Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Les dessous cachés de la non-pandémie 2009 de grippe H1N1

6 Novembre 2010 , Rédigé par motarcs Publié dans #Vaccinations

NEWS Grippe porcine - aviaire - humaine - mexicaine - A
Complété le 1er juillet 09 (Mise en ligne le 30 avril 2009)

Voici différentes infos concernant cette affaire de pandémie grippale...

9 Mars 2009 : Communiqué de presse de Sanofi-Aventis ! Sanofi-aventis investit 100 millions € pour construire une usine de vaccin grippal saisonnier et pandémique au Mexique Contrat signé à Mexico à l’occasion de la Visite d’Etat du Président Nicolas Sarkozy…

Mélange génétique inédit H1N1 de grippe humaine, porcine et aviaire, ce virus est un monstre fabriqué par qui ?

Loi du 04 mars 2 002, n° 2 002-303, Art. 11, Chapitre 1er, modifiant l’Art. L 1 111-4 du Chapitre 1er du Titre 1er du Livre 1er de la Première Partie du Code de la Santé Publique :
"Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment". Arrêts de la Cour, du 25-02 et 14-10 1997, expliquant : Information des Patients. « Les praticiens doivent être en mesure de prouver qu’ils ont fourni au patient une information loyale, claire, appropriée et exhaustive, au moins sur les risques majeurs, et la plus complète possible sur les risques les plus légers. Cette information a pour but de permettre au patient de refuser la vaccination proposée en estimant que les risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés ». Art. 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, du 10-12-1948 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ». Toute obligation serait contredite par le nouveau Code civil qui reconnaît le « principe du respect de l’intégrité du corps humain ». Toute obligation serait en contradiction avec l’art. 36 du Code de Déontologie Médicale qui précise : « Tout acte médical requiert le consentement libre et éclairé des personnes ». Sauf qu’une loi d’exception ou une loi martiale, suspend "provisoirement" toutes ces autres lois, y compris la constitution... Il faudrait surtout que les gens exigent de connaître la composition exacte, précise et intégrale du vaccin à injecter de force... et qui n’est pas triste...

Grippe porcine : Une journaliste autrichienne accuse l’ONU et des responsables politiques de préparer un génocide planétaire Source: Natural news Une journaliste d’investigation autrichienne prévient le monde entier que le plus grand crime de l’histoire de l’humanité est en marche. Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte auprès du FBI. Elle accuse l’Organisation Mondiale de la Santé, L’ONU, et plusieurs personnalités politiques hauts placés de vouloir commettre un génocide de masse. Elle a aussi préparé une procédure de justice contre la vaccination forcée qui se prépare aux USA. Elle avait préalablement lancé une procédure de justice contre les sociétés pharmaceutiques Baxter et Avir Green Hills Technology, qu’elle juge responsable d’avoir délibérément produit la grippe porcine afin d’en retirer des bénéfices (productions de vaccins etc.). Elle présente des preuves de bioterrorisme, qui sont en violation avec la législation américaine et accuse des responsables politiques américains d’agir pour le compte des banquiers internationaux, qui eux-mêmes contrôlent la Réserve Fédérale américaine, l’ONU, et l’OTAN. Elle les accuse de fomenter un génocide de masse contre la population américaine, par l’utilisation de la grippe porcine. Les personnalités visées par la plainte sont Barack Obama, David Nabarro (Coordinateur de la grippe porcine à l’ONU), Janet Napolitano(Secrétaire d’état à la Sécurité Intérieure) David de Rotschild, David Rockefeller, George Soros, (investisseur international) Werner Faymann (Chancelier d’Autriche), Alois Stoger (Ministre de la santé Autrichienne). Aux yeux de cette journaliste, les personnes citées précédemment, font partie d’un syndicat international du crime qui ont développé, produit, et employé des armes biologiques pour éliminer les populations des USA et d’autres pays, et ce pour des fins politiques et financiers. Elle les accuse d’avoir conspiré ensemble, et d’être les responsables du financement du programme international d’armes biologiques, impliquant des compagnies pharmaceutiques tels que Baxter et Novartis. Ils ont crée le prétexte de la grippe porcine pour justifier leur plan de vaccination de masse, et sera le bon moyen d’administrer un agent biologique toxique qui causera la mort du peuple américain. Cette action est une violation de la loi antiterroriste sur l’emploi d’armes biologiques.

