel édulcorant, autre produit chimique peu étudié et suspecté d'être aussi neurotoxique : 60 fois plus doux que l'aspartame et jusqu'à 13000 fois plus doux que le sucre.

En mai, une étude indépendante faite par l'Université de Barcelone prouve elle aussi la toxicité de l'aspartame.... mais on l'oublie vite !

Et à partir d'octobre, on se rend compte que même certaines boissons autres que "light" ou "sans sucre" contiennent aussi de l'aspartame, pour la simple raison qu'il coûte 3 fois moins cher que le sucre. D'où la nécessité de lire toutes les étiquettes !

 

2000 : MONSANTO revend NUTRASWEET à un groupe d'anciens directeurs de MONSANTO (440 millions de $) et revend ses intérêts dans NUTRASWEET AG et EURO ASPARTAME (qui a même une usine dans le nord de la France).

Depuis, cet additif n'a pas cessé d'être le plus controversé au monde.

 

2001 : Sorite du livre sur l'aspartame du Dr H.J. ROBERTS, de plus de 1000 pages : "Aspartame Disease : An Ignored Epidemic" (Maladies de l'aspartame : une épidémie ignorée), contenant des centaines de témoignages bouleversants.

 

2002 : Le 9 juillet, le NEOTAME est autorisé dans certains pays.

 

2004 : En mai, un documentaire sur les effets secondaires de l'aspartame et du glutamate monosodique sort en DVD : "SWEET MISERY : A Poisoned World". Ce documentaire extraordinaire réalisé par un victime de l'aspartame qui était atteint de sclérose en plaques et qui avait des taches dans le cerveau de différentes tailles. C'était en 2002. Une fois intoxiquée, cette personne a perdu 34 kilos. Il y a 7 cliniques de détoxication dans le monde, mais aucune en Europe, Une fois détoxiquée, elle a quitté son fauteuil roulant et n'a plus de  taches dans son cerveau.

 

2005 : Une étude italienne de l'institut Ramazzini de Bologne prouve que l'aspartame provoque des leucémies et des lymphomes, mais cela ne fait toujours pas de grands titres en France. Pendant qu'un article de 12 pages y est consacré dans le magazine anglais "The Ecologist" en septembre 2005.

Selon le magazine NEXUS numéro 10, on a consommé 400 millions de kilos d'aspartame depuis sa mise sur le marché.

 

Lors d'une conférence dans un congrès sur la santé au printemps 2005, Corinne GOUGET a été marquée par une petite phrase :

"On ne pourra pas changer le système par le haut, mais on pourra le changer par le bas" ! "Le bas", c'est nous tous, les consommateurs qui achetons ces produits dangereux sans le savoir. Nous avons le droit de faire nos choix, et de consommer des produits NATURELS et SAINS, au lieu de produits chimiques toxiques. Notre corps n'est pas capable d'assimiler correctement des produits de synthèse chimique : ils sont donc TOUS, forcément toxiques.

 

Combien de personnes croient bien faire en mangeant exclusivement "bio".... et mettent 2 ou 3 sucrettes dans leurs café ou thé, et ceci parfois plusieurs fois par jour, ou encore qui mâchouillent à longueur de journée des chewing-gums "sans sucre" ?

 

Il est remarquable de noter que sur les plusieurs centaines d'additifs et les plus de 5000 arômes qui sont plus souvent chimiques que naturels, selon une étude récente nous consommons en un an près de 3 kilos d'additifs par personne !

 

Savez-vous que l'aspartame vous débarrasse efficacement de rats ou de souris ? Il suffit de leur offrir une sucrette pour les tuer. D'autres utilisent l'aspartame en poudre (en évitant de la respirer bien entendu) pour se débarrasser de fourmis !

