Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

LES GRANDS RESPONSABLES DU THADA : les phosphates alimentaires

THADA = Troubles de l'hyperactivité et du Déficit de l'Attention

 

C'est une source de difficultés scolaires, mais aussi familiales, à travers les troubles du comportement et de la délinquance juvénile.

Dans les années 1970, Hertha HAFER, une pharmacienne allemande avait un enfant qui tenait beaucoup de place, bougeait tout le temps, était fatigant, astreignant. Comme d'autres mamans, elle emmena son fils chez divers médecins et neurologues, ainsi que psychologues et psychiatres.

Il fut mis sous RITALINE® pendant quelques temps.

Ce produit acidifie l'organisme, et il développa des caries foudroyantes en six semaines puis des angines répétées. Ensuite il rencontra des problèmes circulatoires.

 

En 1975, le Dr Ben FEINGOLD allergologue américain publia un ouvrage "Why your Child is Hyperactive" (Pourquoi votre enfant est hyperactif).

A cette époque il y a avait déjà 5 à 6 % d'enfants hyperactifs.

 

Herha HAFER, aidée de son mari chimiste, s'intéressa aux 3800 additifs alimentaires déjà présents à cette époque, et qui n'ont cessé d'augmenter depuis.

Depuis 1960 l'augmentation des phosphates a augmenté de 300 %.

Ces produits sont très bon marché et constituent la moitié des additifs.

L'évidence de la relation entre l'absorption de ces produits et l'état de leurs enfants fut simple à prouver, puisqu'il suffisait de supprimer ces additifs pour que les enfants reviennent à un comportement normal au bout de 4 jours, et à la moindre réintroduction, ils retournent à l'hyperactivité.

 

Luce Péclard, maman d'un tel enfant appliqua la diète préconisée par Hertha HAFER en 1978. Son fils est devenu violoniste !

Depuis 25 ans, cette diète phosphatée fait ses preuves en Suisse, en Allemagne, ainsi que dans divers hôpitaux de Norvège, et de Suède, tout en permettant de stopper la Ritaline.

 

Un diète phosphatée fait disparaître le syndrome en 4 jours.

Mais 25 mg de phosphore (P), correspondant à 75 mg de phosphate (PO4), peuvent déclencher une rechute.

Il suffit de 20 minutes dans les formes liquides et 30 minutes dans les formes solides pour retomber dans l'état antérieur !

L'hypoglycémie aggrave le problème, ainsi que l'absorption d'hydrates de carbone (sucres)

 

Un adulte ne devrait absorber que 750 mg de phosphore par jour alors qu'il en consomme en moyenne plus de 1500 mg/j !

Ces phosphates bloquent la noradrénaline, neurotransmetteur qui assure la liaison entre le néocortex, siège de la réflexion, de l'analyse et de la création et le cerveau limbique, siège des émotions.

Ce qui fait que l'individu se retrouve entièrement soumis à ses impulsions sans pouvoir les gérer, et se comporte donc de façon anormale.

 

Les garçons (10 à 20%) sont plus touchés que les filles (5%), ces dernières sont plus protégées par leurs hormones.

Cette hyperacitvité se traduit par :

  • Agitation marquée
  • Troubles de l'attention
  • Faible capacité de concentration
  • Mauvaises habitudes de sommeil
  • Difficultés de langage, de parole, (dyslexie)
  • Difficultés psychomotrices
  • Agressivité
  • QI normal, voire supérieur, mais situation d'échec

Les Tics, TOCS, dyskinésies relèvent aussi de ce syndrome.

 

Les troubles commencent sdouvent à l'introduction du lait de vache et de la lécithine de soja.

 

Les paroles ou l'énervement ne servent à rien pour calmer les enfants atteints. Le toucher haptonomique est calmant, car il reconnecte la zone frontale.

 

Les individus concernés sont en général en alcalose, et ceci peut être facilement mis en évidence en testant le pH salivaire le matin à jeun, avec un papier réactif qui deviendra dans ce cas bleu-violet.

 

SUPPRIMER LE SYNDROME du trouble de l'hyperactivité

 

  • Supprimer l'alcalose en prenant du vinaigre de vin (acide acétique) : 1 cuillère à café dans un verre d'eau avec un peu de miel le matin, jusqu'à ce que le pH salivaire soit redevenu acide pH 5 à 6.

Les personnes touchées aiment souvent les cornichons (fait baisser l'alcalose grâce au vinaigre).

Ne pas prendre d'acide citrique (citron), ni d'acide malique (pomme) qui engendrent de l'alcalose et sont synergiques avec le phosphate. Le vinaigre balsamique, l'alcool, le vin contiennent de l'acide acétique.

 

  • Prendre de la Dolomite (calcium+magnésium) qui est une roche. En effet, l'excès de PO4 (phosphates) entraîne le calcium et le magnésium.

La Dolomite capture le PO4. Elle existe en gélules à prendre 1 à 2 par jour. En rentrant de l'école pour les enfants, avec le goûter, la mélanger avec une compote par exemple. Pendant une semaine ou plus longtemps si l'enfant mange à la cantine et ne peut éviter les mets phosphatés, il est possible de demander à l'établissement scolaire un Plan d'Accueil Individualisé (PAI).

 

  • Supprimer :

§         IceTea, Sprite, Fanta (acide citrique + sucre)

§         Lécithine de soja et œufs (phosphates)

§         Coca (27% d'acide phosphorique = 0.7g/l.... pour entretenir la soif !)

§         Mars, barres chocolatées, chewing-gum....

§         Le riz incollable (enrobage phosphaté)

§         La levure chimique (genre Alsa) pour gâteaux (pyrophosphates : 40g/kg de phosphates)

§         Nutella, Nesquick et autres chocolats (vérifier la composition)

§         Et tous les produits contenant des additifs, surtout les suivants :

§         E322 (lécithine de soja, quasi toujours OGM et jaune d'peuf

§         E338 à 341 : phosphates

§         E450a, b, c, : di, tri et poly-phosphates (tous les produits fondus pour enfants : Kiri, Petit Louis, Vache-qui-rit, cancoillotte industrielle, contiennent tous des phosphates)

§         E 1410, E1414, E1442 : diamidon phosphaté.

§          

  • Diminuer les oléagineux, légumineuses, jaunes d'œufs, lait de vache (contient 6 fois plus de phosphate que le lait maternel,  devrait dans tous les cas être complètement supprimé)
  • A noter (pour les adultes, le vin blanc d'Alsace contient aussi du phosphate.
  • Remplacer la levure chimique par de la levure alimentaire, et mieux, du levain

Eviter les charcuteries, du chocolat sans phosphates du commerce équitable, de la pâte à tartiner sans lécithine de soja....

 

L'hypersensibilité aux phosphates est généralement acquise pour la vie, d'autant plus que les additifs sont en constante augmentation. Elle peut être atténuée par la prise d'huiles de première pression à froid, olive, colza, tournesol.

Pour tester une huile si elle est vraiment "Première pression à froid", la mettre au réfrigérateur : une huile 100% PPF ne figera pas !

 

En Suisse, chez les sujets de 5 à 14 ans, la consommation de RITALINE a augmenté de 700%.

Aux USA 6 millions d'enfants sont sous RITALINE, en France : 6000.

Les USA consomment 90% de la production mondiale (NOVARTIS).

 

Voir aussi : Dr BREGGIN www.breggin.com/congress.html

                   Dr J.Philippe LABREZE www.moratoirepsy.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0