COMMENT UNE NATION INIQUE PEUT TUER DES MILLIONS DE PERSONNES DANS LE MONDE AU MOYEN D’UN SEUL MENSONGE
Le Dr L. Day, MD., ex-chirurgien en chef du grand hôpital de San Francisco et professeur en faculté de médecine déclare : « Ne vous laissez pas induire en erreur…Le canular de la grippe n’est pas le premier. Le gouvernement, la médecine officielle et les compagnies pharmaceutiques ont menti au public. Tout cela pour engendrer la peur, le profit et aussi…le carnage ! Ils l’ont fait avec la grippe porcine dans les années 70 et la grippe espagnole provoquée par les vaccinations. Comme la première guerre mondiale n’a pas duré de longues années, les fabricants de vaccins n’ont pas pu vendre toutes leurs productions. Comme ils cherchaient (et cherchent toujours) essentiellement le profit, ils décidèrent de vendre leurs stocks à la population. C’est ainsi qu’ils ont battu le rappel et lancé la plus grande campagne de vaccinations que les Etats-Unis aient jamais connue tout au cours de son histoire. Il n’y avait cependant alors aucune épidémie pour justifier ces mesures. Ils ont alors imaginé, et eu recours à d’autres astuces. Leur propagande prétendait que les soldats qui rentraient de l’étranger étaient atteints de toutes sortes de maladies et que tout un chacun devait se faire un devoir de se faire inoculer tous les vaccins qui étaient alors sur le marché… Une chose est certaine : la grippe espagnole de 1918 a été provoquée par les vaccinations, par un massif empoisonnement du corps dû aux différents vaccins. ». Tous les médecins et les gens qui ont vécu à l’époque de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 disent que ce fut la maladie la plus terrible que le monde ait jamais connue . Des hommes vigoureux et robustes pouvaient ainsi mourir du jour au lendemain. La maladie présentait les aspects de la peste noire, comme aussi de la fièvre typhoïde, de la diphtérie, de la pneumonie, de la variole, des maladies paralytiques, comme d’autres maladies contre lesquelles les populations avaient été vaccinées juste après la première guerre mondiale. On avait administré quantité de vaccins et de sérums toxiques à pratiquement toute la population. La situation devint réellement tragique quand éclatèrent tout d’un coup ces maladies engendrées par la médecine. La pandémie s’éternisa deux ans, nourrie par les médicaments toxiques que les médecins prescrivaient pour supprimer les symptômes. Pour autant que j’aie pu l’observer, la grippe atteignait essentiellement les vaccinés. Ceux qui avaient refusé la vaccination échappaient à la maladie. Ma famille avait refusé toutes les vaccinations ; c’est ainsi que nous sommes restés tout le temps en excellente santé. Nous savions de par les enseignements de Graham, Trail, Tilden et d’autres qu’on ne peut contaminer le corps avec des poisons sans que celui-ci ne devienne malade.

