Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Médicaments : la fraude, triste réalité

1 Novembre 2010 , Rédigé par motarcs Publié dans #Medecines, Recherches, Ethique

MEDICAMENTS : LA FRAUDE, TRISTE REALITE

 

Le Dr Scott Reuben qualifié par la presse américaine de “Dr Madoff de la pharmacie”      

 

Dans l'article ci-dessous, Sylvie Simon révèle la fraude aux conséquences dramatiques d'un ponte de la médecine. Ces pratiques sont monnaie courante. Souvenons-nous entre autre de l'affaire du "traitement hormonal de la ménopause" - qualifiée brutalement de "maladie" - qui a causé des cancers du sein chez des milliers de femmes (depuis la mise en garde contre ce "traitement" et l'arrêt des prescriptions le nombre de cancers du sein chez les femmes ménopausées a diminué. Il est grand temps que les citoyens se réapproprient leur santé collectivement.

 

Un cyclone a soufflé sur le monde scientifique et a fait ces derniers jours la Une de tous les journaux américains. Le Dr Scott Reuben, Professeur d’anesthésie au Baystate Medical Center de Springfield, ancien membre du bureau de la communication chez Pfizer, est au centre d’un scandale estimé la “plus grande fraude” dans l’histoire de recherche médicale.

 

Considéré comme un chercheur incontournable dans le domaine de la douleur, le Dr Reuben était sur la sellette depuis plus d’un an car, dès mars 2009, la revue Anesthesiology News révélait que depuis 1996 il avait publié vingt-et-un articles scientifiques “bidon” qui décrivaient les bienfaits de certaines molécules miraculeuses et  qui n'étaient qu'un tissu de statistiques fabriquées de toute pièce. Les patients supposés avoir testé certains médicaments n'ont jamais existé. Reuben a tout inventé et les revues scientifiques n'ont rien vu, mais, sur la foi de ces résultats frauduleux, des millions de personnes ont avalé des molécules bien réelles qui ont rapporté des sommes colossales aux compagnies qui les commercialisent, Pfizer, Merck ou Wyeth. Entre 2002 et 2007, Pfizer a octroyé cinq bourses de recherche à ce médecin qui était aussi un de ses intervenants attitrés pour faire des présentations rémunérées.

 

Ainsi, Reuben a touché 75 000 dollars de Pfizer pour “étudier” le Celebrex® qui est devenu un médicament vedette (blockbuster) grâce à ces mensonges qui lui on prêté des qualités qu’il est loin de posséder, car il n’offre aucun avantage sur des drogues déjà existantes et bien meilleur marché. Cependant, en dépit des critiques, le porte-parole de Pfizer a déclaré que la compagnie n’avait pas l’intention de retirer le produit du marché, ce qui est compréhensible étant donné les énormes profits engendrés par ce médicament.

 

Déjà en décembre 2004, les responsables du National Cancer Institute aux États-Unis ont décidé d’arrêter les expériences qu’ils menaient sur les adénomes avec le Celebrex®, car ils avaient constaté que ce produit augmentait deux fois et demie les risques d’une attaque cardiaque chez les patients qui prenaient ce médicament en comparaison avec ceux qui prenaient un placebo. Et la même année, le journal canadien National Post signalait que les autorités canadiennes de santé accusaient le Celebrex d’avoir causé la mort de 14 personnes qui l’utilisaient depuis 5 ans, et d’avoir généré plus de 100 effets secondaires graves, dont 19 attaques cardiaques. Évidemment, le fabricant s’est empressé de nier tout lien entre ces accidents et la prise du médicament.

 

D’après le journal Prescrire de septembre 2002, cet anti-inflammatoire exposerait au “risque d’aggravation d’une hypertension artérielle ou d’une insuffisance cardiaque”, mais, dix ans plus tard, il est toujours remboursé à 65 % par la Sécurité sociale.

 

À présent, Reuben, qualifié par la presse américaine de “Dr Madoff de la pharmacie” et qui a évidemment perdu son poste au Baystate Medical Center de Springfield, a signé un compromis qui l’oblige à rembourser 420 000 dollars aux laboratoires, mais il risque d’être condamné à 10 ans de prison suivis de 3 ans de liberté surveillée et à payer une amende de 250 000 dollars.

 

Il est toutefois difficile de croire que le laboratoire Pfizer ignorait tout de ces “magouilles” étant donné le profit qu’il en a tiré, d’autant que ce n’est pas la première que la firme Pfizer est impliquée dans ce genre de scandale.

 

Ainsi, un cas plaidé contre la firme au sujet de l’antidépresseur Zoloft®, lui aussi remboursé à 65 %, a permis de découvrir qu’elle travaillait avec une agence de nègres (rédacteurs anonymes) pour articles médicaux. Pfizer a aussi été accusé de manipulation des études sur l’efficacité du Neurontin® et a accepté de plaider coupable et de payer

430 millions de dollars d’amende, dont 240 au pénal en violation des règles de la FDA, plus 152 millions au civil, plus 38 millions destinés aux agences de protection consommateurs. C’est l’une des plus importantes indemnités jamais payées pour fraude dans l’histoire des États-Unis.

 

De même, la rapidité avec laquelle ce laboratoire a obtenu l’autorisation de mise sur le marché du Viagra® est plus que suspecte. À ce sujet, Le Courrier international du 4 février 1999 nous informait : “Ce laboratoire est le plus gros donateur de l’industrie pharmaceutique. C’est dans ce contexte que le 25 novembre 1997, la FDA décide de se passer d’un panel de spécialistes cardiaques et rénaux. Le 27 mars 1998, le Viagra® est approuvé par l’agence.” Un an plus tard, le cours de l’action était passé de 41 à 119 dollars. Les laboratoires ont également violé les lois internationales en testant des produits non agréés au Nigeria sur des enfants et des nouveau-nés hospitalisés.

