Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'information alternative et de la santé naturelle

Nos poisons quotidiens

26 Août 2016 , Rédigé par motarcs Publié dans #Cancer, Sida, maladies diverses, #Medecines, Recherches, Ethique, #pollutions, #Alimentation, nutrition, diététique

Jusqu'à la charnière des années 1960, l'agriculture fonctionnait essentiellement grâce à des techniques plus ou moins "naturelles" comme la bouillie bordelaise. Comme les quantités répandues à l'époque n'étaient de très loin pas celles qu'il faudrait aujourd'hui si l'on s'avisait de remplacer tous les organo-chlorés et autres pesticides actuels par la bouillie de grand'papa, ça se passait sans trop de "dégâts" environnementaux (accumulation des minéraux composant la bouillie et plus particulièrement du Cuivre par exemple).

Avec le boum des années 1960 et les "retombées" chimiques issues de l'après-guerre, les intrants chimiques de plus en plus nombreux et puissants ont commencé à poser question, mais.... le rouleau infernal était lancé, il y avait des pesticides partout, dans l'eau, l'air et le sol. Que ce soit l'eau du robinet ou de source en bouteilles, aucune n'est exempte de traces de chimie.

Et comme cette chimie appauvrit toujours plus le sol, on se retrouve dans le cercle vicieux qui consiste à en utiliser toujours plus pour tenter de pouvoir produire encore plus. Impasse.

Petite parenthèse pour bien préciser la façon dont nous sommes "pollués". S'il n'y a pas besoin de grandes explications pour ce que nous avalons (solides ou liquides), comme les additifs, colorants, conservateurs et édulcorants de toutes sortes présents de toutes façons dans tous les "plats préparés", il faut bien préciser que ceux que nous mettons sur notre peau (nos mains, notre figure ....), franchissent la barrière cutanée en une vingtaine de minutes !!! Ce qui fait que le "cocktail molotov" des crèmes solaires, les savons "parfumés" et autres produits dits de beauté, se retrouvent dans notre circulation sanguine en quelques minutes et circulent ainsi dans tout notre organisme. Prenez le temps, Mesdames, de regarder de près la composition de vos produits de soins corporels ...... vous les verrez d'une autre façon après, j'en suis sûr !

Tout comme en cette chaude saison estivale, les bains de mer à longueur de journée de vacances dans des eaux "troubles"..... voire une piscine, qui est une catastrophe en soi, vu les produits "d'entretien" que l'on est bien obligé d'y mettre, si on veut que l'eau reste (au moins visuellement) présentable.....

Parmi ces "intrus", ceux qui commencent à être étudiés d'un peu plus près sont ceux que l'on nomme les perturbateurs endocriniens, car ils agissent sur l'équilibre hormonal de notre organisme.

Dans cette catégorie on trouve :

Le Bisphénol A qui est un xéno-oestrogène (oestrogène synthétique) que l'on trouvait jusqu'en 2010 dans le revêtement intérieur des biberons. Actuellement on en trouve encore dans les contenants alimentaires comme les boîtes de conserve et les canettes. A noter que le Bisphénol S sensé le remplacer n'est pas moins inoffensif d'après les premières évaluations.....

Les composés perfluorés, comme le Téflon. enduit antiadhésif de poêles et casseroles. Préférer les revêtements céramique (de qualité) ou l'inox.

Les phtalates sont très courants. On les trouve dans la plupart des objets en plastique, film alimentaire, bouteilles d'eau, jouets pour enfants..... ainsi que dans les poches à perfusion dans les hôpitaux.... Ne jamais réchauffer des aliments dans une boîte plastique dans le micro-ondes, sachant que cet engin est de toutes façon à bannir définitivement. Ne pas placer des aliments encore chauds dans un boîte en plastique, ce qui facilite le passage des phtalates dans les aliments.....

Les parabens surtout présents dans les cosmétiques et qui sont aujourd'hui remplacés par d'autres produits ...... pas forcément moins inoffensifs..... Lorsque l'on regarde d'un peu plus près la composition de ces produits, qui contiennent entre beaucoup d'autres, des tensio-actifs, des additifs, des colorants, des émulsifiants, des conservateurs, des principes actifs, etc.... on est obligé de se demander comment la combinaison de tout ce "mélange" va agir sur notre organisme...... Personne n'est capable de répondre de façon claire, car aucune étude n'a été faite là-dessus, il n'est pour ainsi dire pas possible de "quantifier" l'action de plusieurs produits chimiques à la fois. Si l'on part du principe (très discutable) que la dose fait le poison, et "qu'en dessous d'un certain seuil" il n'y aurait pas de risque pour un produit isolé, qu'en est-il pour la totalité de ce à quoi nous sommes exposés, volontairement ou non ??? De plus en plus de chercheurs commencent à laisser entendre que l'effet de faibles doses à long terme constitue en fait une vraie bombe à retardement.....

Le chlordécone est un organochloré très utilisé dans les plantations de bananes et reconnu responsable de cancers de la prostate. Définitivement interdit à partir de 2007.

L'Atrazine est particulièrement persistante et est interdite en Europe depuis 2003. Mais elle est encore très présente dans les nappes phréatiques à des doses particulièrement élevées. Elle est reconnue pour provoquer la diminution de la taille du crâne des bébés, perturber la croissance utérine, induire des cancers du sein et de la prostate.