J’ai été témoin sur place de l’épidémie de grippe de 1918 par Eleanor McBean

Quand l’épidémie atteignit son paroxysme, tous les magasins, les écoles, les entreprises étaient fermés et même jusqu’à l’hôpital. Les infirmières et les médecins qui s’étaient fait vacciner étaient terrassés par la maladie. On ne voyait plus personne dans les rues. La ville était devenue une ville fantôme. Comme notre famille (qui n’avait pas accepté les vaccinations) semblait être une des rares familles à ne pas avoir attrapé la grippe, mes parents couraient de maison en maison pour s’occuper des malades, vu qu’il était impossible de trouver un médecin. Si c’étaient les germes, les bactéries, les virus ou les bacilles qui devaient en fait provoquer la maladie, ils auraient eu cent fois l’occasion de s’attaquer à mes parents qui passaient plusieurs heures par jour dans les chambres de malades. Pourtant mes parents ne contractèrent jamais la grippe et ne rapportèrent à la maison aucun germe qui aurait pu s’attaquer aux enfants. Aucun membre de notre famille ne fut atteint par la grippe ; il n’y eut même pas le moindre rhume alors que l’hiver était rude et la neige épaisse. On a dit que l’épidémie de grippe de 1918 avait tué 20.000.000 de personnes dans le monde. Mais en fait ce furent les médecins qui occasionnèrent cette hécatombe avec leurs traitements grossiers et meurtriers. C’est une terrible accusation, mais elle n’en demeure pas moins vraie, s’il faut en juger par les succès obtenus par les médecins n’utilisant pas les médicaments. Alors que pour les médecins et les hôpitaux traditionnels, les décès s’élevaient à 33%, les autres hôpitaux (non traditionnels) comme BATTLE CREEK, KELLOGG, MACFADDEN’S HEALTH-RESTORIUM obtenaient pratiquement 100% de guérisons avec des méthodes naturelles simples comme les cures d’eau, les bains, les lavements, le jeûne, des régimes alimentaires très bien étudiés comprenant essentiellement de la nourriture naturelle. Un médecin que nous avons connu n’a pas perdu un seul patient de la grippe en huit ans… Si les médecins classiques avaient été aussi éclairés que les thérapeutes utilisant les méthodes naturelles, on n’aurait sûrement jamais parlé de 20.000.000 morts suite au traitement médical officiel de la grippe. Chez les militaires vaccinés, la maladie a frappé sept fois plus que chez les civils non vaccinés. Ces soldats souffraient en fait des maladies contre lesquelles ils avaient été vaccinés. Un soldat qui, en 1912, était rentré des territoires d’outre mer m’avait confié que les hôpitaux militaires étaient remplis de cas de paralysie infantile et il se demandait comment il était possible que des adultes puissent contracter une maladie d’enfance. Nous savons maintenant que la paralysie est une suite classique d’un empoisonnement vaccinal. Chez nous la paralysie n’est apparue qu’après la campagne de vaccination massive de 1918.Eleanor McBean, extrait du chapitre 2 de l’ouvrage « Vaccination condemned » Jon Rappoport http://www.nomorefakenews.com

Cellule de Crise Sanitaire Citoyenne
Bonjour à toutes et à tous, Morphéus lance une alerte concernant la possibilité de voir surgir une obligation vaccinale touchant tous les français dès la rentrée qui pourrait être un corollaire au vote de lois d'exception en août 2009. Savoir ce que nos gouvernants veulent de force nous injecter dans les veines est une urgence et une priorité. Face à cette question cruciale, voilà ce que nous suggérons : Nous proposons la mise en place d'une cellule de Crise Sanitaire composée de scientifiques rassemblés par l'association Cri-vie, autour du docteur Marc Vercoutère membre du comité éditorial de Morphéus. Cette cellule aura pour fonction de récupérer tout nouveau vaccin dit obligatoire et de l'analyser. Nous recommandons un cahier des charges rigoureux pour ce travail :
1°) Recherche de tout produit nanotechnologique ou cristaux informés qui ont pour "habitude" de se loger au niveau du cerveau. Cette analyse requière l'usage d'un microscope électronique par un physicien chevronné.
 2°) Recherche de tout produit chimique, métallique ou génétique potentiellement dangereux pour la santé.
3°) Recherche sur les souches des nouveaux virus et leur composition génétique afin de déterminer si l'origine est naturelle ou artificielle. Les résultats d'analyses de solutions vaccinales seront transmis aux organes de presse disposés à informer sur ce sujet. Nous pensons parallèlement qu'il faut envisager d'initier une information en direction des services de police, gendarmerie, armées et service de protection du territoire national si les analyses révélaient une nocivité particulière, voire la présence de produits nanotechnologiques qui ont la particularité de modifier l'activité encéphalique du porteur. La mise en place de cette cellule de crise citoyenne de prévention nécessitera quelques moyens. Le journal Morphéus lancera un appel pour donner des moyens financiers à cette cellule de prévention autour de l'association CRI VIE. Si vous souhaitez aider, scientifiques, médecins, laborantins, simples citoyens, associations, entreprises de presse, commerciale ou agent de la Sûreté Nationale, vous êtes tous bienvenus. Dans un mail ultérieur nous donnerons les noms des scientifiques ouvrant pour cette Cellule Citoyenne de Crise ainsi que des précisions sur les moyens nécessaires au bon fonctionnement de cet organisme citoyen.
Frédéric Morin Directeur de Publication Morphéus Docteur Marc Vercoutère
NB : En 1995, en pleine campagne de vaccination hystérique contre l’hépatite B, les gendarmes avaient interdiction de se vacciner… étonnant non ?