En 2009, Pfizer a signé un accord avec l'État de Kano, au nord du Nigeria, pour verser des indemnisations de 75 millions de dollars car ces tests médicaux auraient tué 11 enfants.

 

Il existe des dizaines de cas semblables

Mais ce laboratoire n’est pas le seul à frauder et son cas est loin d’être isolé. J’ai cité des dizaines d’autres cas dans l’un de mes précédents ouvrages, (Information désinformation ?) qui montrent qu’on ne peut faire confiance à cette industrie qui utilise des moyens que l’on peut qualifier de “mafieux”, mais qui sont rarement sanctionnés.

 

En octobre 2006, le New York Times signalait un cas similaire à celui du Dr Scott Reuben. En 2005, Eric Poehlman, de l’Université de Vermont, a comparu devant Tribunal de Burlington et a admis avoir fabriqué, pendant plus de dix ans, de fausses études sur l’obésité, la ménopause et la vieillesse, alors qu’il utilisait ces études pour obtenir

des millions de dollars du NIH (National Institute of Health). Durant plus de cinq ans, le Dr Poehlman a nié les charges qui pesaient sur lui, a menti sous serment et a essayé de discréditer ses accusateurs. Son procès est le plus coûteux dans l’histoire de la fraude scientifique aux États-Unis.

 

Avant sa disgrâce, Poehlman dirigeait un laboratoire où une douzaine de chercheurs travaillaient pour lui. Ses recherches lui ont valu la reconnaissance générale sa participation à des conférences mondiales. Il gagnait près de 140 000 dollars par an, l’un des plus hauts salaires donnés par cette Université.

 

Le 7 décembre 2003, le quotidien anglais The Observer publiait un article édifiant sur les “Géants pharmaceutiques qui ont recours au service de “nègres” pour rédiger des articles sous lesquels ils mettent des noms de médecins”.

 

Ces revues, considérées comme la Bible de la profession médicale, exercent une très forte influence sur les prescriptions des médecins, aussi bien aux États-Unis qu’en France et dans le reste du monde. L’enquête de l’Observer suggère qu’au moins 50 % des articles publiés par ces journaux médicaux émanent de personnes payées incognito des laboratoires. Et leurs articles sont brandis devant les médecins prescripteurs comme émanant de la recherche indépendante. La procédure habituelle consiste à retirer le nom de l’agence ou celui des compagnies pharmaceutiques et à les remplacer par le nom de la personne invitée par la compagnie en tant qu’auteur principal de la publication, même si celui-ci n’avait rien à voir avec l’article.

 

Il est donc trompeur d’appeler le cas du Dr Reuben la “plus grande fraude” dans l’histoire de la recherche médicale. Les fraudes sont de plus en plus grandes fréquentes, et le monde médical ferme les yeux, semblant ignorer que des centaines d’articles publiés dans des revues spécialisées sous des noms de scientifiques ou médecins sont l’œuvre de “nègres” qui travaillent pour des agences grassement payées par les compagnies pharmaceutiques afin de promouvoir leurs produits.

 

Parfois, de plus en plus semble-t-il, ces auteurs sont découverts, confrontés à la justice, taxés d’amendes, mais rarement emprisonnés. Quant aux laboratoires qui ont financièrement profité de leurs mensonges (lorsqu’ils ne les ont pas initiés), ils sont rarement condamnés. Quand ils le sont, les amendes qu’ils doivent payer sont très inférieures aux sommes engendrées par ces mensonges, et jamais on n’a emprisonné un responsable de ces laboratoires. Non seulement, ils sont garantis d’impunité, mais ils continuent à vendre leurs produits et à financer des études biaisées, avec la bénédiction de tous les responsables de la santé publique.

 

Si Reuben est condamné à faire de la prison — ce qui n’est pas certain car ses avocats ont déclaré qu’il souffrait de troubles bipolaires, diagnostiqués en 2008, et qui affecté sa “capacité d’arrêter sa conduite coupable dans le domaine de la recherche” —, ce sera en effet une “première”. Mais nous pouvons être certains que les laboratoires en sortiront blanchis comme de coutume, ce qui est proprement scandaleux car, en matière de loi, les complices devraient normalement être aussi condamnés.

 

Il faut espérer que ces scandales feront réfléchir les consommateurs de médicaments qui comprendront enfin que les autorisations de mise sur le marché dépendent pas toujours d’études sérieuses et rigoureusement scientifiques, mais souvent de trafic d’influence.

 

Toutefois, nous sommes un peu responsables de l’arrogance de l’industrie du médicament étant donné le piédestal sur lequel nous l’avons placée, créant ainsi classe d’élite à l’abri de toute contrainte, de toute suspicion et de toute condamnation. Nous avons naïvement pensé que leurs diplômes et leurs charges les mettaient à l'abri de comportements malhonnêtes, qu’ils étaient incapables de mentir, et que leur but principal était d’améliorer la vie d’autrui.

 

En outre, nombre de citoyens encaissent de confortables bénéfices boursiers grâce à cette industrie en plein essor et préfèrent ne pas savoir comment ces revenus sont générés. Il faut aussi espérer que le scandale de la grippe porcine et la mise en examen de l’OMS contribueront à faire tomber cette industrie et ses valets de leur piédestal et à leur supprimer des privilèges qui, en théorie, ont été abolis, il y a plus de deux cents ans.

 

Sylvie Simon, 26.02.2010

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article