L'arsenic dont les rivières d'Asie sont infestées va se retrouver dans le riz. Comme elle se fixe préférentielleemnt sur l'enveloppe du grain..... il vaut mieux choisir un riz blanc (hélas !!!) bio, mais pas non plus originaire de Camargue, vu la pollution du Rhône par les PCB......

Les métaux lourds comme le plomb encore bien présent dans plus d'un réseau de distribution d'eau ou dans les anciennes maisons ou il n'a pas encore été remplacé ..... par des canalisations en matière synthérique ..... . Le mercure, présent longtemps dans la plupart des vaccins, remplacé par l'aluminium ce qui n'est pas bien mieux ...., mais en France toujours autorisé dans les plombages dentaires, dans la chair des poissons et dans certains pesticides qui traitent nos fruits et légumes. Le titane fait partie depuis longtemps des "agents de blanchissement" des dentifrices, et depuis peu on utilise le titane en nano-particules ..... dont on ne sait réellement RIEN des dégâts que ces particules peuvent occasionner.... Le cadmium est un des composants des cigarettes, comme le polonium, élément radioactif. 

Et ce n'est de très loin qu'un tout petit "échantillon" des plus courants !!!

Les premiers signes "visibles" de cet empoisonnement sournois sont très variés : tremblements, maux de tête, difficultés respiratoires, allergies cutanées, vomissements, et ce ne sont que les précurseurs de problèmes qui pourront suivre :

Alzheimer, dont diverses études ont mis en avant la toxicité de l'aluminium pour le cerveau, dans la sclérose en plaque, maladie de Crohn, colopathies fonctionnelles (syndrôme de l'intestin irritable).

Troubles de l'attention des enfants, autisme

Malformations foetales, par la transmission de résidus de polluants pendant la grossesse, ainsi que retards de croissance induisant des séquelles à vie.

Emballement du système immunitaire qui va produire des réactions anormales se traduisant pas des allergies de toutes sortes.

Perturbations hormonales qui vont induire des problèmes de fertilité chez l'homme et la femme, les cancers du sein, la puberté précoce des petites filles....

De nombreuses études pointent l'exposition aux pesticides dans les cancers, les leucémies, tumeurs du cerveau, cancers de la prostate, thyroïde, etc.....

Même si de plus fortes doses exposeront plus rapidement à des conséquences plus ou moins graves, l'accumulation progressive de très faibles doses paraîtra ne pas faire d'effet, parfois très longtemps, jusqu'à ce que le seuil de "tolérance" variable avec chaque individu ne soit dépassé...

Pour connaître son degré "d'intoxication" aux métaux lourds plusieurs procédures existent. Elles se divisent principalement en deux catégories :

Celles qui analysent les cheveux, le dosage sanguin avec une prise de sang, le dosage urinaire ou les selles, et plus récemment, grâce à un appareil (Oligoscan) équipé d'un specrophotomètre Raman, on mesure le taux de ces métaux lourds en intra-cellulaire, donc dans le liquide lymphatique.

Pour essyer de "passer" entre les gouttes, on peut bien entendu privilégier les produits bénéficiant d'un label "bio".

Il en existe plusieurs :

- Le plus récent, le label Bio de l'Union Européenne et aussi celui connu sous le sigle AB : 95% ou plus des composants d'un produit doivent être issus de l'agriculture biologique et seulement 0.9% peut être contaminé par des OGM.

- Bio Cohérence est une garantie privée qui s'ajoute au label AB avec des critères supplémentaires.

- Label Nature et progrès : 100% d'ingrédeints végétaux doivent être issus de l'agriculture biologique et SANS OGM.

- Le label Fairtrade, est un label privé, non bio, mais qui certifie la production par des petits producteurs.

Après de bref "résumé", il devient évident qu'il faut absolument lire les étiquettes si l'on veut être acteur de sa santé.

Plus la liste des ingrédients est longue, moins sera grande sera la confiance que l'on peut accorder au produit.

Consommer des produits locaux et de saison. Privilégier les circuits courts. Eviter les fruits importés comme les bananes de République Dominicaine ou autre pays exotique dont les sols regorgent de polluants, mais qui sont en plus cuillies avant maturation et irradiées au cobalt 160 (produit radio-actif) pour éviter leur pourrissement pendant le transport. Idem pour les fraises industrielles quelle que soit leur provenance. On a l'habitude à juste titre de stigmatiser les fraises d'Espagne, mais sachant que nous "consommons" en France bien plus de pesticides que l'Espagne, que valent réellement nos fraises industrielles ???

Decrypter le greenwashing ; packaging bien vert, mettant trop la nature en avant.... Ainsi que les mentions "sans" (paraben, aluminium, sucre, etc......) mais AVEC quoi a-t-on remplacé le "polluant" (par exemple l'aspartame pour le sucre, ce qui est bien pire ....)

Eviter les contenants en plastique, privilégier le verre, la céramique ou l'inox.

Utiliser des filtres efficaces pour filtrer l'eau de son habitat (charbon actif, osmoseur, etc..)

Si le moindre doute subsiste, laver fruits et légumes à grande eau, les éplucher, éviter les produits trop transformés, revenir à des aliments simples......

Références :

https://www.ligue-cancer.net/article/26533_les-pesticides-facteurs-de-risque-de-certains-cancers 

http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/04/09/bisphenol-a-et-cancer-les-preuves-s-accumulent_3156447_1651302.html 

https://www.senat.fr/rap/l02-215-2/l02-215-239.html 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article