Principaux constituants habituels des vaccins dit « antigrippaux », à injecter :
- Formaldéhyde (formol), nécrosant et cancérigène notoire
- Thiomersal, mercurothiolate sodique, à base de mercure, poison à l’origine de (tous les ?) cas d’autisme
- Divers antibiotiques
- Divers autres produits chimiques
- Différents virus placés là volontairement
- Différents virus ou morceaux de virus indésirables, liés au procédé de préparation
- Plus, à peu près tout ce « qu’ils » veulent y placer… et d’inavouable… surtout pour une vaccination de masse obligatoire…

"Nous avons les preuves que le Tamiflu et le Relanza sont inefficaces, source de nombreuses résistances et même de mutations. Par ailleurs le vaccin contre la grippe saisonnière n’est guère plus efficace qu’un placebo, tandis que le vaccin contre “la pandémie” fera très vraisemblablement appel à un adjuvant tel l’aluminium. A l’efficacité plus qu’incertaine, ce vaccin, comme tout vaccin, entraînera un oedème cérébral plus ou moins transitoire ainsi qu’une chute plus ou moins importante des lymphocytes T4 et T8. Vaccins et anti-viraux peuvent aussi favoriser la sélection de virus plus virulents par le constant phénomène de commutation, tandis que la présence d’aluminium favorisera ultérieurement la survenue de myofasciite à macrophages et une augmentation de la fréquence de la maladie d’Alzheimer, favorisées par l’exposition aux ondes de téléphonie mobile..."
Dr Marc VERCOUTERE

Les antiviraux accentuent les processus de commutation : La commutation est le passage du patrimoine génétique d'un virus tué par antiviraux à des cellules saines qui peuvent évidemment reproduire alors une forme virale mutante plus virulente. Ce phénomène est reconnu par de plus en plus de médecins et chercheurs. En vaccinant ET en utilisant par exemple du Tamiflu, vous avez une formule explosive qui fait de votre corps un véritable incubateur. Le virus atténué du vaccin transmet son patrimoine génétique à des cellules saines, cette commutation est accentuée par les antiviraux de type Tamiflu. Ainsi les « remèdes » employés sont si mutagènes qu'ils vont produire des souches mutantes non contrôlées et non contrôlables. On peut ainsi passer d'une grippe A à une grippe B et jusqu'à Z, si on employait ce type de "lutte" contre une grippe virulente. La grippe A tue aujourd'hui 10 fois moins qu'une grippe classique, mais avec les méthodes actuelles, elle devrait muter en une grippe beaucoup plus dure. Les méthodes de l'OMS seront donc meurtrières si on laisse faire, car par commutation nous allons être confrontés à des virus de plus en plus tueurs.

ATTALI : UNE PETITE PANDÉMIE PERMETTRA D’INSTAURER UN GOUVERNEMENT MONDIAL Il fallait Jacques Attali pour y penser ! Dans sa rubrique du magazine L’Express du 3 mai, l’ancien sherpa de François Mitterrand dévoile quelques fantasmes intimes du monde oligarchique. En bref : là ou le krach financier a jusqu’ici échoué, une bonne petite pandémie pourrait faire accepter la mise en place d’un gouvernement mondial ! « L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, elle transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique. ».

Dr MR (10 ans de recherche sur les vaccins) : « Si j’avais un enfant aujourd’hui, la dernière chose que je permettrais serait bien de le faire vacciner. Les responsables de la communication médicale, de concert avec la presse, effraient les parents à coup de scénarios catastrophes sur ce qui va arriver si leurs enfants ne se font pas vacciner. Ils laissent entendre que c’est criminel de refuser le vaccin. Cela équivaut à être de mauvais parents. C’est en étant mieux informé que l’on peut combattre cela. Ce n’est pas facile de lutter contre les autorités. Et il n’y a que vous pour décider de le faire ou pas. À chacun de choisir son camp. Le cartel médical aime ce genre de pari. Il est à peu près certain que la peur l’emportera. ».