 

Les effets secondaires de l'aspartame, avant qu'ils ne deviennent trop graves sont souvent réversibles. Si l'on a des doutes, faire le test des 60 jours sans aspartame ni glutamate monosodique, chassez-les soigneusement sur TOUTES les étiquettes, cuisinez vous-même vos plats dans toute la mesure du possible, évitez les viandes rouges qui contiennent une source naturelle de phénylalanine, et buvez au moins 1,5 litre d'eau par jour.

 

Corinne GOUGET

Mission Possible France

c/o Produits naturels

30, place du marché

34800 CLERMONT-L'HERAULT

missionpossible.france@wanadoo.fr

 

____________________________________________________________________________________________

 

Les substituts du sucre à base d'aspartame causent des symptômes inquiétants allant de la perte de mémoire jusqu'à des tumeurs au cerveau et à la mort.
Et de l'aspartame, il y en a partout !!

L'aspartame est, de loin, la substance la plus dangereuse sur le marché à être ajoutée aux aliments.

L'aspartame est tenu pour responsable de plus de 75% des réactions défavorables aux additifs alimentaires dont il a été fait rapport à la FDA. Bon nombre de ces réactions sont très sérieuses, y compris des attaques d'apoplexie et la mort ainsi qu'il en a été fait récemment état dans un rapport de février 1994 du Department of Health and Human Services.

Quelques-uns des 90 symptômes répertoriés et énumérés dans le rapport comme étant causés par l'aspartame incluent :

maux de tête/migraines, étourdissements, crises d'apoplexie, nausées, engourdissements, spasmes musculaires, gains de poids, irritations cutanées, dépression, fatigue, irritabilité, tachycardie, insomnie, problèmes visuels, perte d'ouie, palpitations cardiaques, difficultés respiratoires, crises d'anxiété, difficultés d'élocution, perte du goût, goût de fer, vertige, perte de mémoire et douleurs articulaires.

Voici un article distribué par Nancy Markle,
transcription d'une conférence donnée par Betty Martini, le 20.11.1997


CONFÉRENCE MONDIALE SUR L'ENVIRONNEMENT.
"J'ai passé plusieurs jours lors de la Conférence Mondiale sur l'Environnement, à donner des conférences sur l'Aspartame vendu sous les marques "Nutra Sweet", "Equal", et "Spoonful".
L'EPA (L'Agence Pour l'Environnement) a annoncé, dans son discours-programme qu'il y a une épidémie de sclérose en plaques et de lupus systémique et qu'ils ne comprenaient pas quel virus faisait sévir ces maladies à travers les États-Unis.
J'ai expliqué que j'étais justement là pour donner des conférences à ce sujet". Betty Martini


Quand la température de l'aspartame dépasse les 30° C, l'alcool méthylique ou esprit-de-bois contenu dans l'aspartame se transforme en formaldéhyde puis en acide formique qui, à son tour, cause l'acidose métabolique (l'acide formique est le poison administré par les piqûres de fourmis rouges).
L'intoxication au méthanol reproduit les symptômes de la sclérose en plaques, de là, des erreurs de diagnostic parmi les diagnostics de sclérose en plaques.

La sclérose en plaques n'est pas mortelle, l'intoxication au méthanol l'est.

Pour le cas du Lupus systémique, ce que nous observons c'est qu'il s'est presque autant répandu que la sclérose en plaques, particulièrement chez les consommateurs de Coca-cola light (Diet Coke) et de Pepsi light (Diet Pepsi).

De plus dans le cas de l'intoxication au méthanol, les victimes en boivent généralement 3 à 4 canettes de 12 oz. par jour, et certains encore plus.
Dans les cas de Lupus systémique, qui est déclenché par L'ASPARTAME, la victime ne sait généralement pas que c'est l'aspartame le coupable. La victime continue sa consommation, aggravant le Lupus à tel point que parfois leur vie en est menacée.

Quand nous éliminons l'aspartame de la consommation des patients, les personnes souffrant de Lupus deviennent généralement asymptomatiques, mais malheureusement, nous ne pouvons enrayer la maladie.
Chez les patients pour qui on a diagnostiqué une sclérose en plaques alors qu'en réalité ce qu'ils ont n'est qu'une intoxication au méthanol), la plupart des symptômes disparaissent.

