Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Cholestérol une véritable bombe à retardement médicale

7 Décembre 2010 , Rédigé par motarcs Publié dans #Alimentation, nutrition, diététique

"Tous les traitements anti-cholestérol chimiques favorisent le cancer. La lutte contre le cholestérol est inefficace et dangereuse." selon le Dr Michel de LORGERIL, cardiologue et chercheur de renommée internationale. Il le prouve dans son livre "Cholestérol, Mensonges et Propagande", appuyé des dernières données scientifiques en cours.

Déjà en janvier 1996, Thomas NEWMAN et Stephen HULLEY avaient déjà révélé que les médicaments contre le cholestérol élevé – les fibrates et les statines – provoquent tous ces cancers chez l'animal. La polémique qui s'ensuivit rebondit aujourd'hui avec la publication d'essais cliniques révélant un nombre plus important de cancers parmi les patients qui ont pris le médicament INEGY.

Mais à l'époque les révélations du Dr NEWMAN avaient été jugées inutilement alarmistes.

Aujourd'hui cette étude refait surface, car l'on s'inquiète des cancers observés avec la prise de médicaments prescrits à des millions de personnes. Le cancer n'est d'ailleurs pas le seul problème du GEMFIBROZIL (Lipur). Dans l'édition de 1994 du Vidal américain (PDR), il est écrit en petites lettres que les hommes d'âge moyen qui ont pris ce médicament ont vu leur risque de mortalité augmenter, que ce soit par infarctus ou d'autres causes !

Depuis 1993 l'association américaine Public Citizen avait demandé le retrait du GEMFIBROZIL.... qui est toujours prescrit en France !!!

Michel de LOGERIL est cardiologue et chercheur au département des sciences de la vie du CNRS et à la faculté de médecine de Grenoble. Internationalement reconnu pour ses travaux sur la prévention des maladies cardiovasculaires, cela fait plusieurs années qu'il tente d'alerter l'opinion sur l'augmentation du risque de cancer lié aux statines.

Les médicaments anti-cholestérol contenant des statines :

ZOCOR – LODALES – ELISOR – VASTEN – LESCOL – FRACTAL – TAHOR – GEMFIBROZIL.

Voici ce que dit le Dr Michel de LORGERIL :

" Mon ouvrage est paru au moment où étaient communiquées les études SEAS sur le médicament anti-cholestérol INEGY ; celles-ci confirment que INGEGY a fait baisser le taux de cholestérol de manière spectaculaire (-61%).

Mais il n'y a eu aucun bénéfice sur la santé cardiovasculaire !

En même temps, un autre essai testant une statine dans l'insuffisance cardiaque (cause d'infarctus dans une forte proportion des cas) était publiée : c'est l'essai GISSI-HF. Lui aussi est négatif. Je n'ai pu commenter ces essais dans mon livre puisqu'ils n'étaient pas encore divulgués au moment de l'impression.

Mais ils sont venus confirmer que : diminuer le cholestérol ne sert à rien pour protéger le cœur. C'est toute la théorie du cholestérol qui s'effondre !

En fait, la "propreté" des données les plus récentes est la conséquence des lamentables affaires de fraudes et falsifications médicales et scientifiques vécues récemment, et qui sont décrites dans mon ouvrage. Pourtant ces scandales incitent les investigateurs et rapporteurs des données des essais à la plus grande prudence aujourd'hui, car ils se savent surveillés, notamment par les médias américains.

 En tous cas, la mise en évidence des cet excès de cancers dans le groupe sous médicament anti-cholestérol est extrêmement inquiétante; ce qui n'empêche pas que les commentaires des auteurs soient à cet égard d'une terrible légèreté. Ont-ils été influencés par les laboratoires qui ont financé l'étude ? La question mérite d'être posée. Un des plus grands épidémiologistes anglo-saxons a aussi publié dans le même numéro du New England Journal of Medecine un article qui tend lui aussi à banaliser ces données sur le cancer. Cela confirme qu'il existe une collusion entre les industriels et certains experts. Il suffit de savoir que cet épidémiologiste de l'université d'Oxford a passé des contrats faramineus avec l'industrie (des centaines de millions de livres sterling) pour étudier les médicaments anti-cholestérol mis en cause dans l'essai SEAS. Il est donc essentiel pour lui de minimiser ces données sur les cancers car ils mettent en danger la pérennité des essais en cours et donc les contrats. Le conflit d'intérêt est évident.

Nous devons alerter l'opinion publique sur ces pratiques qui déshonorent les scientifiques et les médecins investigateurs.

 La problématique du cancer concerne TOUS les médicaments anti-cholestérol. Des expériences sur l'animal avaient d'ailleurs montré que TOUS ces médicaments favorisent les cancers. Toutes les statines sont donc à mettre dans le même panier. Et aussi tous les autres traitements anti-cholestérol car c'est surtout le fait d'avoir un cholestérol bas qui favorise les cancers, quelle que soit la façon dont le cholestérol a été abaissé.

Jusqu'à preuve du contraire, et conformément au principe de précaution, je pense qu'il faut admettre que tous les traitements anti-cholestérol favorisent les cancers, et cela d'autant plus que l'on s'acharne à diminuer le cholestérol.

 Les excès de cancers surviennent dans les essais cliniques après au moins 5 ans de traitement (moins de 3 ans dans l'essai PROSPER) ce qui est extrêmement bref. En effet, à titre d'exemple, il faut 10, 15, ou même 20 ans d'exposition à des puissants agents cancérigènes comme le tabac ou l'amiante pour voir cliniquement leurs effets cancérigènes. En données cliniques brutes et en les caricaturant, on pourrait donc dire que les traitements anti-cholestérol sont 3 à 5 fois plus cancérigènes que le tabac ou l'amiante. 

En fait, on échange des cancers contre une hypothétique protection contre l'infarctus.

Autrement dit, en espérant se protéger avec des statines d'un infarctus qui survient en moyenne à 70 ans, ce que l'on fait vraiment, c'est précipiter son risque de cancer qui survient à 50 ou 55 ans !

Il faut explique cela clairement au public et aux citoyens ! 

Nous savons parfaitement ce qu'il faut faire pour se protéger des maladies cardiovasculaires qui sont des maladies du mode de vie. La stratégie efficace consiste à modifier sont mode de vie, ET TOUT PARTICULIERMENT SES HABITUDES ALIMENTAIRES !

 Plus nous travaillons ces questions, plus nous avons des données récentes, et plus nous prenons conscience que nous avons été victimes avec le cholestérol de la plus rocambolesque arnaque médicale et scientifique jamais perpétrée dans des sociétés postmodernes. Les chimiothérapies anti-cholestérol sont dangereuses et inefficaces. Tous les dogmes et recommandations officiels, sur lesquels sont basés les pratiques médicales actuelles (environ 7 millions de consommateurs plus ou moins réguliers de statines en France) doivent être rediscutées EN URGENCE PAR DE VRAIS EXPERTS, LIBRES ET INDEPENDANTS."

 A NOTER un "détail" d'importance :

Si manger moins de cholestérol peut être recommandé, cela ne le fera pas disparaître pour autant, car seul un tiers du cholestérol sanguin provient directement de l'alimentation. Un "régime" pauvre en cholestérol n'agira que sur ce cholestérol d'origine externe.

Chez l'homme, les deux autres tiers du cholestérol sont fabriqués par le foie.

De plus, celui-ci compense automatiquement toute diminution d'apport en cholestérol... en en produisant d'avantage....

Pour traiter une cholestérolémie, en plus du régime, il faut impérativement drainer le foie, cet organe si malmené autant par le stress que la malbouffe.    

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article