Dernière heure : déjà le Massachusetts, l'Australie, la Chine, le Japon... viennent de profiter de l'occasion pour proposer ou appliquer des lois d'exception, réduisant considérablement les libertés individuelles, et portant atteinte aux biens et aux personnes, allant dans ce sens :
1.L'Etat peut intervenir à votre domicile ou votre entreprise sans votre permission (pas besoin d'une confirmation de la maladie).
2. l'État peut vous obliger à prendre des médicaments (Tamiflu, vaccins, etc.).
3. l'Etat peut détruire votre propriété si elle est contaminée.
4. l'Etat peut consulter votre dossier médical sans votre consentement.
5. l'État peut restreindre vos mouvements, vous empêcher de quitter votre domicile.
6. l'Etat peut utiliser la garde nationale, police de l'Etat, la police locale et la force pour le respect des mesures imposées.
7. l'État ne peut pas punir les personnes qui signalent des cas de non-respect (si cela est fait de bonne foi). Si vous ne vous conformez pas à ces commandes, vous pouvez être arrêté ou condamné à une amende ou les deux.

Notre article de Floraison n° 60 de décembre 2008 : Grandes manoeuvres pour préparer l’opinion à une pandémie de grippe aviaire ? Réunions d'état-majors, publications... se multiplient, comme ce document officiel : "Que faire en cas de pandémie grippale : un guide pratique a été publié par le Service d'information du gouvernement et le ministère de la Santé, pour savoir comment réagir si le virus H5N1 se propage à l'ensemble de l'humanité."
Que signifie cette agitation, en pleine crise économique ? Ceci, compte-tenu des fortes présomptions qu'il y a sur la grippe dite "espagnole" (1918- 1919), qui n’a d’espagnole que le nom, et qui a fait 20 à 50 millions de morts (mortelle en 3 jours). En effet, les premiers cas de l'épidémie ont été détectés en Caroline du Sud, et non pas en Chine (et encore moins en Espagne). Cette grippe était donc d'origine états-unienne. Elle est apparue en février 1918 dans des camps militaires aux U.S.A. ](campagne de vaccinations devenue incontrôlable, contamination délibérée... ?). Alors, à présent, au 21e siècle, on peut faire pas mal de choses avec une campagne de vaccination mondiale*... *Voir Floraison Hors Série d’avril 2008.
NB : Le groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline a mis au point un adjuvant révolutionnaire, qui entre dans la composition de son prototype de vaccin humain contre le virus H5N1 de la grippe aviaire, et permet d'obtenir une efficacité avec une très faible dose d'antigène (ce qui est une condition pour une production de masse). GSK a signé un accord exclusif avec le chinois Neptunus, pour le développement de vaccins prépandémiques, ou destinés à lutter contre une pandémie.

Notre article de Floraison n° 62 d’avril/mai 2009 :
L'info publiée dans Floraison n° 60 semble fondée. Rappelons depuis, l'erreur (?) du labo canadien Baxter, qui a mélangé dans un vaccin, le virus de la grippe aviaire (H5N1), avec un virus grippal humain (ce qu'il fallait éviter à tout prix). Voici qu'un "exercice grandeur nature" vient d’être fait en France :
« Vent de panique dans un supermarché de Grigny, dans la banlieue Lyonnaise. Un exercice grandeur nature a été organisé lundi 9 mars, par l'Agence Nationale pour l'Amélioration des Conditions de Travail. Objectif : cerner le comportement de la population en cas de pandémie de grippe aviaire. ».
Et de lire dans la presse : « La France est le premier producteur mondial de vaccins, que la vaccination cherche un nouveau souffle » et que « la vaccination massive et rapide des populations exposées serait la meilleure solution pour éviter une catastrophe sanitaire » (grippe aviaire).
Et encore que : Le Comité d'éthique envisage une pandémie de "H5N1", avertissant que : « L'état d'urgence créé par une telle menace risque en effet de faire passer au second plan, voire d'abolir certaines libertés publiques, ou les principes d'égalité entre les citoyens. ». Rien que cela... Bien sûr, il est aussi question de vacciner en masse toute la population, et ce, « + ou – de force ».
Extrait : "La France est un Etat de droit, c'est à dire que l'action des pouvoirs publics y est régie par le principe de légalité. Mais selon les termes de Montesquieu « il y a des cas où il faut mettre, pour un moment, un voile sur la Liberté, comme l'on cache les statues des dieux ».
Deux situations peuvent justifier cette parenthèse dans l’application du droit législatif : l'état de siège et l'état d'urgence, d'une part, la théorie des circonstances exceptionnelles, d'autre part. Nul doute que dans le cas d'une pandémie grave et intervenant brutalement, le Gouvernement pourrait prendre, soit sur le fondement d'un décret proclamant l'état d'urgence, soit sur la base de la théorie des circonstances exceptionnelles, des mesures telles que la réquisition ou le confinement de certaines catégories de citoyens, ou des restrictions à la circulation.
S’agissant de la pandémie grippale, le respect de l’autonomie inclut, pour chacun, le droit à une information précise sur les risques, les mesures de protection (traitement antiviral, vaccin), qui pourraient lui être proposées et la possibilité de les refuser. Un éventuel refus revêtirait une signification particulière. Une personne qui effectuerait un tel choix, bénéficierait directement de la protection que lui apportent toutes celles qui acceptent ce qu’elle-même refuse. Certes, beaucoup de refus de vaccination peuvent être analysés de la même façon. Mais dans une pandémie grippale, une autonomie mal comprise qui se traduirait par un refus de soin, dont l’effet serait de favoriser la propagation de la maladie, serait difficilement acceptable par l’ensemble du corps social. Elle devrait s’effacer au nom de l’exigence de solidarité. Cela ne pourrait cependant dispenser les acteurs de santé de leur devoir d’écoute et de dialogue avec les sujets récalcitrants."