Nous avons vu des cas où leur vision s'est rétablie ainsi que l'ouïe -- Et il en est de même pour les cas d'acouphène.

Lors d'une conférence je déclarais : "Si vous consommez de L'Aspartame (Nutra Sweet, Equal, Spoonful, etc...) et que vous souffrez de symptômes fibromyalgiques, de spasmes, de lancements d'engourdissements dans les jambes, de crampes, vertiges, nausées, maux de tête, acouphène, douleurs articulaires, dépressions, crises d'angoisse, discours incohérent, vision trouble, ou pertes de mémoire, vous avez probablement la maladie de l'Aspartame.

Les gens sursautaient au cours de cette conférence, disant : "C'est exactement ce que j'ai. Est-ce réversible ?".
Certains des intervenants à ma conférence souffraient eux-mêmes de ces symptômes.

Dans une conférence à laquelle l'Ambassadeur de l'Ouganda assistait, il nous a dit que dans l'industrie du sucre chez eux, on ajoute de l'aspartame !
Il a poursuivi disant que le fils de l'un des leaders de l'industrie du sucre ne peut plus marcher et que c'est en partie dû à l'usage de ce produit.

Nous avons là un problème grave. La maladie de l'aspartame est en terrible progression.

Un inconnu vint même trouver le Dr. Espisto (l'un de mes intervenants) et moi-même et dit "Pouvez-vous me dire pourquoi tant de personnes semblent avoir contracté la sclérose en plaques?". Lors d'une visite dans un hôpital, une infirmière affirma que chez six de ses amis, qui sont tous de grands buveurs de coca-cola light, on avait diagnostiqué la sclérose en plaques.

Cela dépasse la simple coïncidence.

Au début, quand l'aspartame fut introduit dans 100 produits différents comme substance sucrante, il y a eu une séance au Congrès. Depuis cette séance initiale, il y en a eu deux autres mais elles n'ont servi à rien.

Rien n'a été fait, car les lobbies de l'industrie pharmaceutique et chimique ont le bras très long.

Maintenant il existe plus de 5000 produits contenant cette substance chimique (...).

A l'époque de cette première audience, plusieurs personnes avaient perdu la vue.
Le méthanol contenu dans l'aspartame se transforme en formaldéhyde dans la rétine de l'oeil.

Le formaldéhyde est classifié dans le même groupe de drogues que le cyanure et l'arsenic, poisons mortels ! Malheureusement il met plus de temps à vraiment tuer, mais il tue des gens et cause toutes sortes de troubles neurologiques. L'aspartame modifie la chimie du cerveau et cause de sévères crises, il modifie le taux de dopamine dans le cerveau.

Imaginez l'effet de cette drogue chez des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Il n'y a absolument aucune raison de consommer ce produit. Ce n'est pas un produit diététique!

Le rapport du congrès dit : "Ce produit crée chez le consommateur un besoin maladif d'hydrates de carbone et les fait grossir".


Le Dr. Roberts a spécifié que lorsqu'il faisait arrêter l'aspartame à ses patients, ils perdaient en moyenne 19 livres par personne.

Le formaldéhyde s'accumule dans les cellules graisseuses, particulièrement dans les hanches et les cuisses.

L'aspartame est particulièrement mortel pour les diabétiques.
Tout médecin sait l'effet qu'aurait de l'alcool-des-bois sur un diabétique. Nous trouvons des médecins qui croient que certains de leurs patients font de la rétinopathie, quand en fait, c'est l'aspartame qui est en cause.

L'aspartame rend le niveau de sucre dans le sang incontrôlable, mettant ainsi beaucoup de patients dans le coma.
Malheureusement beaucoup d'entre eux sont morts.

