Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

La saga de "l'affaire" WAKEFIELD continue

6 Mars 2011 , Rédigé par motarcs Publié dans #Medecines, Recherches, Ethique

A l'heure où l'on assiste sur les chaînes de télévision françaises à une publicité (en fait une réelle campagne de marketing) pour la promotion de la vaccination contre la rougeole, vu la recrudescence soi-disant "alarmante" de celle-ci, était donné la couverture vaccinale trop faible (inférieure à 90 % selon certaines "pubs"....) l'on est en droit de se demander ce qui motive réellement cet acharnement thérapeutique......

Pour éclairer correctement notre lanterne il convient de faire un petit saut en arrière.

L'on se rappelle les démêlées de ce gastro-entérologue britanique, le Docteur Andrew Wakefield, avec les autorités de son pays, suite à l'article qu'il a fait paraître en 1998 dans la revue The Lancet", et qui évoquait un lien entre l'autisme et le vaccin ROR.

Sacrilège ! Crime de lèse-majesté !

En 2001, Il est "prié" de donner sa démission, et il part s'installer aux Etats-Unis.

En 2004, le journaliste Brian DEER l'accuse d'avoir falsifié des données médicales officielles.

Le 28 janvier 2010, à l'issue d'un procès hyper-médiatisé, le General Medical Council britanique (équivalent de notre Ordre des Médecins français), émet un jugement selon lequel certains éléments de l'article de Wakefield et son équipe sont "incorrects" et leurs méthodes de recherche "non éthiques".

Le 2 février 2010, The Lancet se rétracte et décide de retirer l'article de Wakefiels de ses archives.

Le 6 janvier 2011, dans le British Medical Journal, Brian DEER accuse Wakefield de "fraude" et de "trucages élaborés".

Pourquoi donc ce journaliste, Brian DEER, en remet une couche, 7 ans après ses premières accusations en 2004 ?

Car déjà en 2004, Clifford G. MILLER, avocat auprès de la Cour suprême du Royaume-Uni avait fait remarquer à quel point il était curieux que le Sunday Times ait choisi de publier les accusations de Brian DEER au moment même des auditions du General Medical Council alors même que le gouvernement travailliste entamait une campagne de vaccination massive pour tous les enfants anglais. "[...] Le Sunday Times considère-t-il qu'il peut se poser en juge, jury et bourreau, sans procès, sans témoins ni droit de réponse ? Il est temps d'établir des règles pour les droits de la presse."

En fait, tout au long de cette affaire, le General Medical Council s'est montré étonnemment complaisant envers le journaliste. Il a notemment estimé "normal" que celui-ci, en tant que seul plaignant, ait toujours refusé de dévoiler ses sources, sous prétexte de préserver la confidentialité de ses informateurs.

L'éthique scientifique réelle rclamerait plutôt la justification et le détail des travaux utilisés en toute indépendance et en toute objectivité !

Réaction marquante, l'association ChildHealtSafety a défié le journaliste de prouver les allégations "de fraude", il n'a jamais encore daigné répondre.

A ce sujet, le 13 janvier 2009, le Daily Mail signalait que le gouvernement anglais refusait l'accès à des documents confidentiels susceptibles de prouver la dangerosité du vaccin ROR.

Conflit d'intérêts (encore un ....)

Le Lancet appartient maintenant au groupe médical REED-ELSEVIER, principal monopole des publications scientifiques.

Or, en juillet 2003, Crispin DAVIS, grand patron de ce groupe, est devenu le Directeur non-exécutif de GlaxoSmithKline.

A noter également que le juge Davis; qui a retiré l'assistance judiciaire des pliagnants est tout simplement le frère de Crispin DAVIS.... !

Sans parler des relations entre James MURDOCH, fils du multimilliardaire Rupert MURDOCH, propriétaire du Sunday Times, et Crispin DAVIS. Ce dernier l'ayant engagé pour rejoindre le groupe GlaxoSmithKline.

Comme l'indique Barbara Loe Fisher, présidente du National Vaccine Information Center : "L'inquisition du Conseil général Médical n'a jamais eu comme cible les médecins qu'ils ont cloués au pilori et trouvés coupables sur la plupart des points. Leur objectif a toujours été d'innocenter à n'importe quel prix la politique vaccinale tout en donnant un sérieux avertissement à tout jeune médecin qui pourrait penser faire des recherches et des commentaires sur une meilleure définition des risques vaccinaux, l'invitant ainsi à réfléchir à deux fois pour l'amener à fermer sa gueule et saluer poliment".

Pour QUI roule Brian DEER ???

Notons que malgré ses efforts désespérés, il n'a pu obtenir jusqu'à présent d'être interviewé par la BBC.

Par Sylvie SIMON dans Nexus n° 73

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article