CONFIRMATION DU 30 MAI 2009 : Vers une campagne de vaccination massives et obligatoire, contre la grippe en automne... "Le gouvernement français souhaite mettre en place une campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) à l'automne pour un coût total d'un milliard d'euros, rapporte le Journal du dimanche dans son édition de samedi." "La France prépare un plan de bataille sans précédent pour cet automne avec, à la clé, une campagne de vaccination obligatoire pour tous les Français de plus de 3 mois", affirme le journal sans citer ses sources.

" Notre « alerte sanitaire du 4 mars 2009 (mailing) Baxter confirme qu'elle a fabriqué un produit contaminé par le virus H5N1 TORONTO — La compagnie Baxter a confirmé, vendredi, qu'elle a fabriqué un vaccin expérimental qui a accidentellement été contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire. Dr Roberta Andraghetti, une porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a affirmé que l'OMS suivait de près l'enquête qui retrace le fil des événements ayant mené à cette bévue (NDLR : ???).
"A ce stade-ci du processus, nous pouvons affirmer que les risques pour la santé publique et pour les professionnels ayant été mis en contact avec le virus sont à un très bas niveau", a-t-elle déclaré.
L'erreur, que les autorités de santé publique ont décrite comme étant "grave", a eu lieu au laboratoire de recherche de Baxter International à Orth- Donau, en Autriche. Mais les circonstances entourant l'incident sont encore floues (NDLR : !!!).
Le produit contaminé : un mélange de virus de la grippe humaine H3N2 et de virus de la grippe aviaire H5N1 qui n'étaient pas correctement identifiés, a été envoyé à l'entreprise Avir Green Hills Biotechnology, une firme autrichienne. Celle-ci a par la suite transmis des portions du mélange à des sous-traitants en République tchèque, en Slovénie et en Allemagne. C'est le sous-traitant tchèque qui s'est rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond, lorsque des furets auxquels il avait injecté le mélange sont morts. Ceux-ci ne devraient pas mourir après une exposition au virus H3N2, ce qui signifiait donc qu'ils avaient également reçu le virus actif du H5N1. Christopher Bona, porte-parole de Baxter, a confirmé l'information vendredi. Mais la compagnie n'a livré que peu de détails entourant l'incident...

Des spécialistes en biosécurité se sont montrés fort préoccupés du fait que le virus de grippe humaine H3N2 ait été mélangé avec le virus de la grippe aviaire H5N1. Il s'agit d'une pratique dangereuse qui devrait être interdite, ont signifié plusieurs experts. Une propagation accidentelle du mélange de H5N1 et de H3N2 aurait pu mener à des conséquences désastreuses.
Le H5N1 ne contamine pas facilement les humains, mais le H3N2 si. Dans l'éventualité où une personne exposée au mélange était infectée simultanément par les deux souches, elle pourrait servir d'incubateur à un virus hybride capable de se propager facilement d'un humain à un autre. Ce mélange de souches, appelé réassortiment, est l'une des deux manières de créer un virus pandémique.
Bref, tous les scientifiques savent que c'est le scénario à éviter A-B-S-O-L-U-M-E-N-T !!! Le sort de l'humanité étant en jeux, rien que cela ! Et ces connards ont fait le seul mélange à ne pas faire ! Involontairement : ce sont de dangereux incapables à empêcher de nuire de toute urgence. Volontairement : nous vous laissons le soin de commenter...