Des personnes nous disaient, lors de la Conférence de l'Ordre des Médecins Américain, qu'ils avaient des proches qui sont passés de produits à la saccharine à des produits contenant de l'aspartame et que certains étaient tombés dans le coma.
Leurs médecins ne pouvaient maîtriser le niveau de sucre dans leur sang.
Ainsi les patients souffraient de sévères pertes de mémoire, voire tombaient dans le coma et mouraient.
La perte de mémoire est due au fait que l'acide aspartique et la phénylalanine sont des neurotoxiques, ils constituent des protéines (...), qui, alors passent la barrière sanguine du cerveau et détériorent les neurones.

Le Dr. Russell Blaylock, neurochirurgien, a déclaré : "Ces ingrédients stimulent le cerveau à mourir, causant des dommages de degrés variés au cerveau."
Le Dr R. Blaylock a écrit un livre intitulé "Excito-Toxines : Le goût qui tue" (Health Press 1-800-643.2665)

Le Dr H. J. Roberts, spécialiste et expert mondial de l'empoisonnement par l'aspartame, a lui aussi écrit un livre, qui est intitulé : "Défense contre la maladie d'Alzheimer" (1-800-814-9800)

Dr Roberts y raconte comment l'intoxication à l'aspartame aggrave la maladie d'Alzheimer, et pour cause. Comme me l'a confié l'infirmière de l'hospice, des femmes âgées de 30 ans sont admises avec la maladie d'Alzheimer.

Le Dr. Blaylock et le Dr. Roberts vont rédiger un article sur la situation présentant quelques cas et le feront paraître sur Internet.

D'après la Conférence du Conseil des Médecins Américain : "Nous parlons d'un fléau de maladies neurologiques causé par ce poison mortel".

Le Dr. Roberts a réalisé ce qui était en train de se passer lorsque l'aspartame a commencé à être commercialisée. Il a déclaré que ses patients diabétiques présentaient des pertes de mémoire, confusions, et de graves troubles visuels.

A la conférence du Conseil des Médecins Américain, les médecins admettent qu'ils ne savaient pas.
Ils se sont interrogés au sujet de l'origine de certaines crises chez leurs patients (la phénylalanine de l'aspartame fait chuter le seuil des crises et la sérotonine, ce qui cause des maniaco-dépressions, des crises de panique, de rage, de violence).

Juste avant la Conférence j'ai reçu un fax de Norvège qui demandait un antidote à ce poison car ils doivent faire face à tellement de problèmes dans leur pays.

Ce "poison" est maintenant disponible dans plus de 90 pays à travers le monde.

Heureusement, nous avions des porte-paroles et des Ambassadeurs à la Conférence qui provenaient de diverses nations et qui ont promis leur aide.

Nous vous demandons votre aide à vous aussi.

  • Imprimez cet article, et prévenez tous ceux que vous connaissez
  • Ramenez tout article contenant de l'aspartame au magasin.
  • Procurez-vous le test "NO ASPARTAME" et faites-nous part de votre cas.

L'A.A., l' A.P.A.C et le Conseil des Médecins Américain ont été fondés. Le New York Times a sorti, le 15 novembre, un article révélant comment l'ADA retire de l'argent de l'industrie alimentaire.

Ils ne peuvent donc critiquer quelques additifs que ce soit ou parler de leur lien avec Monsanto.

Quelle est la gravité de ce problème ?

Nous avons dit à une mère dont l'enfant consommait du Nutra Sweet d'arrêter ce produit.
L'enfant avait des crises graves chaque jour.
La mère appela son médecin qui appela l' ADA : l'ADA dit au docteur de ne pas faire arrêter le Nutra Sweet à l'enfant.

Nous essayons toujours de convaincre la mère que c'est l'aspartame qui cause les crises.
Chaque fois qu'on fait arrêter l'aspartame à quelqu'un, ses crises s'arrêtent.