Peut-on dire qu'ils ne l'auraient pas fait sans le faire exprès ? Où est apparue la première contamination de grippe porcine (H1N1) ? À Fort Dix, New Jersey, en 1976. Possiblement une création d’un laboratoire militaire américain. Environ 200 soldats seront contaminés et quelques autres vont mourir, ce qui aura pour effet d’entraîner une campagne de vaccination forcée et discutable de la part du gouvernement américain puisque qu’ils ne tarderont pas à s’apercevoir que les gens vaccinés commençaient à mourir non pas du virus, mais des vaccins. http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13417 Et le Tamiflu... (oseltamivir) ? 1)
Il est jugé "susceptible de réduire la durée de la maladie (voire la mortalité)" s'il est administré au plus tard 48 heures après l'apparition des premiers symptômes. Ce qui en limite singulièrement l'intérêt... Il peut également être utilisé pour prévenir la contamination de l'entourage d'un malade. Mais là, les scientifiques craignent une utilisation abusive (comme pour les antibiotiques), qui ne ferait qu'accélérer la résistance du nouveau virus. 2) Et son utilisation à grande échelle promet bien des surprises...
Des effets dangereux ont été observés au Japon. Un étudiant de 17 ans qui a sauté devant un camion dans la région de Gifu venait de prendre du Tamiflu. Un autre cas est celui d'une lycéenne de la région voisine d'Aichi, tombée du neuvième étage après avoir, là aussi, ingéré du Tamiflu. Le distributeur japonais de l'antiviral, Chugai Pharmaceutical, a envoyé un rapport au ministère de la Santé en reconnaissant la possibilité d'un lien entre des troubles du comportement et la prise de Tamiflu.
La notice du médicament distribué au Japon fait état de la possibilité de "comportements anormaux" ou "d'hallucinations". Comme on a déjà cela avec le Prozac, le cannabis, le "Ya ba" (la nouvelle drogue qui rend fou), bonjour l'ambiance... on va tous s'éclater...

Mais au fait, qui fabrique le Tamiflu ?
La compagnie Roche, qui a reçu les droits de vente et de marketing exclusifs de Gilead Sciences Inc. il y a une quinzaine d’années. Gilead Sciences Inc. est la compagnie qui a développé le Tamiflu. Qui en était le directeur, deux ans avant d’être nommé au poste de Secrétaire à la défense dans l’administration Bush? Donald Rumsfeld, l’homme même qui possédait encore des actions dans la compagnie qui était pour profiter énormément (il empochera cinq millions de dollars) de la panique créée par le gouvernement Bush. Ainsi, l’ancien Secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld a déjà profité de vaccins contre la grippe porcine dans le passé et maintenant, il semble qu’il en profitera de nouveau, tout comme Al Gore et son fond d’investissement. Or, comme tout médicament, le Tamifu a une date de péremption ! 
Si les millions de stock de Tamiflu fait par les Etats, ne sont pas utilisés prochainement, la date limite d’utilisation sera dépassée…
Et le vaccin...? Ah ! Le vaccin... c'est vrai, nous allions l'oublier... Mais au fait, de quel vaccin parlons-nous ? - Celui contre LA grippe "basique" ? Oui, le vaccin de cette année pour la grippe de... l'année dernière ?
Car aucun vaccin ne peut être préparé et commercialisé à temps contre le virus de cette année... Rappelons que se vacciner contre la grippe ("basique") n'a jamais garanti une protection réelle. 10 personnes sont même décédées dans une maison de retraite, des suites de cette vaccination. Et combien de personnes ont eu la grippe pour la première fois de leur vie, la seule année où elles se sont fait vacciner ? De nombreuses études, depuis 30 ans, montrent un absentéisme et des frais de maladie plus importants dans la population vaccinée que chez la non vaccinée. En réalité, l’agression due au vaccin a plus de risques de les affaiblir que de les protéger d'un virus qui n'aura rien à voir avec celui contre lequel le vaccin est censé les protéger. Alors que d'avoir la grippe ("basique"), serait un plus sûr moyen d'entraîner ses défenses immunitaires, durablement, et de mettre son terrain en état, pour le cas où...
- Et contre le H1N1 actuel, rien de disponible avant des mois… de toutes façons… Et rappelons qu'une campagne de vaccination massive et précipitée, est bien pratique pour supporter toutes les manipulations possibles...
(injection d'une micropuce RFID, par exemple...
http://artemisiacollege.org/Codes_barres__www_et_666____et_RFID-00-050-06-031-01.html  ).

Mais comment diffuser un virus ?
- Précisément, lors de campagnes de vaccination, ou d'essais. 
- Tout "simplement" par des "chemtrails", comme la Grande Bretagne vient de le reconnaître :
http://artemisia-college.org/Les_chemtrails__elements_troublants-00-050-05-085-01.html 
Notre avis : Tout laisse à penser à une vaste duperie organisée depuis un bon moment.
1) Pour le plus grand profit de certains…
2) Pour faire diversion sur la crise, et contrôler les troubles sociaux liés à celle-ci, et prévus à partir de cet été…
3) Dans le même esprit, pour faire passer des lois d'exception, très liberticides.
4) Pour, le cas échéant, si le virus devient "incontrôlable", diminuer la population mondiale de façon significative http://artemisia-college.org/EXTRAORDINAIRE-00-03-05-0185-01.html 
Néanmoins, en l’état actuel de nos informations, toute dramatisation semble inadaptée... pour le moment...

Rappelons que la grippe humaine "classique", fait tous les hivers entre 300.000 et 500.000 morts dans le monde, malgré (ou à cause ?) des campagnes massives de vaccinations, aussi, faut-il relativiser... Encore que l'on commence à nous parler (menacer ?) d'une recrudescence possible pour l'automne prochain, façon grippe (pseudo) espagnole de 1918-1919...!!! Que faire tout de même ?
- En cas de développement du virus dans votre entourage Diffuser des huiles essentielles (mélange de mélaleuque à feuilles alternes, dit « tea-tree », de ravintsara, d’un peu de cannelle feuilles, voire de girofle, et de niaouli).
Privilégier le ravintsara* pour les onctions sur la poitrine (faire des réserves), et pour quelques gouttes sur un peu de miel. Eviter les excès alimentaires.
- En cas de grippe avérée Outre de consulter les services médicaux appropriés, faire de même, en ajoutant la prise de chlorure de magnésium (1 sachet de 20g dans 1 litre d’eau), à 20g/litre, à prendre sur tout au long de la journée, jusqu’à fin de l’état grippal, et diète au bouillon de légumes.
*Attention, certains labos confondent encore "ravintsara" et "ravensare aromatique", or, seul le premier a une action antivirale ! Voici une première liste (à compléter), de fournisseurs que nous garantissons :
http://www.full-nature.fr/  http://bioregit.it/  
Si vous connaissez d'autres fournisseurs/producteurs offrant cette garantie, nous le signaler (avec les preuves)

Caractéristiques des virus grippaux : Ces virus sont classés au sein de la famille des Orthomyxoviridae, dans le genre Influenzavirus.
Deux composants antigéniques majeurs caractérisent les virus influenza :
- Les antigènes internes qui définissent 3 types de virus A, B, et C. Seul le type A a été isolé chez les oiseaux.
- Les antigènes externes qui sont représentés par l’hémagglutinine H et la neuraminidase N ; ils définissent les sous-types. Un sous-type étant caractérisé par une forme d’hémagglutinine et une forme de neuraminidase données. Actuellement 16 hémagglutinines (H1 à H16) et 9 neuraminidase (N1 à N9) sont recensées chez les oiseaux.
Le virus aviaire est du type H5N1, et celui porcin/aviaire/humain du mexique est de type A H1N1.
Ces virus possèdent une grande labilité génétique qui se traduit par des mutations entraînant de faibles modifications ponctuelles ou des réassortiments entre deux virus qui peuvent aboutir à l’apparition d’une nouvelle combinaison H-N contre laquelle les défenses immunitaires de l’hôte (animal ou humain) ne présenteront aucune protection.
Les antigènes sont caractéristiques d'un micro-organisme. Ils sont susceptibles d'être identifiés par des anticorps (immunoglobulines Ig) de l'organisme qui y est confronté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article