Si le bébé meurt, vous en connaissez le fautif et savez contre quoi nous nous battons.
Il y a 92 symptômes prouvés de l'aspartame passant par le coma et allant jusqu'à la mort.
La majeure partie d'entre eux sont d'ordre neurologique, car l'aspartame détruit le système nerveux.

La Maladie de l'Aspartame est une des causes qui se cachent derrière les troubles de la santé apparus lors de l'opération "Tempête du Désert" ! La langue brûlante et autres troubles observés dans plus de 60 cas peuvent être directement liés à la consommation d'aspartame.
Plusieurs milliers de palettes de boissons "light" ont été acheminées aux troupes de l'opération "Tempête de Désert" (souvenez-vous que la chaleur peut libérer le méthanol de l'aspartame à 86 °F).
Les canettes de boisson light ont séjourné sous les 120° F du soleil arabique pendant des semaines entières sur des palettes. Les hommes et femmes en service en buvaient toute la journée. Tous leurs symptômes sont identiques à ceux de l'empoisonnement par l'aspartame.

Cette drogue cause aussi des dommages au niveau des naissances.

Le Dr Roberts dit que "consommer de l'aspartame au moment de la conception peut causer des anomalies à la naissance".

Selon le Dr L E, pédiatre et professeur en génétique à l'université d'Emory, lors de son témoignage devant le Congrès, "La phénylalanine se concentre dans le placenta, faisant naître des attardés mentaux .
Dans les test de labo originaux, les animaux développaient des tumeurs du cerveau, la phénylalanine se déclinant en DXP, un agent entraînant des tumeurs du cerveau".

Quand le Dr. Espisto donnait sa conférence sur l'aspartame, un médecin de l'assistance, neurochirurgien déclara : "Quand ils retiraient des tumeurs du cerveau, ils y ont trouvé de forts taux d'aspartame."

Si vous avez de la peine à vous passer du goût sucré, utilisez le Stevia, qui est un aliment sucrant et non pas un additif.

Le stevia participe au métabolisme du sucre, et serait idéal pour les diabétiques.
Le Stevia vient d'être approuvé comme supplément diététique par la Food and Drug Administration.

Pendant des années, la FDA a occulté cet aliment sucré au nom de sa loyauté envers Monsanto.

Si vous voyez "Sugar Free" ou "Sans Sucre" sur l'étiquette, n'y pensez même pas !

Le sénateur H M a écrit une note, une mise en garde pour tous les nouveaux-nés, femmes enceintes et enfants contre l'aspartame.
Cette note aurait aussi permis d'instituer des études indépendantes sur les problèmes observés dans la population (crises, modification de la chimie du cerveau, modification des symptômes neurologiques et comportementaux).

Mais cette note a été anéantie par le puissant lobby des médicaments et produits chimiques, laissant la porte grand ouverte aux maladies et à la mort dans un public non méfiant.

Après la Conférence de l'ACP, nous espérons obtenir le soutien de plusieurs puissants lobbies mondiaux.
S'il vous plait, aidez-nous, vous aussi. Il y a un nombre immense de personnes tout autour de nous qui doivent être averties, s'il vous plaît, informez-les.

Laurie Moser - Centre Ressource du Cancer pour les Femmes.

Références :
Women's Cancer Resource Center Laurie Moser, Assistant Director 1815 East 41st Street, Suite C


Sites en anglais :

http://www.dorway.com - contient plus de 500 pages web sur l'aspartame,
        ainsi que des hyperliens avec 29 autres sites touchant le sujet. Visitez aussi le FAQ.

http://www.dorway.com/asprlink.html

http://www.dorway.com/books.html

Sites en français :

http://www.reseauproteus.net/therapies/nutritio/aspartame.htm

http://www.dorway.com/badnewsf.txt

http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/SectionFR2.htm


http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/AspartameTruth.htm

http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/AspartaMalcache.htm

http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/NancyMarkleFR.htm

http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/AspartameDayFr.htm

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article